Accueil » Equitation et travail » Education du cheval » Entraîner un cheval, 5 points pour bien faire.

Entraîner un cheval, 5 points pour bien faire.

En principe les choses sont simples, pour un bon entraînement, il nous faut savoir cinq points, qui sont: la motivation, connaître et maîtriser les parties du cheval, la direction, la récompense et la patience.

Entraîner un cheval veut aussi dire prendre le contrôle et les décisions pour lui en toute confiance sans le forcer. Le tout ressemble un peu à la construction d’une maison. Un pas après l’autre, la fondation, les murs, le toit, aucune chose ne se fait « sur un coup de tête », il faut ajuster et bien ancrer chaque morceau, relier avec la substance présente et respecter la continuité, pour enfin finir la maison.

Les différentes étapes prennent du temps. Le temps de sécher, le temps d’ajuster, le temps de monter, c’est ça qu’il faut se rappeler aussi, de laisser murer nos demandes, nos attentes, laisser le temps de comprendre, pour qu’enfin le cheval sache ce que nous voulons de lui.

1) La motivation

Il est facile de parler de la motivation entre humains. Vous avez du travail, votre salaire n’est pas top et un jour il y a une offre qui vous dit, vous gagnez telle somme et en plus vous avez tels avantages etc…. ça, c’est une belle motivation. Vous allez probablement suivre sans trop d’hésitation et quitter votre poste actuel.

Pour le cheval c’est un peu différent (j’ai dit un peu?). Parlons de son job. Son job c’est … euuhh … manger, s’amuser avec les copains, faire la sieste et j’en passe, bref il a une multitude de petits jobs, et il faut le convaincre que c’est bien de travailler pour nous.

Il nous suit dans la carrière avec une seule idée en tête: zut où est mon copain, je veux rentrer….

C’est là que le tout commence et notre imagination sera demandée; chaque cheval est différent. L’un va « travailler » pour nous pour une poignée de riz, l’autre demandera un salaire de directeur, et à un troisième il ne faudra même pas laisser le choix: je veux que tu travailles pour moi, point.

C’est à nous de trouver le « motivator » qui lui convient le mieux, la petite différence qui le fait rester plutôt avec nous au lieu de voir ses copains.

Comprenez bien, il ne faut pas penser que le cheval va venir travailler de son plein gré, ni parce qu’il a envie, il préfère de loin rester tranquille dans le pâturage.

Ce n’est que la motivation derrière qui va lui faire quitter ses jobs.

2) Maîtriser les parties du cheval

Le point très important et pourtant souvent oublié. Déjà avec le travail à pied il est nécessaire de trouver la possibilité de faire bouger cette partie précise sur le cheval que vous voulez, une partie de son corps comme par exemple les hanches ou l’épaule.

Aidé par des flexions votre cheval doit bouger la partie de son corps que vous demandez, les pieds vont suivre tout seuls. Pour y arriver il vous faut beaucoup de patience, mais aussi de la consistance pour faire comprendre à votre cheval ce que vous demandez.

3) La direction

Si nous parlons de la direction, il est essentiel de savoir où vous voulez que le cheval ou la partie choisie de son corps aille ; sachant que nous avons 4 voire 6 directions possibles: avancer ou reculer, droite ou gauche et vers le haut ou le bas.

Un petit planning de vos exercices prévus, votre manière constante de le demander, vous aidera à bien franchir cette phase.

4) La récompense

Pour la récompense, je ne parle pas de lui donner un bonbon, la récompense dans l’entraînement pour le cheval c’est de lui dire : « bravo, c’est ça que je demande de toi, tu as bien fait ». C’est lâcher les rênes, l’arrêt de la pression, notre équilibre, bref, il faut être conscient de comment lui faire comprendre qu’il a fait ce que vous vouliez.

5) La patience

Probablement le point le plus important parmi les autres. Il faut laisser et donner le temps au cheval de comprendre et/ou bien faire. Sans émotions, sans changer votre manière de demander, votre cheval comprendra et cherchera à vous faire plaisir.

Gardez l’entraînement simple, pensez toujours que ça se fait pas à pas, brique par brique. Restez actif dans l’entraînement au lieu de réactif.

Restez concentré pendant l’entraînement, et évitez le plus possible des dérangements, par d’autres chevaux, des bruits etc. Ne parlez pas avec d’autres cavaliers, ça vous éloigne de votre cheval.

C’est si simple, si vous regardez un autre cheval, même pour un moment, vous arrêtez de monter le vôtre.

Pour finir je dirais, pour un bon entraînement il faut aussi savoir s’arrêter au bon moment, rien de pire qu’un cheval qui ne veut plus, il faut que l’ensemble reste un plaisir pour tous les deux.

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *