Accueil » Hommes et Chevaux » Mythologie » Légendes » Pieds blancs ….. légende ou vérité ?
Baby Bee en débourrage, un amour de cheval, avec 4 pieds blancs !

Pieds blancs ….. légende ou vérité ?

Alors est-ce bien quand un cheval a 4 pieds blancs ? Quel secret se cache derrière ?

Les opinions sont très divergentes. Depuis des siècles, il existe des poèmes qui disent :

Un pied blanc, monte-le toute ta vie,

Deux pieds blancs, offre-le à ta mie,

Trois pieds blancs, donne-le à un ami,

Quatre pieds blancs, vends-le sans autre avis .

Un autre dicton dit :

balzane un, cheval de rien

balzane deux, cheval de peu

balzane trois, cheval de roi

balzane quatre, cheval à abattre

Une autre version nous dit carrément le contraire:

Un pied blanc, ne le garde pas un jour,

Deux pieds blancs, il faut l’oublier pour toujours,

Trois pieds blancs, vend- le à un ami,

Quatre pieds blancs, n’attends pas d’autre avis.

Le choix est difficile vous dites ? Pas vraiment.

En réalité la couleur ou les marques sur un cheval n’ont rien à voir avec son tempérament ou sa maniabilité.

Malgré cela, certains cavaliers pensent qu’un sabot noir est plus résistant qu’un sabot clair.

La corne n’est pas plus dure sur un cheval aux sabots sombres que d’un cheval de couleur. De nos jours, il n’est pas prouvé scientifiquement que l’une ou l’autre version serait exacte.

Dans le cas contraire, le monde équin serait rempli de chevaux en difficulté de santé et boiteux et cela juste pour la couleur des pieds.

Rien … cheval de bien.

Voici quelques exemples sur la façon dont ce « problème » est vu dans d’autres pays:

les pays arabes disent:

Quatre pieds blancs , c’est le signe du mal. Par contre, deux postérieurs et UN antérieur, c’est bon signe. Un pied arrière et celui avant en diagonale c’est excellent. Mais deux antérieurs en blanc c’est très mauvais . Par contre, les deux postérieurs ne gênent pas s’ils sont blancs …

Il existe une anecdote qui raconte l’histoire d’un éleveur arabe, qui fait saillir sa jument pour la première fois.

Toute la tribu est venue pour voir la naissance et pour acheter le poulain sur-le-champ (une pratique courante ). La naissance commença et sur la tête du poulain était une étoile. Sous les «ahhs » et «ohhs » des spectateurs, le poulain était déclaré être un porte-bonheur. La première patte arrive sans marque et le prix est tout de suite fixé à (par exemple) 100 duros. La deuxième patte arrive et … elle est blanche. Un fait qui fait tomber le prix à 50 duros sur-le-champ. Le premier postérieur diagonal arrive, blanc lui aussi et l’éleveur renonce à la vente, car un cheval comme ça, faut le garder ! Arrive le quatrième pied et par malédiction il est bien blanc… L’éleveur donne l’ordre de tuer le poulain parce que, d’après lui, le poulain n’a aucune valeur.

Source: Horses of the Sahara, by General E. Daumas

Au Moyen Age, les couleurs des chevaux ont aussi donné un petit poème:

Choisi le noir si tu veux du feu,

Isabelle souvent ne coûte peu,

le gris est rarement bon travailleur,

l’alezan par contre peut faire peur,

les bais marrons sont à leur tour, des bons chevaux pour tous les jours……

Le tout se compliquera encore, si nous ajoutons la couleur au marquage des pieds.

Par exemple, que faire si l’on a un cheval marron avec un pied blanc ? …

Hmmm…. pas facile de dire qui a tort ou a raison, pieds blancs ou sombres , corne noire ou claire.

Le dilemme des goûts et des couleurs. Certains ont des préférences, d’autres ne font pas attention du tout. Une chose est indiscutable, ce n’est pas la couleur de la robe, ni des pieds qui sont à l’origine d’un bon cheval.

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *