La Wade saddle, c’est quoi ?

Il était une fois … ce serait un bon début pour raconter l’histoire de cette selle western, qui est encore ou faut-il dire justement, aujourd’hui très recherchée pour les qualités de son arçon. Un cowboy nommé Clifford Wade travaillait sur un ranch dans le Wallowa County, Oregon (Etats-Unis) avec un bonhomme qui rentrera plus tard dans toutes les références comme le vrai père du natural horsemanship, Tom Dorrance. Déjà à l’époque une capacité hors pair.

La famille de Clifford Wade avait participé au fameux Oregon trail, pour gagner l’Ouest. Avec eux ils ont emmené de l’Est une selle d’origine inconnue. C’est par héritage que Clifford était en possession de cette selle.

Tom Dorrance était en admiration pas seulement du savoir faire de Clifford avec le bétail ou les chevaux, mais aussi de sa selle.

D’après monsieur Dale Harwood, sellier artisan reconnu dans l’Idaho (Etats-Unis), c’est en 1939 que Tom Dorrance arrive chez Hamley & Compagny Saddleshop à Pendleton, Oregon, avec la selle de Clifford Wade, pour commander une nouvelle selle, faite sur une copie exacte de l’arçon (saddle tree) de la vieille selle de Clifford.

En 1940 Tom Dorrance revient chez « Hamley’s », pas du tout content de la selle. Il travaille alors avec Walt Youngman, le spécialiste des arçons chez Hamley. A cette époque, l’entreprise Hamley produit encore les arçons et les selles chez eux. La selle ainsi produite est restée la selle de Tom Dorrance pendant sa longue carrière de « psychologue des chevaux ».

Les arçons ainsi élaborés par Tom Dorrance et Walt Youngman, furent dorénavant fabriqués en nombre chez Hamley’s. L’entreprise demanda à Tom Dorrance la permission de nommer cet arçon « Dorrance saddletrees », mais Tom demanda à son tour de nommer l’arçon d’après Clifford Wade, car c’était la copie de sa selle. Hamley et Compagny continua de produire quelques selles en petit nombre avec l’arçon « Wade », pour les cowboys autour du Nevada du nord, de l’Oregon de l’est et l’Idaho du sud.

Par contre sa popularité n’était pas (encore) répandue.

En 1961 monsieur Dale Harwood, encore maintenant cowboy sur plusieurs ranches dans le Nevada et l’Oregon, décida de fabriquer des selles pour le cowboy travailleur (buckaro) et ouvrira sa propre sellerie.

En 1962 c’est Ray Hunt qui vient demander de lui fabriquer une selle basée sur l’arçon Wade, le « wade-tree ». En suivant les instructions de Harwood, la selle de Ray Hunt devient « la » référence pour le wade-tree, parce que Ray Hunt utilise la selle dans ses nombreux stages, formations et démonstrations partout dans aux Etats-Unis et au Canada.

Les avantages d’une selle avec un arçon Wade, si on écoute les utilisateurs, sont nombreux. Ce sont presque toujours les cowboys qui travaillent le bétail qui aiment la selle pour ses qualités. La selle Wade est plus proche du cheval qu’une selle western « normale », ce qui donne une meilleure position au cheval pour tenir une vache au bout de la corde.

Le pommeau est bas et ne dérange pas du tout pour le roping et son bout facilite le « dallying » (tourner la corde autour du pommeau). Pour finir (toujours d’après les cowboys qui travaillent le bétail tous les jours), la selle une fois mise sur le dos du cheval ne bougera plus.

Voilà la petite histoire d’un arçon qui est toujours populaire et est même sur le chemin d’un comeback formidable.

La selle de Tom Dorrance (c’est exactement la selle qui était retravaillée par les soins de Tom Dorrance et Walt Youngman dans les ateliers de Hamley & Compagny)

photo de Bryan Neubert, la selle est propriété de Jim et Luke Neubert.

 

 

article de Mike Laughlin, traduit par Peter pour Horse Village
avec l’aimable permission de Cowboy Showcase

Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *