Accueil » Races » Le Haflinger » Les vertus thérapeutiques du lait de Haflingers

Les vertus thérapeutiques du lait de Haflingers

Article du dossier Le Haflinger

Voilà encore une autre particularité qui rend notre petit cheval tyrolien aussi unique! Son lait aurait des vertus thérapeutiques sur l’homme.

Bien entendu, le lait de juments d’autres races peut être produit, mais c’est plus souvent aux Haflingers qu’on fait référence dans ce domaine.

Il est utilisé soit en remède, soit en cosmétique, et peut être administré en prévention ou en soins.

Lieu de production

Le premier lactarium français de lait de jument biologique est « Le Domaine de la Voie Lactée », fondé par William Le Petit et sa fille. Situé dans le Bitcherland, en plein cœur du parc régional naturel des Vosges, il compte une centaine de Haflingers.

Mais ce n’est pas le seul endroit où l’on peut se procurer du lait de Haflinger : d’autres producteurs sont à leur compte.

Histoire

Au XIXe siècle, on utilisait le lait de jument comme lait de substitution au lait maternel. Il pouvait également soigner les cirrhoses, les ulcères de l’estomac, les gastralgies, les entéralgies chroniques, les constipations et les affections diverses de la vésicule biliaire et du pancréas.

On le conseillait également dans les cas de tuberculose, coqueluche, bronchite chronique et asthme.

C’est après la Seconde Guerre mondiale, dans le nord et le centre de l’Europe que réapparaît cette pratique.

L’université de Charlottenbourg, à Berlin, le recommandait chez les prématurés, et plusieurs études scientifiques effectuées en 1982 et en 1985, en Russie, en montrent l’efficacité.

Aujourd’hui, certains médecins intègrent le lait de jument dans leur traitement, mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions malgré les études qui sont en cours.

Affinités

Le lait de jument et le lait humain ont de profondes ressemblances : le cheval et l’homme sont des mammifères monogastriques. Leurs laits sont pauvres en caséine et riches en albumine et protéines, ce qui assure une grande digestibilité. Ils ont également un taux à peu près équivalent en glucides et en sels minéraux. Mais le lait de jument se distingue par un taux important en vitamine C.

Explications

On peut expliquer les différentes propriétés bénéfiques du lait de jument par sa composition. En effet, celle-ci est un mélange très stable de substances en solution qui ne coagule pas (ce lait ne peut pas former de crème). Sa caséine est formée de grosses cellules qui sont facilement attaquées par les enzymes digestives, ce qui explique sa digestibilité.

Ce lait est faible en protéines (20 à 30%), ce qui peut être intéressant pour les enfants de moins de 4 ans qui ont des troubles prolongés du sommeil à cause de leur foie qui n’est pas encore mûr. Cela peut être également profitable pour les reins des nourrissons.

Le lait de jument est peu allergène : cela est dû à sa faible teneur en caséine et en bêta-lactoglobuline.

Sa richesse en alpha-lactabumine permet une meilleure assimilation du lactose et favorise la muliplication cellulaire, et sa richesse en cystine (un acide aminé agissant au niveau du foie) favorise la désintoxification et ralentit le vieillissement cellulaire.

Cela explique ses effets cicatrisants et protecteurs de la peau, ainsi que son efficacité dans la guérison de certaines maladies bronchiques comme l’asthme.

Un autre acide aminé jouerait également un rôle crucial contre la migraine, en espaçant et en diminuant l’intensité des crises.

Certaines personnes présentent des carences en sérotonine, ce qui peut avoir pour effet une augmentation de l’appétit. Le lait de jument corrigerait ce déséquilibre en régulant le métabolisme des hydrates de carbone.

Le lait de jument Haflinger possède également une enzyme pouvant faire office d’agent anti-microbien puissant : le lysosime. Cela a pour effet de soigner les aphtes, les infections rhynopharyngées, les rhumes à écoulement et la coqueluche.

Il peut également stimuler les défenses immunitaires et être ainsi administré dans tous les cas de faiblesse des défenses (personnes âgées, antibiothérapie, …)

Ce lait permet également de diminuer la dose d’insuline, et régule ainsi l’indice de glycémie.

Il convient mieux au personnes âgées grâce à sa digestibilité. De plus, il limite la progression des symptômes de l’ostéoporose.

La matière grasse, elle, a des effets bénéfiques sur le métabolisme (formation du cerveau et des cellules nerveuses).

Il possède également un avantage de taille : il n’est presque jamais porteur de gènes pathogènes comme la Salmonella ou la Listeria.

Récolte

On commence à recueillir le lait de jument après les trois premiers mois de tétée. A partir de ce moment-là, une partie du lait de la jument est prélevé 5 fois par jour pour être lyophilisé immédiatement, ou congelé à très basse température. Il est ensuite conditionné sous la forme d’étuis de 125 et 250 ml, ou de gélules ou capsules de lait lyophilisé.

Le coût de ce produit est de 23€ en moyenne.

ATTENTION

Le lait de jument ayant un certain succès, il pourrait être tentant pour certains de se lancer dans sa production.

Or, pour avoir du lait, il faut avoir des poulains! Et certains producteurs peu scrupuleux se contentent simplement de les envoyer à l’abattoir une fois leur rôle terminé!

De plus, certaines « laiteries équines » ne sont pas très bien tenues : traite à la main, chevaux peu soignés, mauvaise croissance des poulains, etc…

Donc, même s’il est tentant pour certains amoureux des chevaux de consommer le lait de leur animal favori, réfléchissez bien avant et renseignez-vous sur le lieu de sa production !

Parcourir le dossier<< La sélection des poulainsLe Haflinger dans l’Armee Autrichienne >>
Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *