Accueil » Equitation et travail » Cheval , aide de l’homme » Le débardage à cheval en forêt
Les chevaux au repos :

Le débardage à cheval en forêt

Depuis bien longtemps le cheval sert l’homme sans rien demander en échange sauf de quoi se nourrir et parfois un peu d’affection. On ne mesure pas toujours à quel point ce noble animal peut nous aider, volontairement, courageusement, on ne mesure pas jusqu’à quelle extrémité il irait pour nous servir.

C’est le cas du cheval de débardage. On lui demande d’être fort, puissant, calme, docile, performant, obéissant et courageux à la fois. Des qualités exceptionnelles qu’on ne pourra pas trouver chez l’homme, alors on fait appel au cheval quand le tracteur ou les machines ne peuvent plus rien pour nous…

Cet article se base sur le mode de débardage utilisé à l’île d’Oléron, la méthode ne sera pas nécessairement la même à d’autres endroits.

Quelle utilité ?

Suite à la tempête de décembre 1999, dévastatrice pour l’île d’Oléron, beaucoup d’arbres tombés n’avaient jamais été ramassés. Il fallait donc à la fois nettoyer la forêt dans un but touristique (une forêt propre attirant toujours plus les promeneurs qu’une friche…) et éclaircir la forêt pour améliorer la sécurité en cas d’incendie.

Pour enlever quoi ?

– chêne vert

– pins maritimes

– autres pins

– broussailles

Pourquoi choisir le débardage à cheval ?

Pas pour attirer les touristes puisque le but est de finir le travail avant le début de la saison estivale… Tout simplement parce que le cheval coûte bien moins cher que les engins super sophistiqués, de plus, ils passent mieux entre les arbres et ne les cassent pas (le but est d’éclaircir la forêt, pas de la couper entièrement, il faut donc laisser le plus gros et donc passer entre les troncs sans les détériorer).

Il est également important de souligner que l’Office National des Forêts a choisi cette méthode dans un but écologique car les chevaux n’entraînent aucune pollution.

Races des chevaux :

– Traits du Nord (voir les fiches des races)

– Ardennais (voir les fiches des races)

Matériel utilisé :

– des harnais très résistants, parfois faits de chaînes et de métal. Le collier pèse dans les 15 kilos à lui tout seul.

– une machine, prototype fabriqué par un ingénieur de l’île d’Oléron avec un système hydraulique allimenté par un tout petit moteur (pour les pinces qui ramassent le bois), 6 roues dont 4 pivotantes à l’arrière pour la stabilité et le tout-terrain. Le meneur a aussi un fouet d’attelage, il mène debout.

Organisation des attelages :

– 2 chevaux attelés en paire sur la machine

– 1 cheval tout seul pour tirer et ranger les plus gros troncs au bord de la route

Taille des troncs tirés par les chevaux : 4m20 environ

PHOTOS DU DEROULEMENT DU TRAVAIL DE DEBARDAGE

 

La machine :

Les chevaux attelés en paire, prêts à travailler avec la machine :

Au travail cette fois :

 

 

Là les chevaux se placent autour des troncs à ramasser dans les pinces :

Puis le meneur démarre le système hydraulique qui descend les pinces :

Le bois est ramassé :

Puis ils remontent tout ça en bord de route :

 

Et là c’est le cheval attelé seul qui prend le relais (ça s’appelle la traîne directe quand il tire un tronc avec des chaînes, et cette phase s’appelle l’attroupage, lorsqu’ils ramènent le tronc à la route) :

Le travail effectué !

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *