Des fers ou des bottes?

Lorsqu’on m’a demandé d’écrire un article pour parler des bottes pour chevaux je fus très heureuse. Maintenant il me reste à commencer et c’est là ma difficulté. Alors pourquoi ne pas commencer par le début.

Il y a trois ans je commençais vraiment à être découragée par le ferrage de mes chevaux. Les forgerons, dans ma région, sont à une heure de route minimum et il passent aux 6 à 8 semaines. À chaque fois qu’un cheval perdait un fer il fallait attendre 1 à 2 semaines qu’il repasse ou si notre cheval développait une boiterie il fallait se rendre au forgerons ce qui nous demandait 3-4 heures de temps minimum pour l’aller/retour et le ferrage. Sans minimiser les coûts supplémentaires en essence pour s’y rendre.

De plus chaque fois qu’un cheval s’arrache un fer il brise son pied, il y a de plus en plus de trous dans le mur et celui-ci étant fragile il se brise. Nous savons tous aussi que la plupart des forgerons ne peut s’empêcher de toucher la sole donc si le cheval est ferré 3 fois dans un mois il commence à avoir une sensibilité lorsqu’il marche.

Automne 2004 un cheval à l’écurie est diagnostiqué naviculaire. Il pointe son pied même s’il est ferré selon la recommandation du vétérinaire et comme toute personne qui connaît un cheval naviculaire dirait qu’il doit absolument être ferré. Ce cheval n’était jamais confortable. Sa propriétaire a fait beaucoup de recherches sur le sujet car elle aime plus que tout son partenaire et elle souffre autant que lui.

Voilà le début de l’aventure des bottes. Elle découvre sur internet le modèle Marquis qui fait mention de son utilité pour les chevaux naviculaires. C’est décidé elle enlève les fers et lorsque nous sortons en balade elle met les bottes. Sont forgeron est très septique pourtant Seco est très confortable.

Un an plus tard son forgeron réussit à la convaincre de ferrer Seco, après seulement 2 semaines il s’est remis à boiter et à pointer, les fers ont été enlevés et les bottes remises. Les radiographies de l’automne 2005 démontrent un naviculaire très avancé et le vétérinaire qui a fait l’examen a beaucoup de difficultés à croire que le cheval qui est debout devant lui, très confortable à la mobilité ait une dégénérescence de son os naviculaire aussi importante presque terminale.

Avantage pour la botte Marquis : facile à mettre, ne touche pas la couronne et un coussin est gonflé au-dessus des goîtres pour maintenir confortablement la botte en place, thérapeutique pour les naviculaires. Toutes les pièces de la botte se vendent séparément pour les réparer et des bas protecteurs de couronne sont offerts.

Désavantage pour la Marquis : il faut avoir une petite pompe toujours avec nous, il faut forcer beaucoup pour fermer la botte et ne peut être utilisé dans des terrains boueux car la botte ne demeure pas sur le pied. C’est le modèle le plus dispendieux, plus de 400.00$ la paire et pas de distributeur au Québec.

Maintenant que mon amie utilise des bottes pour son cheval je suis de plus en plus curieuse à l’utilisation de celles-ci. Décembre 2004 je me rends à Montréal, magasiner sur place, à la sellerie G.Lemay. Je vois un modèle de bottes Old’s Mac et je m’interroge sur la possibilité de n’utiliser que des bottes.

L’hiver passe et je m’interroge de plus en plus sur l’utilité des bottes. C’est difficile de prendre la décision jusqu’au jour ou mon cheval a perdu un fer 3 fois dans le même mois, qu’il débute une boiterie en raison d’une sole trop sensible et un mur brisé par les clous et que le forgeron me dise en plus qu’il faut lui mettre un pad car son pied est trop sensible, lui qui a toujours eu un bon pied, trop c’est trop.

Je décide de téléphoner à la sellerie G.Lemay pour commander les bottes que j’ai vu en décembre, le modèle Old Mac’s n’est plus disponible mais on m’offre le modèle Boa.

Nouvelle sur le marché, la botte se fixe à l’aide d’un fil de fer qui se resserre par un mécanisme sur le dessus de la botte.

Mon cheval adore ses nouveaux souliers. Je peux galoper et passer dans des terrains boueux mais un problème, c’est que le fil de fer se brise plusieurs fois dans l’été. La garantie est très bien respectée et on remplace les bottes à chaque fois. Il faut aussi protéger la couronne avec des bas (Marquis) ou des « boa gaiter » pour diminuer l’usure de celle-ci. La semelle est épaisse et il faut beaucoup de millage avant de l’user. Au début il faut garder le pas, le temps que le cheval s’habitue à ses nouveaux souliers.

Pour le poney de ma fille nous n’avons pas pu utiliser les Boa pour ses pieds antérieurs car les bottes montaient trop haut et blessaient son paturon.

À la fin de l’été j’étais un peu découragée par les bris fréquents des bottes. J’en étais venue à en acheter une paire supplémentaire pour chaque cheval pour remplacer la paire brisée et retournée à la compagnie par la boutique. Je dois mentionner par contre que ni la compagnie ni la boutique n’ont jamais hésité à remplacer les bottes défectueuses.

Avantages pour la Boa : bonne garantie, tient solidement aux pieds, la forme de la botte permet un bon arraché du pied, semelle solide, matériau facile à laver.

Désavantages : le système d’attache brise facilement, difficile à mettre lorsque le pied n’est pas paré régulièrement (maximum aux 6 semaines), blesse parfois la couronne si une protection n’est pas ajoutée.

Je décide de chercher sur internet pour trouver les Old Mac’s.

Eurêka ! Je peux les commander directement d’Australie via le net. Je décide de commander une paire pour les antérieurs du poney de ma fille et une paire pour mon cheval.

C’est selon moi la crème des bottes. Facile à mettre, matériaux de qualité, solide sur le pied. Le poney de ma fille n’a aucune blessure après de longues balades. Comme je veux maintenant des Old Mac’s pour tous mes chevaux, j’informe la sellerie G. Lemay et voilà je peux maintenant me les procurer au Québec.

Pour les personnes qui ont vu l’ancien modèle, celui de 2005, la semelle était pointue à l’avant ce qui n’était pas bon pour l’arraché du pied maintenant le modèle G2 est merveilleux.

Avantage pour la Old Mac’s : facile à mettre car toute la botte s’ouvre et se referme à l’aide de velcros, ne blesse pas la couronne et un protecteur comme ci-dessous peut être acheté pour un confort maximum. Semelle très solide, matériaux de qualité faciles à laver. Plusieurs coussins que l’on peut ajouter dans le fond de la botte sont offerts pour palier à un problème soit naviculaire, talon plat, sole très sensible…

Désavantage pour la Old Mac’s : mille excuses je n’en vois pas.

Je sais qu’il existe d’autres modèles mais je ne les ai pas essayés.

Maintenant il faut voir les avantages et désavantages pour toutes marques confondues.

Avantages : le cheval conserve un pied solide car il n’y a plus de trous dans son mur, vous partez en randonnée dans des sentiers où le sol est meuble pas besoin de mettre les bottes, l’hiver pas besoin de fer à crampons car tous les modèles offrent d’acheter séparément des campons que l’on peut fixer aux bottes et plus besoin d’attendre le forgeron pour partir en balade. Peut être utilisée dans toutes sortes de sentiers et à toutes les allures, le cheval s’adapte facilement. Le cheval d’attelage peut aussi les utiliser. Très rentable si l’on calcule le prix du ferrage aux 6 semaines et le coût des bottes qui peuvent faire 1 à 2 ans, selon le millage, été comme hiver pour environ 225.00$ la paire. Plusieurs grandeurs sont offertes, du poney au gros chevaux de selle, la preuve mon cheval fait 16.3 mains et pèse 1402 livres et il ne porte pas les plus grandes Old Mac’s.

Désavantages : Il faut prendre le temps de mettre les bottes avant de partir et les enlever au retour ce qui peut être contraignant pour certains cavaliers. Il faut aussi les laver si vous avez été en promenade dans des sentiers boueux.

Pour conclure, nous utilisons des bottes pour 8 chevaux à l’écurie et le seul cheval qui n’a pas de bottes c’est ma Clydesdale. Malheureusement il n’y a pas de bottes pour les chevaux de trait sinon elle en aurait.

L’automne passé plusieurs personnes nous ont posé des questions lors du week-end du randonneur (randonnée provinciale), je voyais dans leur regard beaucoup de scepticisme comme moi avant de les utiliser mais je peux vous dire que les essayer c’est les adopter.

Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas à me les poser, il me fera plaisir de vous aider à la limite de mes connaissances et expériences.

Maintenant voici quelques photos

Pour débuter les bottes Marquis. Si vous remarquez la bande noire se gonfle une fois la botte mise en place.

Voici maintenant les Boa. Cette botte s’ouvre pour glisser le pied à l’intérieur puis on tourne la roulette pour serrer le câble d’acier.

 

Les crampons pour l’hiver !

 

Maintenant les Old Mac’s, comment les mettre. Se sont des grandes bandes de velcro qui se rabattent l’une sur l’autre puis une bande supplémentaire s’attache avec une boucle.

One Response to Des fers ou des bottes?

  1. Bonjour je viens juste de lire votre message, j’ai pris ma décision, je fait ma dernière compétition a la fin d’aout en dressage et je vais déferré mon cheval, il a beaucoup de problème à ses pieds. Comment choisir la grandeur et la sorte? S.v.p pouvez-vous me donner votre numéro de téléphone pour qu’on se parle de vive-voix. Merci de votre attention.

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *