les Aides Classiques

Déjà, il faut savoir qu’en dressage, l’usage de la voix est interdite.

On utilise le regard (pour indiquer la direction), le poids du corps, les rênes (par les mains), les jambes, l’assiette (bassin qui accompagne ou pas).

Il existe deux effets de rêne :

– la rêne d’ouverture : la main se tourne, pour mettre les ongles vers le ciel, l’avant-bras s’écarte alors du corps (mais le bras lui, reste le long du corps). Le bout du nez du cheval va alors suivre la main, suivi du cheval ensuite.

– la rêne d’appui : la main se rapproche de l’encolure, ongles vers le haut aussi et « pousse » le cheval. Par exemple, avec une rêne d’appui droite, le bout du nez du cheval va à droite, mais le cheval va à gauche.

Il existe aussi des aides dites artificielles : cravache (qui s’utilise derrière la jambe pour l’impulsion ou sur la croupe en cas de bêtise), stick (une grande cravache utilisée en dressage car elle permet d’agir sans bouger les mains), éperons (pour indiquer un endroit précis, s’utilise par frottement bref et pas par coups ou pression continue).

Les aides des figures de base

Bon, ce sont les aides « idéales » mais il faut un cheval bien dressé pour que ça marche comme dans la théorie

S’arrêter

– mains au contact, doigts qui se ferment sur les rênes

– jambes au contact (pour un arrêt carré)

– bassin qui se bloque

– épaules légèrement reculées

Transition ascendante (arrêt->pas ou pas->trot)

– pression des mollets

– ouverture des doigts sur les rênes

Transition descendante

– fermeture des doigts

– blocage du bassin

Départ au galop par prise d’équilibre

– jambe intérieure à la sangle (celle à l’intérieur du manège)

– jambe extérieure reculée

– poids du corps vers l’extérieur

– légère rêne d’appui intérieure

– doigts qui s’ouvrent

(le but est de mettre le cheval dans l’équilibre qu’il a au galop, et très vite, reculer la jambe suffit à obtenir le départ au galop)

Reculer (depuis l’arrêt)

– mains au contact

– jambes au contact

(les jambes servent à demander un mouvement, les mains fermées devant indiquent qu’il faut aller vers l’arrière)

Déplacer les hanches

– jambe isolée (jambe reculée du côté où on veut pousser donc à droite pour aller à gauche, et qui agit par pression-arrêt-pression-arrêt….)

– poids du corps du côté du déplacement

– regard du côté du déplacement

– légère rêne d’ouverture ou d’appui en fonction de l’incurvation souhaitée (dans le sens du déplacement ou au contraire du déplacement)

Incurvation

– jambe intérieure à la sangle qui sert de point d’appui, sorte de « pivot », qui sert à maintenir l’impulsion

– jambe extérieure reculée qui retient les hanches pour qu’elles ne dérapent pas

– rêne d’ouverture

– le regard est en avance sur le cercle

La rêne sert à rétrécir le cercle alors que la jambe intérieure sert à l’agrandir. La main extérieure sert à ralentir l’allure et les jambes servent aussi à maintenir l’impulsion.

Les différentes figures

Les cercles et les voltes

Le cheval est incurvé sur un cercle. Si le diamètre est faible (< 15m), on parle de volte, sinon on parle de cercle. Le cercle doit être parfait, le cheval incurvé sur sa courbe mais il ne doit pas se pencher.

Les cercles et les voltesDiagonale

Une diagonale part après le petit côté et va en ligne droite à juste avant le petit côté du sens opposé.

Doubler

Un doubler consiste à traverser la carrière dans la largeur ou la longueur en ligne droite. En fin de ligne droite, on peut garder la même main (= même sens) ou changer de main.

1/2 volte et 1/2 volte renversée

La 1/2 volte consiste en un 1/2 tour de volte suivi d’une diagonale pour rejoindre la piste. La 1/2 volte renversée est la même chose, mais en partant de la diagonale pour finir par la 1/2 volte.

 

1/2 volte :

1/2 volte renversée :

 

Serpentine

Elle peut comporter un nombre différent de boucles. On part du milieu du petit côté, puis on enchaîne les 1/2 voltes et les lignes droites jusqu’à arriver au petit côté opposé tout en traçant une forme de S dans le manège.

Hanches en dedans

Il s’agit, sur une courbe ou une ligne droite, de mettre les postérieurs du cheval vers l’intérieur de la figure. L’angle entre le tracé et le cheval doit être d’environ 30°. On dit alors que le cheval marche sur « trois » pistes : au sol, à la place d’avoir 2 pistes (une pour le côté droit et une pour le côté gauche), on voit 3 pistes : une pour un antérieur, une pour l’autre antérieur et le postérieur opposé, et une pour le dernier postérieur.

Epaules en dedans

Même chose, mais avec les épaules à l’intérieur à la place des hanches

(la tête est du coté opposé du mur (noir) et le cheval va de bas en haut)

 

 

Déplacements latéraux

Le cheval se déplace sur le côté et vers l’avant, les antérieurs et les postérieurs se croisant. Le cheval regarde dans la direction opposée au mouvement (rêne d’appui)

Appuyer

Une des figures les plus difficiles à bien réaliser. Le cheval se déplace latéralement, mais en étant incurvé dans le sens du déplacement (contrairement aux déplacements latéraux) grâce à une rêne d’ouverture

Bon, il existe encore de nombreuses autres figures, mais j’écris pas une encyclopédie !

Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *