Accueil » Equitation et travail » Bases et loisir » l’Equitation "naturelle" » le cheval, notre professeur …

le cheval, notre professeur …

Le small talk autour du cheval contient souvent toutes les choses impressionnantes que nous avons appris à notre compagnon. Nous avons travaillé sur ceci, sur cela, demain notre programme est ceci… et ça continue. Nous parlons des selles, des mors ou des enrênements, des aides pour lui faire comprendre encore plus les leçons de la vie. Très rarement nous prenons le temps de parler des choses que notre cheval NOUS a fait apprendre, pourtant, la liste est longue (bien sûr ce n’est que ma façon de voir les choses, vous n’êtes pas obligés d’agréer).

– Confiance en soi

Le cheval est un animal grand, fort et quelque part impressionnant et (des fois) il faut du courage pour s’approcher pour le manipuler. Manipuler un animal de cette taille donne pas mal de confiance en soi et sans que nous nous en rendions compte c’est ce savoir de « pouvoir faire » qui nous laisse agir confiant, une confiance qui ne s’arrête pas seulement dans les écuries.

– Responsabilité

Un cheval, il faut s’en occuper. Voilà c’est déjà le point. Nous voulons que notre cheval se sente bien. Cela commence avant que nous pensions « plaisir », avec la nourriture, la santé, son environnement et même l’hygiène. Seller le cheval sans le nettoyer?… pas question ; laisser le caillou dans le sabot? …. impossible ; je ne parle même pas du matériel. Un bon cavalier se sent responsable de sa monture de A à Z.

– Patience

L’entraînement d’un cheval ressemble beaucoup à l’éducation d’un enfant. L’un va plus vite que l’autre, il faut souvent re- (dire) faire la même chose ou le même exercice, et pour bien faire, rien ne va vite. Une fois acquis, nous ne sommes pas à l’abri. Nos aides doivent être claires et il faut laisser le temps à notre compagnon de comprendre ce que nous demandons de lui. Prendre du temps pour aller plus vite.

– Sensibilité

Les chevaux sont des animaux très sensibles. Il est facile pour eux de voir si nous avons peur, ou si nous sommes tristes, mais ils partagent aussi notre joie. Il manque les mots, mais le cheval communique avec le langage de son corps. C’est pour cela qu’il est aussi très sensible envers notre position du corps et nos gestes. Pour bien « lui parler » nous sommes pratiquement obligés de répondre avec la même sensibilité. Chaque comportement « inhabituel » de notre cheval devrait nous faire réfléchir, si nous avons vraiment passé le bon message. Violence et/ou force ne sont pas les outils pour aider.

– Confiance

Un cheval doit faire confiance à l’homme. Dans n’importe quelle situation le cheval doit nous faire confiance. Notre comportement lui montre que nous sommes dignes de sa confiance. Sans confiance il ne nous suivra pas et il nous le montre.

– Respect

Le respect est une chose réciproque. Nous demandons d’être respectés, malgré la taille ou des situations difficiles, cela ne marche que si nous respectons notre compagnon. C’est lui qui nous enseigne comment il faut faire pour quil nous respecte. Se montrer digne de confiance, responsable et compréhensif, est la base pour respecter et/ou se faire respecter dans la vie.

– Conscience

Chaque cheval est différent, pas possible de généraliser. Il a sa propre personnalité et (l’esprit ouvert) il nous fait apprendre tous les jours. Une fois compris qu’on n’arrête jamais d’apprendre, c’est la moitié du chemin.

– Expérience

L’expérience est le résultat de toutes nos mauvaises actions ou décisions. Monter à cheval est tout d’abord un plaisir. Les réactions de notre cheval nous enseignent de ne pas faire la même bêtise deux fois de suite. Bien sûr que nous allons toujours faire des mauvaises manipulations, mais il faut les corriger. Pas la peine de dire que c’est la faute du cheval. C’est comme ça que nous ouvrons et enrichissons notre compte « expérience », éventuellement tous les jours, un compte qui aime être partagé.

– Discipline

Rien de mieux pour apprendre la discipline qu’un cheval, surtout si nous avons le plaisir d’avoir notre cheval « chez nous ». Grasse matinée….. oui mais d’abord il faut donner à manger. Pareil le soir ; …. pardon, mais il faut voir mon cheval. Notre cheval sait bien nous faire respecter ses besoins et la régularité des actions journalières.

– Honnêteté

Impossible de tricher avec un cheval. Il demande à être traité avec franchise et honnêteté. La logique du cheval ne connaît pas les mensonges. Une bonne leçon pour celui qui sait écouter.

– Amour

Le cheval nous montre tous les jours son amour. Il ne cherche pas d’excuses, il est simplement là. Il sait écouter et il sait pardonner. Son regard touche directement notre cœur. Nous apprenons qu’il ne faut pas beaucoup de mots pour montrer nos sentiments, un simple geste suffit.

….. et pour ne pas oublier, (merci Lujayne)

– Self – contrôle

Pas la peine de s’énerver, les émotions comme la colère et/ou la peur n’ont pas leur place. Le cheval sait bien faire la différence. Avec un traitement juste le cheval reste zen et va de lui-même donner son meilleur pour faire plaisir.

– Justesse

Nos compagnons ne comprennent pas que maintenant c’est oui et tout à l’heure c’était non. Leur logique s’arrête en connaissant les limites de ce qui est bon et ce qui est mauvais. Il existe beaucoup trop de chevaux « victimes » , qui ont besoin d’un compagnon qui ne change pas d’avis toutes les 5 minutes.

– Gestion

C’est peut-être un grand mot, mais en travaillant avec un cheval, il y a tellement de choses qui peuvent faire une influence. En commençant par l’espace de travail, les intempéries, la position, l’environnement et surtout l’attention pendant tout l’entraînement, qu’il faut bien gérer. Si ça ne va pas dans le sens voulu, pas question de dire que c’est le cheval qui a eu une mauvaise journée. On apprend à arrêter à temps, et à gérer son temps pour arriver au but de son exercice.

Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *