Dossier Trait Mulassier Poitevin.

Présentation de la race

Jument mulassière poitevine isabelle, une des robes les plus recherchées, RDV de l’agriculture, Rhône, 2008

Article du dossier Trait Mulassier PoitevinCritères de la race mulassière Il est né en Vendée du croisement de juments autochtones et de chevaux flamands importés au XVIe siècle. Son type a peu évolué. Les juments furent beaucoup utilisées pour produire des mules, grandes et costaudes, avec des baudets du poitou. C’est un cheval à croissance tardive (mature vers 6/7 ans), fortement charpenté, très fournis en crins. Il est plutôt placide, adapté aux travaux de force car manquant de vitesse. Mesurant de 1m65 à 1m70, il peut être de toute couleur unie bien que l’isabelle et le noir soient les plus ...

Lire la suite...

Déclin dramatique des effectifs et conséquences

Article du dossier Trait Mulassier Poitevin01. régression des effectifs La demande de mules était très forte au 19ème siècle et l’industrie muletière fleurissante. Alors qu’en 1850 on recense plus de 50 000 juments mulassières, la première guerre mondiale a décimé la population et en 1922, les poulains sont peu nombreux car peu prisés. En 1933, le déclin est très fort : seulement 50 étalons sont inscrits et 600 juments mulassières en activité. Actuellement, c’est la race de trait la plus menacée en France. Alors qu’elle a longtemps fait la richesse de toute une région, elle est réduite à une poignée ...

Lire la suite...

Moyens de soutien de la race

Naissance d’un poulain, photo élevage de l’Aube

Article du dossier Trait Mulassier Poitevin01. inscription au stud-book Depuis quelques années, l’inscription des naissances devient quasiment automatique et précise. Cela permet de surveiller la population et de trouver, parmi une population très hétérogène, les « meilleurs » représentants de la race. De plus, chaque sujet est inscrit avec sa famille (voir partie ci après) et avec ses qualités reproductrices (fertilité …). Ainsi, c’est le stud-book qui veille à la fixation de la race et des qualités qui la distingue. 02. primes des pouvoirs publics Depuis 1912, des primes et des prix sont octroyés aux meilleurs reproducteurs mulassiers. Les primes ...

Lire la suite...

Avenir de la race

Idoine monté à Equita Lyon 2007

Article du dossier Trait Mulassier PoitevinLes subventions accordées favorisent l’élevage mais à long terme, il est important de trouver des débouchés économiques intéressants aux poulains et adultes mulassiers. 01. boucherie On ne peut pas parler de chevaux de trait sans penser aux poulains partant à la boucherie. Il s’agit d’un débouché important pour certaines races, mais qui ne peut pas s’appliquer au poitevin. En effet, leur croissance est lente et leur rendement carcasse faible (45%, contre 65% pour d’autres races) car ils sont trop osseux. De plus , la consommation de viande chevaline diminue fortement en France : ce n’est ...

Lire la suite...

Résultats des mesures mises en oeuvre

Article du dossier Trait Mulassier PoitevinLe plan d’accouplement a été mis en place en 1998. Cela fait donc maintenant une dizaine d’années. Quelques résultats sont d’or et déjà visibles. 01. étalons actifs La principale réussite de ce plan est l’augmentation du nombre de reproducteurs males, responsables de la perte génétique. D’un nombre moyen de 22 étalons actifs entre 1989 et 1993 et de 26 entre 1994 et 1998, nous sommes passés à une moyenne de 34 entre 1999 et 2003 et surtout de 42 sur les 5 dernières années (2004-2008). 02. poulains poitevins immatriculés Le nombre de poulains immatriculés par ...

Lire la suite...

Principe de gestion par création de familles

familles_males.jpg

Article du dossier Trait Mulassier PoitevinGestion des petites populations En premier lieu, il faut conserver un nombre de reproducteurs mâles importants. En effet, c’est eux les moins nombreux et donc déterminants pour les pertes génétiques et la consanguinité. Ensuite, il faut partager la population en groupes de reproduction. Il s’agit de rassembler les animaux les plus apparentés entre eux, pour faire des groupes génétiques différents les uns des autres mais avec des individus proches à l’intérieur. Cela a été fait à la fois pour les mâles et pour les femelles. C’est ces groupes de reproduction qui sont appelés des « ...

Lire la suite...