Accueil » Equitation et travail » Cheval , aide de l’homme » Les chevaux dans l’armée suisse

Les chevaux dans l’armée suisse

Les chevaux ont toujours joué un rôle essentiel dans l’armée. Que ce soit devant un attelage ou sous une selle, mais aussi pour amener des vivres ou des munitions, les chevaux ont aidé à gagner des batailles. Il n’y a aucun doute que la troupe est aussi âgée que l’organisation dans l’armée elle-même. La caravane avec chevaux, mulets, ânes et voitures devait transporter les machines, tentes, matériaux pour la construction de ponts et bien sur les bagages. Comme l’ancienne confédération n’avait pas assez de chevaux de selle, on éduqua les soldats en conséquence. Ils étaient les maîtres d’apprentissage de l’infanterie européenne. Au cours des siècles, cela s’est développé en contingent d’armée super bien organisé, chaque troupe ayant sa propre composition.

Malheureusement, avec la motorisation, l’effectif diminua de plus en plus. Lors de la première guerre mondiale, on compta beaucoup sur les chevaux parce que les moteurs n’étaient pas encore assez fiables. Malheureusement lors de la seconde guerre mondiale on réalisa que le temps des chevaux était plus ou moins terminé.

Les régions montagneuses sont responsables de la présence des chevaux dans l’armée aujourd’hui. On y trouve des mules, des haflingers, des fjords, etc…. ayant des rôles très importants. Plusieurs milliers de soldats peuvent intervenir en cas de guerre afin de ravitailler les troupes. Un Franche-Montagne peut porter aisément une charge de 120 kilogrammes dans les montagnes sans en souffrir. Les conditions géographiques et climatiques des Alpes sont très dures pour le cheval et le soldat. On les emploie sur des courtes distances entre la troupe et le centre de ravitaillement qui lui est ravitaillé par des engins motorisés. Le plus important est d’employer aussi efficacement que possible les moyens de transport.

Le Franche-Montagne

Le Franche-Montagne est la race originaire de la Suisse et aussi le dernier représentant des chevaux de trait légers en europe. Le berceau de la race est situé sur les hauts plateaux des Franches-Montagnes dans le Jura. Les Franche-Montagnes sont compacts au dos court et très porteurs. Leur poids varie entre 450 et 600 kilos et leur taille au garrot est entre 150 et 160 cm.

Avec leur force de caractère, ils sont le cheval “familial” idéal. Idéal aussi pour l’équitation de loisir, que ce soit monté classique ou monté western.

On peut remonter leur élevage jusqu’au 15ème siècle. Aussi bien pour travailler avec des militaires ou des paysans, ils furent très appréciés. L’élevage connut une chute lorsque l’armée française (qui importa des Franches-Montagnes) se servit de plus en plus des chevaux élevés par eux-mêmes. Le gouvernement suisse décida d’intervenir et décida d’élever ces chevaux pour l’usage exclusif de leur armée. Tout d’abord, ils intégrèrent des races anglaises pour rafraîchir la race, ensuite ils se tournèrent vers les Normands. Le “nouveau” Franche-Montagne prouva très vite sa qualité et devint un cheval très apprécié par les militaires, pour l’attelage avec des bonnes qualités sous la selle. Avec la motorisation, ils ont adapté l’élevage encore une fois afin d’obtenir un cheval un peu plus lourd. Pour cela, ils ont mélangés des traits suédois.

L’armée suisse ne possède aucun cheval “fixe”. Chaque année l’armée achète un certain nombre de chevaux (hongres et juments), les éduque et les revend à des civils, qui s’engage à garder le cheval pendant 6 ans. Pendant ces 6 années, l’armée suisse peut disposer du cheval, ne serait-ce que pour un cours de rafraîchissement. Ainsi, pendant ce temps, les juments n’ont pas le droit de pouliner.

L’effectif actuel est d’environ 600 chevaux, environ 350 Franche-Montagnes et 250 autres chevaux qui servent de cavalerie pour les officiers et les sous-officiers.

Le Franche-Montagne est toujours un animal de bât idéal surtout quand on pense que la Suisse est à 60% avec du terrain difficile et charpenté. Leur utilisation est :

– transport de marchandises dans les terrains difficiles

– aide aux civils

– pour les patrouilles

Avec nos remerciements à :

Adj Uof Patrick Sieber

Fach Instruktor Train

Eidgenössisches Departement für Verteidigung,

Bevölkerungsschutz und Sport VBS

Schweizer Armee

Kompetenzzentrum Veterinärdienst und Armeetiere

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*