Accueil » Matériel » Matériel d’équitation » Choisir son matériel » Choisir l’équipement de sa selle

Choisir l’équipement de sa selle

Si certaines selles (en particulier les « premiers prix ») sont vendues toutes équipées, ce n’est pas le cas de toutes les selles, qui sont parfois vendues « nues » et donc il faut là encore faire des choix.

L’équipement de la selle concerne :

– la sangle

– les étrivières

– les étriers

– le tapis

Les sangles

Choisir une sangle n’est pas toujours chose aisée. En effet, il faut choisir la matière et la taille.

Pour la taille, sur un sanglage « classique », il faut compter 80 cm pour un shetland, 90 pour un petit poney, 100 à 115 pour un grand poney et à partir de 125 pour les chevaux (jusqu’à 145 ou 155 pour les traits). Mais il faut prendre en compte la morphologie du cheval (en particulier son poids), donc il est parfois difficile de trouver la bonne taille du premier coup. De plus, si votre sanglage est dit « bas » (comme sur les selles de dressage) alors il faudra compter environ 50 cm en moins, mais rien n’étant précis, la seule façon est alors de mesurer en mettant la selle sur votre cheval…

On trouve encore des sangles textiles. Peu chères (moins de 20€), elles se nettoient facilement mais risquent fortement de blesser le cheval si elles ne sont pas bien entretenues ou mal ajustées. Un fourreau de sangle (entre 10 et 40€) semble donc nécessaire avec.

Les sangles cuir sont plus résistantes et blessent moins. Elles sont aussi plus chères (de 40 à 90€) et nécessitent un entretien régulier (nettoyage, graissage…).

equipement1-6d1c2

Sangle en cuir à une extrémité élastique

 

De nombreuses sangles sont donc aujourd’hui en matières synthétiques : sympatex (sorte de caoutchouc en nid d’abeille), néoprène (matière antiglisse)… Ces sangles coûtent entre 30 et 60 €, se nettoient facilement, ne s’abîment que très peu et ne blessent pas les chevaux (à part quelques individus très sensibles). C’est donc un très bon compromis !

Sangle en synthétique (sympatex)

Sangle en synthétique (sympatex)

Les sangles peuvent avoir quelques particularités :

– sanglons élastiques : cela permet un meilleur sanglage, le cheval pouvant plus librement se déplacer, tout en assurant un bon maintien de la selle. Certaines sangles ne possèdent des sanglons élastiques que d’un coté.

– forme anatomique : ces sangles permettent un meilleur sanglage, et surtout elles gênent moins le cheval au niveau des membres à condition que la sangle soit bien mise et de bonne taille (pour que les « creux » se retrouvent au bon endroit).

– avec bavette : les bavettes ne sont nécessaires que pour les chevaux qui ont des crampons. En effet, la bavette protège l’abdomen du cheval des coups qu’il pourrait se porter avec les crampons lors des sauts.

– avec anneau central : l’anneau permet de fixer les enrenements ou les colliers de chasse. Il est donc bien pratique, à condition qu’il se trouve effectivement bien au centre et que la sangle soit donc bien équilibrée entre les deux cotés, ce qui est rarement le cas. De plus la plupart des enrenements sont vendus avec une boucle, ce qui permet de les fixer sur tout type de sangle, et des boucles se vendent pour moins de 10€ permettant de rajouter un anneau en cas de besoin.

En conséquence, sauf besoin particulier, préférez une sangle synthétique, avec sanglons élastiques et/ou forme anatomique.

Les étrivières

DIGITAL CAMERA

Toujours vendues par paire, elles vous permettront de fixer et régler vos étriers. La plupart du temps, elles sont numérotées, de manière à pouvoir facilement mettre la même longueur des deux cotés.

On peut les trouver en synthétique, en cuir, en cuir doublé nylon. Les étrivières synthétiques ont l’avantage de se nettoyer facilement et sont d’un prix abordable (moins de 10€). Les étrivières en cuir (de 10 à 50€) sont plus adaptées pour des selles en cuir (cela évite de laisser des traces sur la selle) et sont plus résistantes en général. Mais elles ont la fâcheuse tendance à s’allonger au cours du temps (par le poids) et nécessitent un bon entretien. Les étrivières en cuir doublé nylon (de 20 à 50€) sont plus résistantes, en conservant l’aspect du cuir. Le nylon permet donc de les renforcer.

Pour la taille, sachez qu’on les trouve en général en trois tailles :

– 120cm : pour les enfants

– 145cm : pour les adultes

– 160cm : pour les grands adultes (plus de 1m75) ou pour des cavaliers montant avec des étriers très longs (dressage)

Depuis quelques années, on trouve des étrivières « à crochets ». Ces étrivières se règlent au moyen d’une boucle ou d’un crochet sur leur longueur, ce qui fait qu’il n’y a qu’une seule épaisseur au niveau du couteau d’étrivière. Elles sont donc plus légères et plus agréables. De plus, selon le système, elles peuvent aussi être plus faciles à régler. Cependant elles sont plus chères que des étrivières normales.

Les étriers

Etriers inox avec plancher à picots

Etriers inox avec plancher à picots

 


Etriers composites avec plancher anti-glisse granuleux

Etriers composites avec plancher anti-glisse granuleux

 

Prix : à partir de 10€ la paire

Les étriers sont souvent un point d’appui. Il est donc nécessaire de les choisir comme il faut.

La taille :

Les étriers existent en général en 3 tailles, qui correspondent à la largeur du plancher de l’étrier : 10 cm (jusqu’au 34), 11cm (du 34 au 39) et 12cm (à partir du 39). La plupart des étriers sont donc vendus en 12cm, de manière à convenir au plus grand nombre (aux adultes en tous cas).

La matière :

Il existe des tonnes de matières différentes. Choisissez une matière facile d’entretien (comme l’inox qui ne rouille pas ou le composite, plus léger et qui ne craint pas la pluie). Il existe des matières spécifiques pour certains usages : aluminium pour l’endurance (plus légers), laiton pour les show (plus brillants)…

Le plancher :

Plus vous passerez du temps en selle et plus vous chercherez un plancher agréable. Sachez que plus il est profond et moins vous aurez de pression dans le pied (donc plus de confort). De plus, préférez les matières anti-dérapantes (caoutchouc, …) qui permettent un meilleur maintien du pied. Sachez que vous pourrez trouver en sellerie uniquement des planchers vous permettant de choisir la couleur ou la matière (pour moins de 5€ la paire). De plus, certains planches sont « compensés » (c’est à dire penchés) pour permettre une meilleure position.

Les branches :

Les étriers les plus simples sont ceux qui possèdent deux branches identiques. Il existe des étriers de sécurité, dont un des bords peut se détacher en cas de chute (élastique, passant en cuir, voire branche détachable). Ils permettent donc d’éviter que le cavalier reste coincé en cas de chute et se fasse traîner. Certains étriers sont articulés pour mieux suivre les mouvements du pieds. Enfin certains sont carrément spécifiques pour essayer de résoudre certains soucis d’aplomb ou favoriser l’équilibre du cavalier.

Le tapis

Le rôle premier du tapis est de protéger la selle (surtout en cuir) de la transpiration du cheval. Et c’est tout. D’ailleurs, il y a 30 ans, le tapis de selle n’était pas du tout un objet obligatoire dans les clubs, il était parfois remplacé par un simple bout de drap.

Mais voilà, les selles sont aujourd’hui fabriquées en grandes séries et correspondent mal aux chevaux. Et les cavaliers cherchent de l’esthétisme. Le monde des tapis a donc explosé depuis quelques années, avec de nombreuses matières, formes, couleurs…

Les prix aussi sont très variables : de 10 à 100€ ! On trouve de très bons tapis entre 20 et 30€. C’est l’esthétisme, la marque et les matières extérieures qui augmentent le plus le prix.

La forme :

Il existe principalement trois formes de tapis :

– le tapis dit « en forme » qui a une forme de selle

– le tapis dit « chabraque » qui a une forme rectangulaire

– le tapis western, qui est plus allongé mais moins haut.

Tapis "en forme"

Tapis « en forme »

Tapis chabraque

Tapis chabraque

 

 

Tapis western

Tapis western

La forme de votre tapis n’est pas très importante en fait. Le principal, c’est qu’il couvre toute la surface de la selle et en dépasse légèrement. Si vous partez en randonnée avec des sacoches, celui-ci doit aussi couvrir les sacoches et une forme chabraque est donc conseillée. Les tapis western sont souvent très mal adaptés aux selles classiques et de rando, car ils ne couvrent pas tous les quartiers et ne remplissent pas leur rôle. Sachez qu’il existe d’autres formes légèrement différentes pour des équitations particulières (comme les tapis « à pointe » d’équitation ibérique), mais que la forme n’a alors qu’un coté esthétique.


Tapis ibérique "à pointe"

Tapis ibérique « à pointe »

Préférez si vous avez le choix les tapis dont le dessus suit la ligne du dos : en effet, il est plus facile de dégarroter un tapis qui est déjà relevé au niveau du garrot.

Tapis dégarroté :

Tapis dégarroté :

 

Tapis dégarroté : on voit que la ligne du dessus n’est pas droite, mais remonte au niveau du garrot

Attention, il existe différentes tailles de tapis, vérifiez donc que non seulement la forme mais aussi la taille conviennent à votre selle.

Les matières

Les bons tapis ont 3 matières :

– une pour l’extérieur

– une pour l’intérieur coté cheval

– une pour l’intérieur coté selle

L’extérieur du tapis : il est en général en coton, car cette matière est à la fois douce et résistante. De plus le coton est facile à teindre ou à laver. On trouve aussi de nombreux tapis en microfibres (polyester) ou « alcantara » ce qui donne un aspect « peau de pêche » au tapis. On trouve parfois du velours. Choisissez une matière facile à entretenir et dont les couleurs ne partiront pas au premier lavage, le reste n’étant qu’une questions de goût.

L’intérieur du tapis : les meilleurs tapis sont « bi-couche ». En effet, ils ont deux couches à l’intérieur:

– coté cheval : de la fibre (appelée polyfil) dont le rôle est d’absorber la transpiration pour un meilleur confort. Sa densité est donné en grammes (en général 300g). Plus ce nombre est important, plus le tapis sera absorbant

– coté selle : de la mousse qui isole la selle de la transpiration, tout en assurant une petite isolation thermique (votre selle chauffe moins). De plus, celle-ci a un léger pouvoir absorbant de chocs. On indique généralement l’épaisseur de mousse (8mm est une moyenne).

On trouve aussi des tapis de bonne qualité dont l’intérieur est en mousse haute densité, en laine (ou composé à base de laine) ou en feutre. Le feutre et la laine conservent la chaleur et risquent donc d’augmenter la transpiration en été, mais ils sont réputés pour être plus résistants.

Attention

Le tapis ne sert pas à amortir les chocs du cavalier. Si le cavalier saute dans sa selle, il serait bon d’investir dans un amortisseur.

Le tapis n’est pas non plus le moyen magique pour transformer n’importe quelle selle en selle adaptée, il ne fera pas de miracle. Faites donc bien attention que votre selle soit adaptée. Et si oui, alors il n’est pas nécessaire d’investir dans le tapis le plus épais de la sellerie. Au contraire, un tapis trop épais réduit l’ouverture de l’arcade de votre selle et risque donc de gêner votre cheval…

Vérifiez bien aussi que votre tapis protège TOUTES les zones de votre selle en contact avec votre cheval, que ce soit les quartiers (en particulier le bas), le troussequin ou les ponts sur les selles de rando. Sinon vous pourriez à la fois abîmer votre selle (à cause de la transpiration) et votre cheval à cause des frottements…

One Response to Choisir l’équipement de sa selle

  1. Merci beaucoup pour ces éclaircissement qui serviront à coup sûr à de nombreuses personnes qui cherchent des conseils pour leurs achats !

Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *