Accueil » Races » Le Haflinger » Alezans, crins lavés ?

Alezans, crins lavés ?

Article du dossier Le Haflinger

Il y a pas si longtemps, il y a eu une discussion entre Kerstin Dreborg (Haflinger registrar de la Suède), June Gillis (du Royaume-Uni) et Ingeliese Thorsen (du Danemark) à propos des lignées des Haflingers, l’histoire de la robe des Haflingers et quelques informations vraiment intéressantes bien que provocantes et fascinantes que détiennent ces 3 spécialistes du Haflinger. Cette discussion est résumée dans cet article laissant revivre l’histoire telle qu’ils l’ont apprise dans leur recherche dans les livres et les documents du début de l’histoire des Haflingers.

Dans le livre « Haflinger in Europa – Liebe ohne Grenzen » de Winfried Paul (Allemagne) il y a une photo d’un Haflinger très foncé, voire même noir, des années 1920.

Dans le livre « Points of the Horse » de Captain M Horace Hayes, publié la première fois en 1893, il y a le dessin d’un Haflinger noir du nom de « Martl » . Il faisait 1.39 mètres. Dans ce livre, il est expliqué que « Martl » fut monté par l’empereur d’Autriche pendant les chasses de celui-ci et qu’il était un spécimen typique de l’élevage tyrolien. Il note aussi qu’ils furent utilisés pour l’attelage et l’équitation dans les montagnes, qu’ils étaient plutôt lents mais avec un pas sûr et qu’ils étaient mieux montés sans rênes à cause de leur port de tête proche du sol quand ils grimpent dans la montagne. Cela fait d’eux des chevaux montés admirables pour l’infanterie dans des régions valonnées parce qu’ils ont autant les pieds sûrs avec beaucoup de poids qu’avec très peu.

Dans le livre « Stammbuch der Haflinger-Pferderasse » de Claudia Nocker, publié en 1931 il y a un bon nombre de photos ayant un intérêt historique.

Dans le livre « Der Haflinger und seine Zuchtgebiete » du Dr. Karl Thurner il y a la liste de 92 étalons nés à la fin du 19° siècle et au début du 20°. 23 de ces étalons sont bais, 1 est noir, 1 est marron/noir et un « pie alezan, plus tard rouan alezan ».

Dans le même livre, des poulinières furent listées :

* 2/I Asta-Nora, née en 1917 était « marron/noir ».

* 5/I Baba-Mira, née en 1922 était brune.

* 6/I Asta-Fanny, née en 1918 était noire.

* 13/I Ada-Ella, née en 1916 était couleur crème. 1 de ses poulains fut noir et un autre rouan.

* 14/I Aspia-Mitzl, née en 1915 était brune.

* 16/I Carmen-Katl, née en 1921 était brune.

* 201/II Bianca-Katl, née en 1922 était brune.

L’Haflinger noir était complètement noir, même la crinère et la queue. Mais dans la littérature sur le Haflinger, la couleur n’a jamais été appelée noire mais toujours « rappe » en allemand. Dans le livre « Original-Haflinger » (du Tyrol du sud en Italie) il y a le dessin d’un Haflinger noir lui aussi.

En 1931, les Italiens ont mis en place leur premier stud-book (le premier stud-book du Tyrol du nord a été fait en 1926). Dans les 1000 chevaux inspectés, 40 étalons et 330 poulinières furent acceptés pour l’élevage. Si vous listez les couleurs, vous allez trouver :

ETALONS :

2 bruns

les autres étaient alezans

POULINIERES :

– 3 ’Rappen’ (noir)

– 4 ’Falben’ (gris souris)

– 1 Isabelle-avec la queue et la crinère foncées

– 40 bruns

– le reste était alezan

Déjà à cette époque on préférait les alezans. Il n’y a pas de documents qui montrent si ces chevaux avaient les crins lavés mais les Italiens disent que la plupart les avaient. De vieilles photos montrent des étalons tels que Mandl I-8 et Rudi 2 ayant les crins lavés. Les Italiens disent aussi qu’au début des années 1940, il n’y avait plus que des alezans dans la population des Haflingers.

D’autres sources décrivent le Haflinger comme :

* Dr. L. v. Pretz dans son livre « Die Haflinger Pferdezucht » de 1925 :

– 71.5% alezans

– 21.2% bais

– 4.2% noirs

et le reste était louvet, rouan ou palomino.

* DR. F. K. Rigele dans son livre “Die Entstehung der Haflingerrasse in der 2 :

Hälfte des 19. Jahrhunderts” dit que les poulinières du nord du Tyrol qu’il a étudié (150 poulinières nées entre 1915-1930)

– 0.68% baies

– 1.36% baies foncées

– 0.68% brunes

– 0.68% blanches

– 1.36% louvet

– 0.68% noires

– 94.66% alezanes

Ces poulinières avaient du sang des élevages suivants :

– une majorité de Haflingers du sud du Tyrol

– inconnus

– belge (Mastoc)

– Wind (cheval norique)

– Chevaux noriques de la Sarn Valley

– Gidran XXI

– 183 Gidran

– Tajar (psar et croisement arabe)

– et bien sûr aussi la lignée de Folie (en majorité)

Il y eut donc pas mal d’élevages différents qui ont influencé l’élevage du Haflinger.

Le mot allemand ’braun’ se traduit bai. Par contre schwarzbraun est ce que nous appelons brun. Falbe est louvet, Rappe est un cheval noir. El Bedavi, le père de 249 Folie, qui est considéré comme le premier étalon Haflinger était bai doré avec une raie de mulet. La mère de Folie était une poulinière alezane, le produit de l’accouplement entre un étalon Gidran avec une jument locale (les Gidran sont des chevaux hongrois lourds, mi-arabes toujours de couleur alezane). La famille El Bedavi’s était surtout alezane, surtout venant du côté de sa mère. Folie était alezan doré avec une pelote irrégulière, une raie de mulet et 4 balzanes. Peu de descendants de Folie étaient bais ce qui était sûrement dû au sang norique du côté de sa mère. Le reste fut alezan selon Stang et Wirth, écrivant en 1926. Il est intéressant de remarquer qu’en 1934, selon Otto Schweisgut, des 92 étalons de l’élevage du Tyrol du sud, 25 étaient bais et 16 étaient des PSAr ou moitié arabes.

Dans le livre d’Otto Schweisgut publié en 1995, se trouve une photo de l’étalon Haflinger prise au premier Haflinger Show à Innsbruck en 1965. Il a clairement une raie de mulet et des crins mélangés clairs et foncés.

El Bedavi avait un ancêtre (4 générations avant) qui était un PSAr. El Bedavi, né en 1817, fut utilisé à l’origine par le stud-book hongrois de Babolna, qui fut, avant la Première Guerre mondiale, fondé par l’empereur Josef II avec l’élevage de Mezohegyes.

La Hongrie est réputée pour ses superbes chevaux arabes et Babolna est devenu le centre de leur élevage.

Le père de Folie fut le superbe petit-fils de l’étalon arabe original importé El Bedavi. Le père de Folie fut 133 El Bedavi XXII acheté par le dépôt d’étalons Stadl-Paura en 1872 et accouplé avec des poulinières du plateau de Salten-Moelten au sud du Tyrol, l’origine de 249 Folie.

Beaucoup de Haflingers ont toujours une raie de mulet et même des membres zébrés. Des 300 poulinières originales du stud-book du Tyrol du sud, nombreuses furent décrites ayant un peu de rouan dans leur robe.

Il y avait donc une grande variété de lignées de sang mixées à la perfection pour créer le Haflinger tel que nous le connaissons aujourd’hui. Mais il est aussi surprenant qu’il y a même pas 80 ans, il y avait beaucoup de couleurs non-alezanes dans la génétique de celui-ci, donc il ne faut pas s’étonner de voir réapparaître ces autres couleurs de temps en temps.

La mode d’avoir des supers crins lavés sur une robe alezane est malheureusement le résultat des éleveurs qui ont fait beaucoup d’efforts afin de virer les gènes noirs et les gènes bruns de la génétique du Haflinger.

Mais est-ce que ce pôle génétique du Haflinger sera suffisant pour porter l’élevage dans le futur? C’est une discussion qui mérite pourtant toute l’attention des éleveurs de Haflingers dans le monde entier.

Avec l’aimable autorisation de Haflinger Horses

Parcourir le dossier<< Marquage des Haflingers et numéros des régions d’élevageLa sélection des poulains >>

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*