Accueil » Soins et santé » les Maladies » Maladies Virales , Microbiennes et Mycosiques

Maladies Virales , Microbiennes et Mycosiques

Rage

La rage est une maladie causée par un virus affectant le système nerveux. Le virus de la rage se transmet souvent par la morsure d’un animal infecté.

Une fois que le cheval a contracté la rage, le virus se propage dans les tissus nerveux jusqu’au cerveau où il cause une infection. Il infecte ensuite les glandes salivaires ainsi que la salive. C’est alors que le virus peut se transmettre aux autres animaux et aux humains.

La période d’incubation varie de quelques jours à plusieurs mois.

Grippe

La grippe est une maladie contagieuse et infectieuse. Elle est transmise par un virus mais elle peut être dûe à un refroidissement ou à l’humidité.

– Fièvre

– Douleurs musculaires et aussi articulaires

– Abattement général

Un cheval malade de la grippe doit être obligatoirement séparé. Cette maladie met assez longtemps à guérir et les soins par un professionnel est inévitable .

Pour prévenir , pensez à faire vacciner votre cheval régulièrement.

Peste Equine

La peste est une maladie causée par la bactérie Yersinia pestis et affectant tous les mammifères. Aussi bien transmise par des nuisibles que par les lapins courant dans les champs voire même les insectes ( taons , moustiques etc … ).

N’oubliez pas de vacciner votre cheval lorsque vous allez dans des régions ou pays sensibles . Renseignez-vous pour cela chez votre Vétérinaire

Adenite

Une adénite est une inflammation des ganglions causée par le Streptococcus. Cette maladie est infectieuse et contagieuse, et touche surtout les jeunes chevaux.

Les symptômes sont :

– Tous et Fièvre

– Mucus blanchâtre coulant des naseaux.

– Glandes sous-maxillaires grosses et douloureuses

– Abattement

Cette maladie ne peut être soignée que par le Vétérinaire , qui va administrer des antibiotiques .

Le cheval doit être à tout prix isolé !

Enterite

L’entérite est une inflammation de la muqueuse de l’intestin.

Les symptômes sont :

– Diarrhée

– Fatigue et mal-être général

– la Langue est grise

– le cheval refusera toute nourriture

Le cheval doit à tout prix être mis dans un endroit clos , sans courants d’airs . A cause de la diarrhée , le cheval risque d’être déshydraté …

Appelez de toute urgence le vétérinaire !

Arterite Virale

L’artérite virale équine (EVA) est une maladie virale contagieuse. Elle provoque des lésions vasculaires.

Les symptômes :

– Forte fièvre de 2 à 10 jours

– Conjonctivite

– Abattement

– Œdèmes aux pattes

– Manque d’appétit

Le cheval doit être impérativement isolé de ses congénères.

Aucun traitement spécifique n’existe. Malgré tout , faites appel à votre vétérinaire !

Stomatite

La stomatite vésiculeuse est une maladie virale contagieuse se traduisant par l’apparition de vésicules au niveau de la muqueuse buccale, de la mamelle, du prépuce et de la fourchette du sabot.

Les symptômes :

– hyperthermie

– Fièvre.

– Asthénie.

– Manque d’appétit.

Le cheval doit être impérativement isolé de ses congénères. Et appelez d’urgence votre vétérinaire !

Gourme

La gourme est une maladie infectieuse et très contagieuse touchant généralement les chevaux âgés de 3 à 6 ans. Cette maladie attaque les voies respiratoires par l’apparition du streptocoque.

La période d’incubation est de 4 à 8 jours.

Surtout le manque d’hygiène est le facteur qui favorise l’apparition de la maladie.

Les symptômes sont :

– Inflammation du pharynx et du larynx.

– Jetage nasal jaunâtre et purulent.

– Toux grasse et douloureuse.

– Fièvre entre 39,5 et 41°C.

– Manque d’appétit.

Le cheval atteint de la gourme doit ABSOLUMENT être isolé. Son box ainsi que le matériel devront être désinfectés.

Appelez d’urgence votre vétérinaire !

Tetanos

Le tétanos est une maladie rarement curable. La bactérie responsable est le Clostridium tetani. Cette bactérie est présente quasiment partout. Certains départements sont plus infestés que d’autres. La bactérie infecte le cheval de lésions de la peau, le plus souvent pas des petites plaies ou des coupures légères.

– Raidissement progressif des membres.

– Spasmes musculaires.

– Manque d’appétit.

– Température.

Le cavalier devra vacciner avec le vaccin antitétanique. Ensuite, un rappel devra être effectué tous les ans et lors de blessures.

Morve

La morve est une maladie infectieuse causée par la bactérie Burkholderia mallei et affecte principalement les chevaux, mais aussi d’autres mammifères.

Les symptômes de la morve dépendent de par où elle est rentrée dans le corps du cheval.

– fièvre

– douleurs musculaires

– sécrétions lacrymales excessives

– sensibilité à la lumière

– diarrhée.

Cette maladie nécessite l’intervention d’un vétérinaire.

Le propriétaire devra isoler son cheval !

Leptospirose

La leptospirose est une maladie infectieuse provoquée par une bactérie. Cette maladie est transmissible à l’homme. Souvent , cette bactérie est transmise par les nuisibles , surtout en zone humides , près de l’eau.

– Urines abondantes et brunes

– Douleurs musculaires

– Fièvre

– Abattement

Cette maladie peut également adopter une forme aiguë, bien que rare, et une forme chronique.

Les nuisibles transmettent cette bactérie par leurs urines. Veillez toujours à anéantir les colonies de rats et de souris!

West Nile

Le virus West Nile, aussi appelé virus du Nil occidental, est un micro-organisme. Il est transmis aux humains et aux animaux par la piqûre d’un moustique infecté.

Les symptômes sont :

– Fièvre

– Fatigue

– Raidissement musculaire

Le cavalier doit faire appel à son vétérinaire. Si ce dernier suspecte la maladie de West Nile, une prise de sang est le seul moyen pour confirmer le diagnostic. Il existe malheureusement aucun traitement spécifique de cette maladie. Le vétérinaire prescrit un traitement afin de traiter les symptômes, mais non la cause.

 Infection des Poches Gutturales

L’infection des poches gutturales est généralement causée par un fongus.

La poche gutturale se situe entre le pharynx et l’oreille interne. Lorsque le cheval a une infection au niveau des poches gutturales, l’infection peut se propager.

Cette maladie peut être mortelle pour le cheval.

– Épistaxis

– État fébrile

Le cavalier doit appeler immédiatement le vétérinaire!

Rhinopneumonie

La rhinopneumonie est une infection des cavités nasales et des poumons.

Elle est causée par un virus du type Herpés, qui est à l’origine d’infections malignes.

Il suffit d’être contaminé une seule fois pour être contagieux à vie.

Le virus est insidieux (car il s’insinue discrètement dans le corps), latent (car il peut y sommeiller pendant des semaines, des mois voire des années), omniprésent (car il ne disparait pas totalement) et peut se révéler en très peu de temps sous la forme d’une épidémie.

Huit types sont connus mais, seuls 4 semblent être pathogènes.

Divisé en sous types EHV (Equine Herpès Virus) avec chacun ses particularités immunologiques :

EHV1

Il est à l’origine d’infections nasales, de bronchites … d’avortements aux derniers stades de gestation, ainsi que d’autres complications, comme des désordres nerveux de type ataxie et paralysie.

Les chercheurs ont réussi à décoder son génome. Il est composé de 76 gènes différents.

Ce génome perturbe le code génétique des cellules infectées.

EHV2

Fût le premier à être isolé, mais considéré comme bénin.

EHV3

Il provoque un exanthème coïtal

EHV4

Il semble moins virulent, mais provoque une infection des bronches.

Des tests ont démontrés que 90% environ des chevaux ont fabriqué des anticorps contre EHV 1 et 4.

Les virus de l’herpès sont les principaux adénovirus.

La particularité des EHV est d’isoler leurs victimes de leur système immunitaire et de neutraliser leurs mécanismes de défenses.

L’infection peut gagner tout le corps ou créer juste des problèmes localisés.

Les virus peuvent se propager sans pour autant être suivis de symptômes.

Moralité :

Ces virus se diffusent en créant ainsi des contaminations massives, sans maladie apparente.

Les chevaux qui ont été atteints par la rhinopneumonie (même si aucune maladie ne s’est déclarée), restent porteurs du virus à l’état latent et il peut se déclencher au cours d’un stress, d’une autre maladie, d’un traitement AIS …etc.

La contamination peut se faire soit au contact des chevaux atteints, soit après un avortement.

L’avorton, les litières, tout ce qui a pu être souillé au cours du poulinage est une source de contamination.

Selon le type de virus et l’âge du cheval, la maladie ne se présentera pas sous la même forme.

La forme respiratoire

L’incubation varie de 2 à 10 jours environ.

Cette forme ressemble à la grippe, mais en moins aigue ou sous une forme de rhinopharyngite aigüe évoluant en trachéo-bronchite.

Ce sont les poulains jusque environ 3 ans qui y sont les plus sensibles.

Les affections des bronches surviennent fréquemment en automne ou en hiver quand les yearlings et les foals sont plus fragiles.

Des poulains peuvent aussi perdent l’immunité acquise par le lait de leur mère et faire face à une infection du EHV 4.

Ils ont en général de la température pendant quelques jours, perdent de leur appétit, avoir des écoulements naseaux transparents, avoir une toux …

Cette forme est causée en général par le sous type EHV1 et 4.

Ce sont les cellules lymphoïdes (cellules du système immunitaire) qui sont contaminées.

Après une phase d’hyperthermie (> à 38°), on peut également observer une phase sans température , puis de nouveau une phase hyperthermique et ainsi de suite.

Une toux non constante et un jetage clair dans ses débuts apparaissent.

Ce jetage peut également devenir au fil des jours de plus en plus épais et laiteux.

Parfois les signes cliniques sont si faibles, qu’ils peuvent passer inaperçus.

Les symptômes peuvent régresser en 15 jours, mais la guérison nécessite plusieurs semaines.

Dès les premiers symptômes, il est préférable d’isoler le virus en pratiquant un écouvillonnage.

Il n’existe pas de traitement spécifique.

On administre si la fièvre est importante, des anti-inflammatoires et/ou des antibiotiques pour lutter contre une infection secondaire toujours possible.

Il est impératif que le cheval soit au repos complet.

La forme abortive

Occasionnée aussi par EHV1, cette forme est grave chez les poulinières.

Le délai entre l’infection et l’avortement peut varier de 2 semaines à plusieurs mois.

En général, cette forme touche plus particulièrement la poulinière pendant la 2° moitié de la gestation et l’avortement peut se produire vers le 9 – 10 – 11° mois.

Tout ce que la jument expulse est source de contamination.

Il arrive également que le virus EHV1 infecte le fœtus dans les derniers 15 jours avant le terme.

Ce poulain pourra naitre avant terme, donc être prématuré, ou naitre malade avec de graves troubles respiratoires.

En général, ces poulains malheureusement meurent dans leur première semaine.

Pour avoir une certitude de cette forme, il faut faire des prélèvements à partir de certains organes du poulain (le foie qui en général est nécrosé, ainsi que des lésions typiques sur les poumons).

Une jument qui a avorté une première fois, n’avorte en général pas la fois suivante parce que le contact permanent avec l’infection maintient un certain niveau d’immunité.

Des recherches ont montré que les dommages crées par le virus, sur l’endothélium des vaisseaux de la matrice peuvent à eux seuls, entrainer la mort du poulain et l’avortement de la poulinière.

Ce qui est important de savoir dans ce cas, c’est que le poulain n’est pas porteur du virus. Ceci a une importance, dans le sens ou des avortements inexpliqués peuvent être causés par un EHV même si l’on ne trouve pas le virus dans le placenta.

Il faut donc pratiquer une biopsie sur l’utérus et l’envoyer au labo avec le fœtus et le placenta.

La forme nerveuse

C’est plus une complication des formes précédentes.

EHV1 peut entrainer une inflammation de la moelle épinière.

Le cheval peut présenter des troubles légers ou des pertes de motricité.

L’arrière main du cheval se paralyse rapidement, on observe une incontinence urinaire ainsi qu’une paralysie de la queue.

Le cheval peut se trouver en décubitus en 48 h environ.

Seule la sérologie (étude des sérums, parties liquides se séparant après coagulation du sang), dans ce cas, est valable pour orienter un diagnostic.

Il n’y a pas de traitement spécifique.

Comment diagnostiquer une rhinopneumonie ?

Le diagnostic de la rhinopneumonie est délicat.

Les affections des bronches surviennent fréquemment en automne ou en hiver quand les yearlings et les foals sont fragiles.

Il est préférable de chercher à isoler le virus ou de faire une sérologie

La présence d’anticorps n’est pas toujours le cas d’une bonne protection.

Quelques préventions

Bien vérifier les vaccinations lors d’un nouveau venu dans une écurie.

Les vaccins sont surtout dirigés vers la forme abortive, car pour les formes respiratoires, ils offrent une protection insuffisante.

Le virus ne peut être totalement écarté par la vaccination, mais peut éviter sa propagation (le virus se développe moins bien, donc, les chevaux sont moins contagieux).

Les effets de la vaccination ne durent que 3 à 4 mois, d’où l’intérêt de vacciner régulièrement.

Les vaccins actuels aident, mais seulement dans le cas d’un suivi drastique sur tous les cheval du haras.

Il faut savoir que les chevaux qui ont manqué un rappel et qui sont ensuite contaminés, seront plus contagieux qu’un cheval non vacciné et contaminé.

Il existe maintenant une bivalence EHV1 et 4

Ne jamais mettre un nouvel arrivant à proximité d’une jument pleine.

Il faut isoler le cheval qui présente un trouble respiratoire

Bien désinfecter les camions, vans … lors de transports multiples

Une bonne ventilation des locaux…

Il faut donc veiller à une bonne prophylaxie sanitaire, car contaminé une fois, contagieux à vie.

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *