Accueil » Equitation et travail » Equitation classique » Les Disciplines Classiques » TREC » PTV : Les difficultés particulières
Zone du montoir, avec son cercle, photo Happy

PTV : Les difficultés particulières

Article du dossier Le PTV

Introduction

Il existe 4 difficultés qui ne sont pas classables facilement dans une catégorie. J’ai donc choisi de les traiter à part.

Montoir

Le montoir est une difficulté classique en TREC. Elle sert à montrer que le cheval reste calme et à l’arrêt lorsque son cavalier monte, que ce soit à droite ou à gauche (en extérieur, on n’a pas toujours le choix).

Un cercle de 2.50m de diamètre est tracé au sol. Vous devez arriver, à cheval ou en main (au choix du cavalier), positionner votre cheval, monter en légèreté du coté imposé (s’il est imposé), et chausser vos étriers, le tout en maximum 15 à 20s selon le niveau (non chronométré pour les petits niveaux).

A petit niveau, tout pied du cheval sorti du cercle est une faute, ensuite c’est tout pied bougé qui sera une faute. On arrête le chronomètre (et les fautes) lorsque les deux étriers sont chaussés.

Si on arrive à pied, il faut penser à croiser les étriers, pour ne pas perdre de point (-1). Si on arrive à cheval, il suffit de s’arrêter dans le cercle, de descendre (du coté où on va remonter, c’est mieux mais pas obligatoire) et de remonter. Il faut que les deux pieds du cavalier touchent le sol si celui-ci arrive en selle.

Lorsque l’on monte, on pénalisera les essais (-3pts, c’est-à-dire si vous enlevez votre pied de l’étrier puis le remettez), le fait de mettre les étriers à l’envers (-1pt), le fait de toucher son cheval avec la pointe du pied (dans le flanc) ou avec la jambe qui passe par dessus, et tout sautillement avant de grimper. Il y a donc une note de style.

Tout dépassement du temps est aussi pénalisé.

Cette difficulté est donc très particulière, et en plus très difficile à bien exécuter lorsqu’il s’agit d’un montoir à droite. Il est donc important de bien s’entraîner. De plus, sachez qu’il est plus facile de venir à cheval et de faire descendre – remonter de suite que d’arriver à pied puis de monter.

 

Immobilité

Deux cercles sont tracés au sol : un de 4m de diamètre et un de 8m de diamètre. Le cavalier doit mettre son cheval dans le petit cercle, puis sortir du grand cercle, et attendre 10 secondes. Pendant ce temps, le cheval ne doit pas sortir du petit cercle.

Toute seconde réussie amène 1pt. Si le cheval reste 6secondes, vous aurez donc 6 pts. Le juge indique quand il arrive à 10.

Pour éviter les problèmes, la zone est forcément délimitée par des piquets ou une lice. Là encore vous pouvez arriver à cheval ou en main, et les étriers doivent être croisés si vous entrez en main.

Pour compliquer encore la difficulté, le cavalier n’a pas le droit d’agir à partir du moment où il quitte le petit cercle : tout geste est pénalisé de 3pts en zone neutre (entre les cercles) et arrête le chronomètre si le cavalier est à l’extérieur du grand cercle. Le cavalier peut par contre parler à son cheval et / ou se déplacer le long du grand cercle.

Les rênes doivent être posées librement sur l’encolure (donc non attachées), et la longe doit être attachée (donc interdiction du « Ground tying » américain donc, qui consiste à laisser la longe aller au sol pour indiquer au cheval qu’il ne doit pas bouger). Si les rênes ou la longe touchent le sol, il s’agit d’une faute, qui peut en plus être sanctionnée en franchissement dangereux (0/10), car le cheval, en marchant dessus, peut se faire mal.

Zone d’immobilité avec les deux cercles, photo Happy

 

Immobilité en selle

Le but de l’immobilité en selle est le même que celui de l’immobilité : montrer que l’on peut laisser son cheval à l’arrêt, le temps de lire une carte ou de faire une pause, sans que le cheval ne s’en aille.

En selle, le but est de rentrer dans un cercle de 2,50m de diamètre, tracé au sol, puis de lâcher complètement ses rênes (10s max après l’entrée dans le cercle). Le cheval doit rester dans le cercle, et toute seconde ramène un point. Le juge indique lorsqu’il arrive à 10.

Le cavalier peut utiliser sa voix, mais s’il reprend ses rênes cela arrête le chronomètre (et donc les points). Là encore, la longe doit être attachée et ne pas toucher le sol.

Van

Cette épreuve sert à prouver que le cheval peut embarquer calmement dans un van.

Le franchissement se fait obligatoirement au pas et en main, les étriers croisés si le cheval est sellé. Il faut faire entrer le cheval dans le van, l’y laisser au minimum 5 secondes, puis le faire sortir, le tout dans le calme avec une progression régulière.

Le cheval ne doit pas toucher le bas flanc ou les cloisons, et rester à une bonne position par rapport à son cavalier. Par contre, pour cette difficulté, le cheval peut aller seul dans le van, le cavalier restant à l’extérieur ou suivre son cavalier dedans (la règle demandant que le cheval reste toujours derrière son cavalier ne s’applique donc pas).

Parcourir le dossier<< PTV : Les difficultés en main
Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *