Accueil » Races » Plan de sauvegarde du trait mulassier poitevin » Moyens de soutien de la race
Naissance d’un poulain, photo élevage de l’Aube

Moyens de soutien de la race

Article du dossier Trait Mulassier Poitevin

01. inscription au stud-book

Depuis quelques années, l’inscription des naissances devient quasiment automatique et précise.

Cela permet de surveiller la population et de trouver, parmi une population très hétérogène, les « meilleurs » représentants de la race. De plus, chaque sujet est inscrit avec sa famille (voir partie ci après) et avec ses qualités reproductrices (fertilité …).

Ainsi, c’est le stud-book qui veille à la fixation de la race et des qualités qui la distingue.

02. primes des pouvoirs publics

Depuis 1912, des primes et des prix sont octroyés aux meilleurs reproducteurs mulassiers.

Les primes d’approbation sont décernées par les Haras, pour les étalons de plus de 3 ans. Elles peuvent s’élever à 1000€ par an.

Les primes de conservation des poulains et des pouliches concernent toutes les races de trait mais avec des tarifs remontés pour les mulassiers. Elles sont d’environ 150€ par produit, chaque année jusqu’aux 3 ans des poulains. Cette prime peut être touchée par l’acheteur lors du changement de propriétaire.

Les haras nationaux achètent parfois des étalons, souvent les lauréats de concours régionaux. Ils reversent alors une prime à l’éleveur, pour l’inciter à produire d’autres étalons.

Le syndicat des éleveurs de race mulassière permet de promouvoir la race, de participer à des concours et de distribuer les primes.

03. programme « gènes avenir » de l’UPRa (Unité de Sélection et de Promotion des Races)

Les objectifs sont d’encourager la reproduction en race pure, de suivre les juments ayant des problèmes de reproduction et de détecter les étalons peu fertiles.

Ce programme a trois volets :

– les juments primipares de moins de 5 ans => la première année, la saillie peut être faite par un baudet ou un étalon (pour les jeunes juments, la mise bas d’une mule est plus facile) et la deuxième et troisième année, la saillie doit être faite par un étalon. L’éleveur touche alors 150€ à chaque poulain vivant minimum 48h et ses frais vétérinaires et gynécologiques sont remboursés à hauteur de 250€.

– les juments non suitées depuis 2 ans (alors qu’elles ont été saillies) => les frais gynécologiques et vétérinaires (recherches bactériologiques, suivi gynécologique …) sont remboursés à hauteur de 250€. L’éleveur touche 150€ pour un poulain vivant à 48h.

– les étalons =>l’éleveur touche une prime de 50€ par saillie pour les 5 premières juments puis de 10€ pour les autres.

 

 

Parcourir le dossier<< Déclin dramatique des effectifs et conséquencesAvenir de la race >>

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*