Ménade et satyre. Face A d'une amphore nicosthénienne attique à figures rouges, vers 525-515 av. J.-C. Pamphaios (potier, signature), Oltos

Le satyre

Le satyre est un homme à oreilles de cheval. Il possède de plus une queue de cheval et a deux attributs principaux : une couronne de lierre et une peau de panthère pour seul vêtement.

 Il entre dans la mythologie grecque et incarne les forces de la Nature, en particulier l’acte de procréation. On les représente d’ailleurs souvent avec les nymphes, dans des danses plus que significatives. Avec les ménades, il accompagne le dieu Dionysos et forme son cortège démoniaque.

Satyre endormi, plus connu sous le nom de Faune Barberini, copie en marbre d’un original hellénistique en bronze (v. 200 av. J.-C.). Vue globale et détail de la queue.

Par analogie, on traite maintenant une personne de satyre lorsqu’elle est obsédée par le sexe.

« Satyre au repos ». Marbre, copie romaine de 130 ap. J.-C. environ, d’après un original grec du IVe siècle av. J.-C. de Praxitèle. Restauration en 1999. Provenance incertaine : Villa Adriana ou Palatin.

 

Attention cependant de ne pas confondre le satyre, mi-homme mi-cheval, avec le faune, mi-homme mi-bouc. Bien souvent, et même dans la littérature, les satyres représentés sont des faunes.

C’est le cas par exemple sur cette illustration d’une fable « Du satyre et du paysan » qui représente un faune et non un satyre.

Illustration des « Fables » d’Esope, Amsterdam : Etienne Roger, 1714 [Fig. en bandeau de la Fable LXXVII :] Du satyre et du paysan.

 

 

Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *