Accueil » Equitation et travail » Bases et loisir » l’Equitation "naturelle" » Peur de monter et la vaincre…

Peur de monter et la vaincre…

On dit qu’il faut tomber je ne sais combien de fois du cheval pour devenir LE bon cavalier. C’est peut-être vrai, en tout cas, chaque bon cavalier a déjà fait une chute plus ou moins grave, et je sais de quoi je parle. Les uns le voient comme « part du sport » et remontent de suite , d’autres perdent leur confiance et prennent carrément une peur bleu de remonter. Souvent il prennent du recul en se demandant si cet investissement de temps et d’argent vaut vraiment encore le coup, s’il faut vraiment continuer.

La réponse est simple, si vous n’aimez pas l’équitation et monter sur le dos d’un cheval, ne le faites pas. Si à chaque fois que vous montez, votre battement de cœur se multiple, votre bouche devient sèche et la peur vous envahit, je pense qu’il vaut mieux arrêter de se torturer et de continuer de vivre ce cauchemar, sachant qu’en plus ce « passe temps » n’est pas gratuit et que vous pourriez utilisez votre temps autrement…

Mais il faut admettre qu’il y a des cavaliers qui continuent de se torturer, POURQUOI ? Parce qu’ils se rappellent comment c’était avant la malheureuse chute, ou l’accident et ils font leur possible pour regagner cette sensation de chevaucher sur le dos de leur animal préféré. Si dans votre cas, vous ne voulez pas baisser les bras et que vous voulez retrouver le temps ou vous vous sentiez si bien avec votre monture, malgré votre peur, c’est la bonne base. Prenez tout votre temps, allez doucement pour reprendre confiance et le sentiment de plaisir regagnera le terrain.

Tout d’abord, il vous faut trouver la raison qui vous empêche de redevenir « normal ». Pour beaucoup, c’est juste le fait qu’une fois en selle, ils n’arrivent plus à se relaxer. La mémoire de la chute suffit à les crisper. Prendre conscience qu’il faut se relaxer est déjà le premier pas dans la bonne direction et c’est loin d’être un obstacle insurmontable.

Il est clair que vous ne pouvez pas vous relaxer sans vous sentir confortable et confiant. Votre confort et la confiance sont des bases indispensables pour la détente.

Comment y arriver ? Il vous faut le bon cheval ET le bon moniteur.

Oui, avec un bon moniteur il sera plus facile de vaincre votre peur, au lieu de faire face tout seul. Ce bon moniteur peut être aussi un ami cavalier, avec la compréhension et le savoir dont vous aurez besoin pour qu’il vous guide. L’idéal serait aussi de trouver, au moins pour les leçons, un cheval calme qui vous aide à retrouver les sensations perdues. Il est important que vous compreniez que les leçons ne servent pas à améliorer vos capacités à monter à cheval, mais seulement à perdre votre peur et ainsi reprendre confiance. Le travail à pied avec le cheval est une aide importante pour espérer remonter sans peur. Le cheval calme vous donnera de bonnes expériences, et avec beaucoup de bonnes expériences, votre peur diminuera.

Résumé : faites face à votre peur, mais allez y doucement et soyez patient. N’hésitez pas à reprendre des cours ou à demander de l’aide. Avec le bon cheval et une bonne aide pour vous accompagner dans vos démarches, vous serez de retour en selle plus vite que vous ne pensiez.

Sur ce , bon courage et …… en selle !

4 Responses to Peur de monter et la vaincre…

  1. je voulais tout simplement remercier peter pour son article, qui me parle totalement. propriétaire d’une petite selle français de 5 ans bourrée d’énergie, j’ai fait 2 grosses chutes en 1 mois, dont une a fini aux urgences… or nous sommes en plein dressage, elle progresse énormément, se met maintenant sur la main tout en engageant suffisament. elle a totalement changé, s’est musclée, et il est vrai que j’ai du mal à tenir lorsqu’elle part en lançades… heureusement je suis bien encadrée, et ma monitrice m’aide à me remettre en confiance, tout en me disant bien ma part de responsabilité (le mauvais reflexe par excellence: fermer les doigts, du coup elle s’appuie sur ma main..), et le travail nécessaire pour la mettre aux ordres sereinement mais surement. difficile d’être propriétaire, mais quelle belle aventure!

  2. Bonjour,

    Passionnée de chevaux depuis toujours à 34 ans je viens de réaliser mon rêve d’être propriétaire d’un pure race espagnol hongre de 7 ans…

    Pas évident de choisir un cheval.. j ai un niveau 3 avec une absence de cours de 12 ans et il y a 3 ans lorsque j ai remis mes fesses sur un cheval je me suis dis que je ne pouvais plus me sacrifier et j ai fait en sorte de réaliser mon rêve.. seulement c’est pas si facile, entre les maquignons qui essaient de vous amadouer etc..dur dur…

    enfin bref je trouve « Prince » un joli cheval à mon niveau car c’est très important et c’est l accord parfait que ce soit en l essayant ou a mon club.. Le soucis c’est que prince n avait pas de dos et un peu frêle donc depuis plus d’un mois que je l ai je ne l ai plus remonté, je le longeais pour lui muscler le dos et des granulés pour le remplumer sauf que maintenant mon dadou a une forme olympique et moi du coup un peu moins fière lol

    Il y a 10 jours je le monte avec ma monitrice à côté, je l avais longé avant pour qu il se défoule, et il y a un autre cheval en carrière qui a pris peur et qui est partie comme un fou au galop sous son nez et prince de peur s’est cabré une première fois, la deuxième fois il se pointe à la verticale et mauvais réflexes je tire sur les rênes et nous voila tout deux parties en arrière.. je tombe au sol et part très vite sur le côté pour ne pas être écrasée et lui aussi m a évité… on s’est regardé …lui avait un regard qui voulait dire « euh c’était quoi ca » du coup moi les larmes montent la peur aussi mais je dis je remonte et le mene au pas tout doucement, il etait un peu nerveu du coup et moi machoire crispé mais je continue… lorsque j ai voulu descendre il a fait une levade mais j ai insisté en me mettant a l avant et j ai maitrisé..une fois a terre je tombe en larme dans les bras de ma monitrice qui ma rassuré..

    Mais maintenant il faut que je remonte et c’est demain…j’ai les jambes qui flageolent et tout…

    Ma mono me dit ton cheval s’est une pate, il prend de la force voila tout, il faut juste qu il ne recommence pas pour pas que ca devienne pas un vice car très dangereux pour le cavalier et le cheval peut se briser le cou.

    Donc demain je le longe au max pour qu il soit vidé lol et une fois en selle j ai demandé à ma mano de me longer en même temps histoire de me détendre et de reprendre confiance, avec la peur j ai peur d avoir tout oublié et j ai la sensation que j arriverais plus à monter mon beau cheval…

    J ai décidé de ne pas me mettre le stresse, si je dois le monter qu une fois par semaine avec ma monitrice pour que je reprenne confiance alors je le ferais, le reste du temps je le longerais…

    Qu en pensez vous ? je procède de la bonne maniere?

    Hier mon cheval a été monté par une cavaliere du club et il etait super… il faut juste que j’arrête de penser qu a chaque fois que je vais monter je vais mourir ou devenir tétraplégique selon ma mère..

    Je viens juste de l avoir je veux pas renoncer sans mettre battue avant… surtout qu il n’est pas méchant mais avec un travail régulier tout devrait rentrer dans l ordre et puis dans un mois il se sera bien remplumé j arrêterais les granulés progressivement car il a vraiment pris de la force…

    Merci pour votre écoute et désolée j ai écris un roman mais suis un peu flippée c’est pour ça..

    merci à vous

  3. je m’appelle Ange et j’ai 69 ans.mon histoire avec les chevaux pourra-t-elle aider quelqu’un? Je suis né sur les hautes plaines d’ Algérie (Sud d’ Oran)région de cavaliers autochtones ou se déroulent toujours les fantasias. Malheureusement, enfant, je n’ai pas su profiter de l’ occasion qui m’ était donnée d’ apprendre à monter chez mes voisins musulmans.Est-malgré tout ce que je portais au fond de moi? Au moment de me marier en France, je découvre les chevaux de mon beau père, élevés pour la boucherie.Je décide d’en approcher certains, et parviens meme à en monter comme cavalier débutant autodidacte.Aujourd’hui je découvre que ce courage correspond à une libération de mon passé et à une nouvelle étape de ma vie, heureuse.Aujourd’hui, veuf depuis quatre ans,j’ ai décidé, la peur au ventre,de remonter après deux ans d’ hésitation, mais surtout d’ observation du travail de différents moniteurs classiques dans des centres équestres où les chutes ne manquent pas. Je finis par découvrir dans mon département des Hautes Alpes, un centre d’ équitation western.je sais depuis le décès de mon épouse que remonter comme au début de mon mariage sera aussi une libération de mon deuil.Je fais donc la connaissance de l’instructrice qui m’invitait en insistant à venir observer son travail.Je finis par comprendre que pour ne plus souffrir de mon deuil, il faut maintenant passer à l’acte,autrement dit:vivre.Téléphone,rendez-vous le matin meme, on me donne un quarter-horse de 20 ans, mais surtout la patronne du centre reste à mes cotés, je monte en selle, longé, un quart d’heure plus tard, seul, au pas et au trot.Cela pour dire que tout passe par la relation avant de passer par le cheval.Il y a, c’est vrai aussi, trois ans que j’étudie l’éducation du cheval, et fais du travail à pied, façon Pat Parelli.Donc,fréquenter les chevaux et chercher la personne compétente et qui rassure vraiment.

  4. Bonsoir
    J ai fait de l équitation à l adolescence jusqu’à mes 22 ans puis après une chute spectaculaire et un déménagement j’ai renoncé « …….maintenant à 55 ans je voudrais surmonter cette peur et pouvoir remonter et retrouver la proximité avec le cheval et la nature . J habite entre bellegarde sur valserine et saint genis : quelque un peut il me conseiller un
    Club qui puisse entendre ma recherche ?
    Merci de votre aide
    Isabelle

Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *