Accueil » Soins et santé » les Maladies » les Maladies Digestives

les Maladies Digestives

Coliques

Les coliques sont la première cause de mortalité chez le cheval.

Les coliques sont une sorte d’encombrement du système digestif, de gravité variable. Elles se traduisent par une douleur plus ou moins intense. On arrive à traiter la plupart des coliques mais certaines peuvent être mortelles.

Le cheval a un système digestif d’herbivore. Dans la nature, il consacre la majeure partie de son temps à brouter. Le cheval domestique, lui, reste enfermé et inactif souvent 23 heures sur 24. Il reçoit trois gros repas par jour. Il absorbe donc dans un laps de temps très bref des aliments hautement énergétiques.

Les coliques se divisent en 3 catégories : les coliques par stase, les coliques spasmodiques et les coliques de torsion.

Colique par stase : le transit intestinal est ralenti de façon importante ou il cesse dans une portion de l’intestin. La douleur est constante tant que le transit n’est pas rétabli.

Colique spasmodique : contractions intenses de l’intestin avec, en alternance, des périodes de douleur aiguë et de soulagement.

Coliques de torsion : torsion du tube digestif complètement déplacé et comprimé par les organes voisins. La douleur est violente et continue. Une intervention chirurgicale d’urgence est nécessaire.

En tous les cas, si vous voyez votre cheval se coucher, se relever en alternance, qu’il se roule et qu’il regarde son ventre, appelez le vétérinaire de toute urgence!

Impaction

Il s’agit en fait d’une constipation, c’est-à-dire d’une accumulation de selles dans l’intestin qui durcissent au point que le cheval n’arrive plus à faire ses crottins. Le bouchon se situe généralement au niveau du gros intestin. Ces coliques sont favorisées par la déshydratation ou par des problèmes dentaires, mais souvent on n’arrive pas à trouver la cause réelle. Les signes sont souvent modérés dans les premières heures, mais peuvent rapidement s’aggraver.

Diarrhée

Souvent due à des parasites, infections, brusques changements d’alimentation, nourriture avariée.

Une diarrhée liquide voire sanglante peut amener un amaigrissement, les poils hérissés et une énorme fatigue. Faites venir le vétérinaire si la diarrhée persiste.

Obstruction Œsophagienne

Aussi appelée engouement, elle touche principalement les chevaux « gloutons ».

L’engouement est un accident digestif. Il se produit souvent chez les chevaux recevant des granulés, mais peut être aussi causé par un bout de bois, de la litière ou un bout de carotte ou un morceau de pain.

Les signes les plus communs sont une salivation excessive, des hoquets, une toux avec recrachement de salive et une présence de jetage alimentaire aux naseaux. Le cheval peut aussi donner des signes de colique, être nerveux et agité. Il tend aussi l’encolure comme pour vomir.

La majorité des bouchons se forme dans la partie terminale de l’œsophage. Tant qu’il mangera, il continuera à obstruer son œsophage.

Entérotoxémie

C’est une colique infectieuse : il s’agit d’une déviation de la flore intestinale, entraînant des phénomènes toxiniques (sécrétions de toxines par les bactéries pathogènes) à l’origine encore d’un état de choc souvent rapide.

Ulcère gastrique

L’ulcère de l’estomac est une affection très répandue surtout dans le monde du sport, cette affection touche environ 60 % des chevaux. Un chiffre qui monte jusqu’à 93 % dans l’univers des courses.

Maladie de l’herbe

Aussi appelée myopathie atypique des chevaux au pré, elle entraîne une destruction musculaire massive affectant de préférence les muscles riches en fibres lentes.

Une mort soudaine ou une grosse faiblesse musculaire apparaît dans les régions touchées au printemps ou en automne.

Seule une prise de sang pourra identifier la maladie, donc en cas de soupçons, appelez le vétérinaire de suite.

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *