Accueil » Races » Plan de sauvegarde du trait mulassier poitevin » Principe de gestion par création de familles

Principe de gestion par création de familles

Article du dossier Trait Mulassier Poitevin

Gestion des petites populations

En premier lieu, il faut conserver un nombre de reproducteurs mâles importants. En effet, c’est eux les moins nombreux et donc déterminants pour les pertes génétiques et la consanguinité.

Ensuite, il faut partager la population en groupes de reproduction. Il s’agit de rassembler les animaux les plus apparentés entre eux, pour faire des groupes génétiques différents les uns des autres mais avec des individus proches à l’intérieur. Cela a été fait à la fois pour les mâles et pour les femelles. C’est ces groupes de reproduction qui sont appelés des « Familles ». Chez les éleveurs, on retrouve souvent une ou deux familles, car ce sont toujours les mêmes étalons qui sont utilisés : 57 % des chevaux enregistrés sont issus d’un cinquième des étalons disponibles (chez les Boulonnais, 80% des chevaux sont issus de 5 étalons).

Enfin, les étalons doivent circuler entre les différentes familles pour limiter la consanguinité et transmettre leurs caractéristiques génétiques dans la population globale.

Analyse génétique de la population

En étudiant la population sur les grands-parents, il s’avère que Québec intervient dans presque 95 % des généalogies. Ceci s’explique par le fait que Québec était l’un des seuls étalons utilisés lorsque le nombre de chevaux mulassiers étaient très bas.

De plus, la majorité des étalons marqueurs sont eux-même parents et ont donc des taux de consanguinité important.

Pour connaître les animaux les plus apparentés entre eux, dans le but de constituer les familles, le taux de consanguinité est utilisé. Il est calculé par la formule de Malecot : il s’agit soit du taux de consanguinité de l’individu lui-même soit de celui des parents. Pour les mulassiers, c’est celui des deux parents qui est pris en compte. Pour cela, il faut d’abord déterminer les ancêtres communs au père et à la mère. Il faut ensuite compter le nombre de générations séparant chaque ancêtre commun du père et de la mère et appliquer une formule compliquée.

La grande majorité des étalons agréés à la monte en 1997 avaient un coefficient de consanguinité inférieur à 8 %. A ce jour, le coefficient moyen des étalons est de 4.76 %.

Le taux moyen de consanguinité de la population globale est d’environ 5%, mais certains individus atteignant 20%.

Familles de mâles

Les familles sont basées sur les mâles car ce sont les moins nombreux et donc eux qui sont responsables de la dérive génétique de la population.

Dans le cas de cette population et vu le nombre d’individus, entre 6 et 10 familles peuvent être constituées. Le nombre exact sera déterminé après étude de la population d’étalons.

On calcule les coefficients de consanguinité de tous les males : on repère ainsi ceux qui sont le plus liés à un ou des étalons souches.

Cela donne la base des familles. Il reste certains étalons pour lesquels il est difficile de les placer dans une famille plutôt qu’une autre : on essaye alors de les mettre dans la famille ayant le moins d’individus parmi celles auxquelles ils peuvent appartenir. (les familles doivent être de taille à peut près similaire pour ne pas déséquilibrer le schéma de reproduction).

Voici les familles obtenues, avec quelques informations caractéristiques comme le taux de consanguinité (en 1997), la couleur principale et la fréquence d’utilisation.

en plus du courant de sang dominant dans chaque famille, les autres étalons ayant une influence sur les éléments d’un groupe de reproduction ont aussi été inscrits.

familles males

Etalon Norton, élevage des Sapins, famille Lick

 

 

Etalon Gitan, élevage de l’Aube, famille Reseda

 

 

Etalon Lunick, élevage des sapins, famille Premier ma

Familles de femelles

Les femelles sont réparties sur les même familles que les mâles : donc en 7 familles.

Cela se fait en plusieurs étapes :

– Toutes les femelles ayant pour père un des étalons principaux (ou le père d’un de ces étalons) d’une famille sont mises dans cette famille, de même que les mères des ces étalons.

– La même chose est faite avec les étalons secondaires.

– Les juments croisées (50% mulassières, dont les poulains seront inscriptibles comme pure race) sont placées dans les familles correspondantes lorsque leur père est un étalon principal. Les 3 restantes sont placées dans la famille Reseda pour équilibrer numériquement les différentes familles.

Voici les groupes obtenus, avec leurs caractéristiques et le nombre actuel de poulinières de ces mêmes familles (les juments non poulinières et les moins de 2 ans ne sont pas classées).

Perdita, élevage des sapins, famille Titan

Ida de la Poterie, élevage de l’aube, famille Kevin

Luciole, élevage des sapins, famille Gaspard

Schéma de reproduction

L’idée est de faire se rencontrer tous les groupes de reproduction femelles avec tous les groupes de reproduction mâles. Cela permet de limiter la consanguinité et de la diminuer en mélangeant les différents « courants de sang ».

On dispose les familles de femelles et de males en deux cercles : celui des males est fixe et celui des femelles va pivoter autour de ce dernier. Les familles sont disposées dans le même ordre sur les cercles, mais pas de façon aléatoire : les familles génétiquement proches sont éloignées sur les cercles.

En 21 ans, tous les groupes de femelles auront rencontré une et une seule fois le groupe de males. En effet, le cercle des femelles tourne une fois tous les trois ans car :

– Cela correspond à la première mise bas d’une primipare (mise à la reproduction à deux ans, plus les 11 mois de gestation soit 3 ans)

– Cela permet qu’une femelle ne soit saillie par son père car elle aurait alors 24 ans ! (mise à la reproduction à deux ans, plus un an pour le premier poulain et 21 ans pour faire tourner le cercle : 7*3 ans)

– En 21 ans, de nombreux renouvellements auront eu lieu chez les males et les femelles, ce qui permet d’éloigner encore plus les généalogies.

Voici l’ordre des familles :

Gaspard – Lick – Reseda – Hardi – Premier Mai – Titan – Kevin

Parcourir le dossier<< Résultats des mesures mises en oeuvre
Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *