Accueil » Matériel » Matériel d’équitation » à pied » Mieux comprendre les Eperons

Mieux comprendre les Eperons

Parmi tout l’équipement du cavalier, ce sont probablement les éperons qui sont souvent le plus mal compris.

Instrument de torture ou aide ?….. les opinions sont très variées.

Les premiers « éperons » étaient utilisés par les celtes, appelés « spurnan » le mot se trouve aujourd’hui dans le nom « spurs » (anglais) ou « sporen » (allemand). Spurnan voulais dire « to kick » (donner un coup de pied).

Au 15° siècle, cet « outil » a vu un changement de forme. Dans l’école anglaise et allemande, les éperons étaient formés d’un petit bout de métal, plus ou moins long, tels qu’ils sont toujours utilisés aujourd’hui.

Par contre en Espagne, on commençait déjà à les équiper avec une petite roue. C’est le modèle de base pour les éperons western d’aujourd’hui.

Les Modèles

L’éperon moderne ou classique est un petit bout de métal ou plastique, fixé sur la botte avec une sangle.

Le modèle le plus utilisé s’appelle « Prince de Galles », mais bien sûr les formes peuvent varier : arrondis en boule, plus longs et presque pointus, tournés vers le haut ou vers le bas, même avec une petite molette. Bref, tout est possible.

Il est porté en haut du talon du pied, pour rallonger la jambe et arriver au corps du cheval sans grand mouvement.

classique :

L’éperon western, normalement, se reconnaît de suite. Toujours équipé avec une roue, et au contraire du « classique » , il n’est pas discret, parfois l’éperon western est très décoré, et fait même partie de l’habillement du cow-boy.

Équipé avec un protège chaps, il a des molettes petites ou grandes, bref pour chaque utilisation.

Il existe même un modèle « spécial » pour le barrel-race.

L’éperon western se porte au talon des bottes du cavalier.

 

western :

 

 

barrel racer :

 

Utilisation

Il arrive souvent que vous pouvez lire sur l’emballage des éperons :

** « Modèle t*r*u*c* » —- « Utilisation tous niveaux, toutes disciplines »**

Ne tombez pas dans cette piège d’achat, car c’est archi FAUX !

Avec ou sans éperons, l’aide des « jambes » doit être un outil de communication : gentil, doux, et léger pour garder la sensibilité de la peau de notre compagnon.

Ne jamais utiliser avec de la force pour punir ou corriger.

Le cavalier porte des éperons dès qu’il a atteint un niveau permettant une fixité des jambes et dès qu’il a besoin de mobiliser les hanches du cheval au dressage. Les éperons est ainsi un outil de précision et non de coercition.

En gros, les éperons sont une extension de notre jambe. Pour une utilisation correcte, le cavalier ne doit pas seulement avoir la jambe « fixe », mais aussi le contrôle total sur ses mouvements, pour arriver à la précision des aides voulues et ne pas toucher le cheval accidentellement.

La longueur des éperons est différente, en monte classique les talons sont plus proches du cheval, c’est pour cela que la tige de l’éperon peut-être relativement courte.

En monte western, les étriers sont plus longs et les talons sont plus éloignés, d’où la longueur des éperons western.

Les molettes s’utilisent en les « roulant » doucement sur la peau du cheval avec prudence.

Correctement utilisés, les éperons sont un outil pour rendre les aides du cavalier plus efficaces, et ainsi ils permettent de communiquer avec son cheval en toute finesse.

 Attention à ne pas oublier 

Que vous montez classique ou western, rappelez vous la phrase de François Baucher :
« l’éperon est un rasoir dans les mains d’un singe ».

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *