Accueil » Races » Le Haflinger » Origines et Informations

Origines et Informations

Article du dossier Le Haflinger

Le Haflinger : ce nom nous évoque souvent un petit cheval doré au crins blonds avec un regard vif et malicieux. Depuis des générations, ce poney est admiré pour sa beauté, son endurance et sa polyvalence.

D’où vient-il ?

Ses origines sont plutôt incertaines. Certains affirment qu’en 1342, le roi Louis IV d’Allemagne envoya un étalon de Bourgogne comme cadeau de mariage à son fils Louis de Brandebourg. L’étalon fut accouplé avec des juments d’ascendance orientale qui, à l’époque, peuplaient le sud des Alpes. Une seconde hypothèse nous indiquerait que le haflinger serait une race dérivée des chevaux orientaux abandonnés au Tyrol autrichien par les Ostrogoths, lorsqu’en l’an 555, ils furent chassés vers le nord à travers les Alpes par les forces byzantines. Mais la seule trace réelle remonte autour de 1870. Dans le but d’améliorer la race des poneys de la région afin de les destiner au travail agricole et au transport des charges d’artilleries dans les batailles, l’étalon Arabe El Bedavi fut importé au Tyrol et accouplé avec des juments autochtones. Ainsi, en 1874, naquit Folie, premier poulain de la race Haflinger, dans un petit village du Hafling. Ses caractéristiques plus que satisfaisantes lui font prendre la tête d’un élevage, et il devint le premier reproducteur de la race. Le Haflinger tient donc son joli port de tête de son arrière grand-père, et sa rusticité de ses arrière grand-mères.

Au fil du temps, la race se sépara. La frontière entre l’Italie et l’Autriche se déplaçant à plusieurs reprises, certains Haflingers devinrent italiens et prirent le nom d’« Avelignese ». Ils prirent plus de taille et de corpulence afin d’être utilisés dans les travaux de trait.

C’est au début du siècle que le premier syndicat d’élevage du Haflinger est créé. En effet, ce petit cheval est devenu de plus en plus populaire au fil du temps. En 1970, l’Association Française du Haflinger obtient sa reconnaissance auprès des Haras Nationaux.

Aujourd’hui, on peut trouver le Haflinger partout dans le monde, et plus particulièrement en Europe.

A quoi ressemble-t-il ?

Le Haflinger est surtout reconnaissable grâce à sa robe : tous les spécimens de la race sont alezan crins lavés. Mais certains peuvent présenter quelques nuances, comme un éclaircissement à l’intérieur des membres et sous le ventre. Ses crins, blancs ou blonds, sont longs et très fournis. Il possède une tête courte et expressive. Son profil est légèrement arabisé, ce qui trahit ses origines orientales. Ses yeux et ses naseaux sont biens ouverts et ses oreilles sont petites et mobiles. Il est doté de membres puissants aux canons courts, ainsi que de petits sabots durs et secs. Son poitrail est large, puissant et profond, tout comme sa croupe. Il possède également un dos droit et tendu, ainsi qu’une encolure déliée et une épaule longue et inclinée. Sa musculature est relativement solide. Sa taille, variant de 1m37 à 1m47, le classe dans la catégorie des poneys D. Mais les éleveurs cherchent de plus en plus à grandir et à affiner la race en sélectionnant les étalons et les juments les plus arabisés afin de créer les lignées les plus fines possibles. Les « anciens modèles » sont plutôt lourds, petits et trapus, ce qui n’enlève rien à leur charme.

Qu’est ce qui trotte dans la tête d’un Haflinger ?

Ce poney fait preuve d’un caractère exceptionnel ainsi que d’une personnalité unique ! Bon nombre de qualités peuvent être attribuées à notre petit Tyrolien. Docile, constant, paisible, robuste, courageux, généreux, endurant, polyvalent, maniable, intelligent, amical, confiant, il peut satisfaire n’importe quel cavalier ! Mais attention ! Le Haflinger est un poney assez malin qui peut mener en bateau n’importe quel propriétaire peu averti ! Il atteint sa maturité assez tard, ce qui le rend joueur. Il n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il ne faut pas hésiter à faire preuve d’autorité pour réussir à gagner son respect et sa confiance. Et une fois que cela est acquis, c’est une belle histoire qui s’annonce ! Toutefois, un Haflinger bien dans sa tête et ayant du métier peut tout à fait convenir à un débutant.

Que faire avec un Haflinger ?

Le Haflinger remplit toujours son rôle d’auxiliaire forestier et agricole, mais il peut aujourdhui faire un nombre non négligeable d’autres disciplines, du loisir à la compétition !

Bien entendu, comme n’importe quelle autre race, il a ses points forts et ses points faibles. Néanmoins, c’est un poney d’une rare polyvalence.

Sa discipline de prédilection est l’attelage. On ne compte plus le nombre de médailles et de trophées qu’ont remporté bon nombre de Haflingers ! Que ce soit à un, deux, quatre, voire même plus, il n’hésite jamais et donne tout son courage dans les différentes épreuves qui lui sont imposées ! On peut le voir tracer volontiers cercles et autres figures lors de l’épreuve de dressage, contourner avec soin les plots lors de l’épreuve de maniabilité, ou bien galoper de bon coeur et passer les obstacles les plus impressionnants de l’épreuve de cross ! Cela va de soi qu’il peut également faire de l’attelage de traîneau, voire même, sport plus rare, du ski-joëring pour les sportifs en quête de sensations fortes ! Mais il est aussi idéal lors de simples balades en famille ou entre amis.

Sous la selle, il excelle ! Les Haflingers sont généralement très confortables avec des allures souples et une bonne endurance, ce qui les destine tout particulièrement à la balade et à la randonnée. On ne voit pas passer les heures en selle ! Que ce soit pour une heure, une journée ou une semaine, tout cavalier revient comblé de cette expérience. Cette prédestination pour la randonnée ne veut pourtant pas dire que le Haflinger ne peut faire de disciplines olympiques ! Il se distingue tout particulièrement dans le dressage où il peut obtenir de très bons résultats ! L’obstacle et le cross sont ses points les plus faibles, ce qui ne veut pas dire qu’il ne peut pas sauter ! Volontaire et confiant envers son cavalier, il donnera son maximum ! Il peut également très bien convenir en endurance, en TREC et en équitation western. Vous pouvez obtenir plus d’informations à ce sujet dans la rubrique « La polyvalence du Haflinger ».

Comment le rendre heureux ?

L’entretien d’un Haflinger est relativement simple. D’une nature frugale et résistante, il ne lui faut que peu de choses pour subvenir à ses besoins. Un pré, de la compagnie, de l’affection et de l’exercice, voilà de quoi lui assurer une vie comblée !

Parcourir le dossierOrigine des Lignées >>

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*