Accueil » Soins et santé » les Maladies » Maladies du Poulain

Maladies du Poulain

Wobbler Syndrome (WS)

L’ataxie spinale équine est une affection qui résulte d’une cascade d’événements aboutissant à la leucomalacie de la moelle. L’enchaînement est le suivant : une maladie du développement ostéo-articulaire provoque des malformations vertébrales cervicales qui induisent une sténose du canal vertébral. L’ataxie est facile à détecter cliniquement, il y a des tests pour cela. Elle est quantifiable sur une échelle de 0 à 4. La localisation précise de la ou des lésions vertébrales est difficile mais cela est nécessaire si l’on envisage la cure chirurgicale.

Maladie du Tyzzer

La maladie de Tyzzer est une affection hépatique d’origine bactérienne due à un germe baptisé Bacillus piliformis. Elle est très rare et se caractérise par une nécrose du foie. Elle touche essentiellement les foals avant l’âge de deux mois, qui se contamineraient en intégrant les fèces de leur mère. Il s’agit d’une maladie foudroyante, la mort survenant en moins de 12 heures.

Syndrome d’anoxie néonatale

Le syndrome d’anoxie néonatale se caractérise par des troubles neurologiques et comportementaux apparaissant en moyenne dans les 24 heures qui suivent la parturition. Les manifestations cliniques résultent d’un manque d’apport d’oxygène au niveau tissulaire, en particulier vers le cerveau. Les lésions sont principalement des hémorragies et une nécrose cérébrale. Un traitement précoce permet d’espérer une guérison si les lésions nerveuses ne sont pas trop étendues. L’importance de la réanimation du poulain à la naissance est discutée dans le contexte de l’anoxie cérébrale.

Hernie Ombilicale du Poulain

Elle dérive de la fermeture incomplète de l’anneau ombilical, qui permet la sortie sous-cutanée des viscères. Le traitement est de nature strictement chirurgicale, mais seuls les cas les plus graves seront opérés d’urgence.

Maladie hémolytique du poulain

Les antigènes contenus dans les hématies de l’étalon n’existent pas sur la jument qu’il a sailli. Mais le hasard fait que la jument a déjà été en contact avec ces antigènes et s’est sensibilisée en fabricant des anticorps. Si le poulain a hérité dans ses hématies de l’antigène de l’étalon, après sa première tétée de colostrum, les anticorps qu’il contient vont réagir avec les antigènes des hématies, faisant agglutiner les hématies (anticorps agglutinants) qui seront alors détruites dans le foie et la rate, ou les faisant éclater (anticorps hémolytiques).

Isoerythrolysis néonatal

C’est souvent le diagnostic d’un syndrome de déséquilibre néonatal ou « poulain idiot ». Ce syndrome est la conséquence d’un appauvrissement en oxygène pendant la dernière période de la gestation ou pendant l’accouchement. C’est assez commun pour les mises-bas difficiles.

Le poulain va avoir besoin de tout le soutien que vous pouvez lui apporter. Il faudra le réchauffer et l’hydrater. Suivant la gravité, des antibiotiques, un traitement sous perfusion et une aide respiratoire devront être administrés.

Broncho-pneumonie du poulain

La maladie se manifeste habituellement chez le poulain âgé de quatre à douze semaines. La détection clinique de la maladie à ses débuts demande une expérience considérable. La maladie commence par des bruits diffus dans les bronches, souvent accompagnés de toux, qui s’accentuent et se transforment ensuite en sifflement. Ces symptômes peuvent être localisés à une très petite région du poumon. La fièvre se manifeste au bout d’un ou deux jours, associée à une accélération du rythme respiratoire (plus de 40 mouvements respiratoires à la minute). Chez les poulains non soignés, la respiration s’effectue avec des râles sous-crépitants progressifs que l’on peut entendre partout dans le poumon, ainsi que des bruits aspiratoires audibles sans stéthoscope.

Maladie du poulain triste (Actinobacillus equuli)

Chez le poulain, l’infection est connue sous le nom d’actinobacillose ou de shigellose car Actinobacillus equuli était autrefois appelé « Shigella equuli ». Chez les adultes, l’infection peut conduire à des péritonites, à des troubles respiratoires, à des avortements, à des péricardites…

Chez les poulains, la contamination semble se faire au moment de la mise-bas et les cas d’infection sont plus fréquents chez les animaux n’ayant pas ou peu tété le colostrum. L’affection se traduit par une septicémie dont les signes cliniques apparaissent généralement dans les 24-48 premières heures suivant la naissance et qui conduit rapidement à la mort. Les animaux sont abattus (la maladie est parfois appelée maladie du sommeil ou maladie du poulain triste ou, en anglais, sleepy foal disease), couchés, anorexiques, la température rectale s’élève jusqu’à 41 °C et ils présentent de la diarrhée et des troubles respiratoires. Chez les poulains qui survivent à l’infection, on observe fréquemment des arthrites d’où le nom de « joint ill » donné aux formes chroniques. À l’autopsie, on note des pétéchies présentes sur de nombreux organes, des abcès de la taille d’une tête d’épingle dans la corticale des reins et un liquide synovial hémorragique ou présentant des flocons de fibrine.

Epidermolyse bulleuse jonctionnelle (EBJ)

aussi connue sous le nom de « Maladie des pieds rouges du poulain ».

Dès la naissance le poulain apparaît avec une absence de revêtement cutané sur certaines parties du corps ; en particulier sur les extrémités des membres, des lésions des muqueuses de la cavité buccale, des malformations dentaires, et parfois un déchaussement des sabots. Il est incapable de se lever, ses lésions se surinfectent rapidement et la mort intervient en quelques jours. Maladie létale, on ne peut la soigner, l’euthanasie du poulain est la seule issue afin d’épargner ces souffrances.

Actuellement en France, elle a été mise en évidence principalement dans les races de trait Comtois et Breton. Le nombre de cas annuels est faible (1,6 pour mille naissances dans la race Comtois).

Rhodoccocose

Elle est due à une bactérie particulièrement abondante dans le sol et dans les déjections animales. Les formes cliniques de cette infection sont variées mais se traduisent généralement par des pneumonies aiguës mortelles en quelques jours, des pneumonies chroniques suppuratives de traitement difficile et souvent mortelles, des abcès des nœuds lymphatiques du tractus digestif abdominal, et des entérites avec diarrhées. Un diagnostic est souvent trop tardif. Chez le cheval, les infections se produisent généralement par inhalation de poussières contaminées issues de l’environnement. Les signes cliniques se manifestent chez les poulains de moins de 6 mois. La rhodococcose équine évolue fréquemment sous une forme chronique et insidieuse, les lésions internes étant déjà étendues avant que les premiers symptômes ne se manifestent (fièvre, abattement, toux). Le diagnostic clinique est donc souvent posé trop tardivement pour mettre en place un traitement antibiotique approprié qui, de plus, présente un certain nombre d’inconvénients : coût élevé, développement de souches résistantes, mauvaise tolérance entraînant des diarrhées et des surinfections.

Ictère hémolytique

L’ictère hémolytique est une maladie transmise par le colostrum quand la jument a été immunisée contre les globules rouges de son propre poulain : les immunoglobulines du colostrum vont détruire les globules rouges du poulain qui devient anémique. Dans les cas où il y a un risque d’ictère hémolytique (antécédents de poulain à ictère chez la jument, tests de groupes sanguins), on musèle le poulain de la jument à la naissance pour qu’il ne boive pas le colostrum car une seule tétée peut provoquer l’ictère.

Infection à HEVI

atteinte hépatique chez le poulain nouveau-né

Complication de septicémie

La septicémie est une cause majeure de mortalité chez le poulain. L’infection peut avoir lieu in utero (placentite) ou après la naissance. Les symptômes sont frustes et l’évolution vers la mort rapide. La fièvre n’est pas systématique.

Si la septicémie est due à une lactinobicillose la septicémie évolue soit vers la mort en 24h, soit si le poulain survit, sur des arthrites avec gonflement des articulations et boiteries ainsi que des lésions de néphrites caractéristiques (micro-abcès).

La prise en charge du poulain septicémique est très coûteuse, c’est pourquoi elle doit être décidée en fonction de critères (pression artérielle en oxygène, images radiographiques des poumons, etc.) qui permettent d’apprécier les chances de survie du poulain.

D’autres complications peuvent être : péricardite (inflammation de la plèvre qui enveloppe le coeur, entraînant la production de liquide abondant qui le comprime), hémophilie.

Hernie inguinale congénitale (fausse hernie)

La fausse hernie inguinale résulte du passage des viscères à travers l’anneau inguinal, jusqu’au scrotum. Elle ne touche que les mâles et se réduit chirurgicalement. Cette intervention ne revêt pas un caractère d’urgence absolue et est souvent exécutée en même temps que la castration (vers l’âge de 2 ans).

Arthrites

Elles affectent généralement les poulains de moins de 2 mois. Complication de septicémie, d’infections respiratoires, digestives ou ombilicales. Apparition brutale d’une boiterie avec articulation distendue, chaude et douloureuse. Il s’agit d’une urgence nécessitant un traitement par antibiothérapie.

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *