Obtenir l’indépendance

…… mon cheval ne veut pas quitter ses copains ou l’écurie, que faire ?

Rien de mieux après une journée de boulot, que de prendre son cheval et faire un petit tour dans les bois. C’est agréable pour tout le monde, souvent ça aide à oublier le stress, et qui n’aime pas se « faire plaisir » de temps en temps.

Par contre si vous êtes plutôt stressé, parce que chaque sortie se transforme en cauchemar car votre compagnon ne veut pas quitter l’écurie…… rassurez-vous il y a de l’espoir.

Trop attaché à l’écurie ou à ses copains du champ….

Peu importe la raison, votre cheval doit comprendre que c’est vous le maître de son univers. C’est vous, son dieu qui sait tout, son garant pour sa sécurité et son comfort, il peut toujours compter sur vous. S’il est trop attaché à ses ou son « copain », son comportement est plutôt dû au fait qu’il pense que maintenant c’est à lui de se défendre contre les dangers. Il n’est pas du tout confiant en son cavalier, c’est pour cela qu’il n’arrête pas de hennir et d’appeler « au secours » vers ses copains. De l’autre côté, le cheval trop attaché à l’écurie a peut-être compris sa leçon, c’est pour cela qu’il ne se révolte pas, mais sa motivation pour quitter l’écurie ressemble plutôt à une obligation…. ok ok ok je le fais mais c’est chiant, et sur le chemin du retour, il engage comme s’il avait un lien de parenté direct avec Seabiscuit.

Ce comportement n’est vraiment pas encourageant pour le cavalier qui veut seulement que sa monture réponde bien aux aides et que la sortie ne devienne pas stressante « encore ».

Les relations entre chevaux ne se prennent pas à la légère. Il ne faut pas oublier qu’ils passent plus de temps ensemble sur les champs ou comme voisins dans les boxes, qu’avec nous. C’est pour cela qu’il est normal pour un cheval de se sentir bien et en sécurité avec son copain équin.

Malgré la bonne relation avec son copain à deux pattes, pour lui le troupeau c’est sécurité et survie.

Pour renforcer les liens de communication avec votre compagnon, il faut travailler les allures de base, si possible seul dans le manège. Votre cheval fait des transitions, des cercles et sait s’arrêter rapidement depuis chaque allure, et il reste à l’arrêt tranquillement sans s’énerver.

En route!

Vous sentez qu’il devient nerveux dès que ses copains ne sont plus visibles? Retournez avec lui au point où il commence à perdre confiance, demandez-lui de faire des cercles gentillement au pas, faites attention que sa tête soit bien pointée vers l’intérieur. L’exercice va aider à ce qu’il se relaxe et va assouplir son corps.

N’hésitez pas à lâcher la rêne intérieure dès qu’il porte sa tête comme vous le voulez, mais s’il ne fait pas attention à vos commandes, ou qu’il commence à appeler ses copains, ramenez sa tête immédiatement vers l’intérieur du cercle. Parlez-lui calmement avec la voix douce et n’oubliez pas de le féliciter quand il est à votre écoute. Faites l’exercice sur les deux mains et quand vous sentez que votre cheval est relax, éloignez-vous avec lui un peu plus de l’écurie, prêt à commencer des cercles dès qu’il perd son calme.

Ça peu durer un peu pour que votre cheval se sente en sécurité avec vous. Ne perdez pas patience et ne faites pas trop à la fois non plus. Arrêtez chaque séance sur un bon point, même si pour cela il faut descendre de cheval et faire le chemin de retour à pied avec lui, pour le récompenser.

Thérapie de groupe…..

Il vous est déjà arrivé que votre compagnon, pendant une balade à plusieurs, devienne nerveux dès qu’il ne voit plus ses compagnons. Dans ce cas, rien de mieux que de trouver un cavalier avec un cheval « passe partout » pour lui apprendre. Commencez d’abord par prendre les devants et prenez une certaine distance, tenez sa tête droite et ne lui laissez pas tourner l’encolure pour voir où est son pote. Restez quand même décontracté, gardez vos mains un peu vers l’avant pour ne pas gêner son mouvement et ne pas le freiner. Focalisez un point éloigné entre 10 et 15 mètres et faites-le aller jusque là. Si vous sentez qu’il est à votre écoute, félicitez et lâchez les rênes. Augmentez la distance entre vous et votre compagnie au fur et à mesure, mais même si l’autre cheval est à votre hauteur, assurez-vous que le vôtre reste attentif à vous et à vos commandes.

Après les exercices d’aller devant, faites la même chose tout en restant derrière. Gardez le contact avec vos rênes. Pour éviter que votre cheval ne perde son attention, raccourcissez une rêne de telle façon que votre cheval est obligé de porter sa tête légèrement vers le côté, cela va lui donner autre chose à réfléchir que de regarder son « copain ».

N’oubliez pas, dès que vous sentez la moindre soumission, de lâcher les rênes et de féliciter. Si vous avez un bon contrôle sur votre cheval, vous pouvez aussi pratiquer l’épaule en dedans pour l’assouplir et occuper son esprit.

Cette manœuvre qui nous vient de l’équitation classique est très avantageuse, surtout si vous vous trouvez sur un chemin étroit, où vous ne pouvez pas faire des cercles. Pratiquez l’épaule en dedans (ex.2) d’abord en manège, pour être sûr des aides et aussi pour ne pas demander à votre cheval un exercice inhabituel.

image1-e4455.jpg

 

Ce n’est pas encourageant si votre cheval ne veut pas quitter l’écurie. Il plante les sabots et ne bouge plus, ou encore pire, il est prêt à faire demi-tour à chaque seconde pour rentrer au plus vite. Dans les deux cas, il faut travailler la communication. En particulier il faut prendre le contrôle sur la tête du cheval. Si votre cheval s’arrête quand vous voulez partir de l’écurie, prenez UNE rêne et faites-le suivre avec ses pieds antérieurs sur le côté. Le mouvement avec une seule rêne va le déséquilibrer et il sera obligé de suivre avec son poids (ex.1). Si votre cheval tourne pour rentrer, raccourcissez une rêne pour faire des petits cercles, s’il faut ramener sa tête vers votre pied faites-le, mais dès qu’il cède, lâchez-le et arrivé en direction opposée à l’écurie, félicitez votre compagnon pour ses efforts.

Tous les chevaux peuvent développer des mauvaises habitudes, mais il faut que ce soit toujours vous qui êtes son « leader ». Restez cool et calme avec une bonne attitude. Votre cheval comprendra que c’est sur vous qu’il peut se reposer et sa confiance envers vous réglera les problèmes et vos sorties ensemble deviendront agréables pour tout les deux.

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *