Accueil » Le cheval » Morphologie » Les Robes et leurs Gènes » Résumé rapide des robes et leurs gènes

Résumé rapide des robes et leurs gènes

Beaucoup ont du mal avec les gènes, les croisements et tout et tout. Alors ceci n’est pas une présentation des robes ou une explication de comment faire les croisements, mais une explication de la base pour tout ça, en particulier la génétique.

ADN, chromosomes et gènes

Commençons donc par la base : tout le capital génétique d’un individu est stocké dans l’ADN, une grosse molécule. Dessus est indiqué tout l’héritage d’un individu comme dans un livre. C’est donc en gros une grosse ligne de texte génétique.

Mais voilà, cette ligne est très très grande ! Pour un humain, on estime que l’adn dépliée de chacune de ses cellules fait 2m !! C’est énorme !!! Donc pour pas que cela ne prenne trop de place, l’ADN est plié, retourné, replié… pour que ça tienne dans le noyau d’une cellule.

Mais voilà, quand vous avez une grande ficelle et que vous la repliez, bien souvent ça fait des noeuds, ce qui est plutôt embetant. Alors le livre de l’ADN est coupé en « tomes » que l’on appelle les chromosomes. Ces chromosomes vont toujours par deux : on en hérite 1 de notre mère et un de notre père, ce qui fait que l’on a tous les tomes en double, avec quelques différences entres les versions (comme lorsque l’on a deux versions traduites par des traducteurs différents d’un même livre).

Les gènes, eux, ne sont que des petits bouts de ces livres, comme une phrase en quelque sorte. Et ces phrases peuvent varier, toutes les versions n’étant pas complètement identiques. C’est ainsi que certains ont la phrase « j’ai les yeux verts » et d’autres « j’ai les yeux marrons »

Gènes dominants, récessifs et co-dominant

Voilà, pour chaque gène, vous en avez donc deux versions. Si les deux versions sont identiques, cela ne pose pas de soucis. Par exemple si vos deux gènes disent « j’ai les yeux bleus » alors vous aurez les yeux bleus. Le problème qui se pose est lorsque vous avez deux gènes qui ne disent pas la même chose… comment choisir ?

Imaginons que vous avez un gène « yeux bleus » et un gène « yeux marrons ». Quelle sera la couleur de vos yeux ? Si un des gène est dominant sur l’autre (qui est alors dit récessif), seul celui-ci interviendra. S’ils sont co-dominant, alors les deux s’exprimeront un peu. Dans le cas des yeux, marron est dominant sur bleu (qui est récessif) et donc marron + bleu = marron. S’ils étaient co-dominants vous pourriez avoir des yeux marrons-bleus, ou alors des yeux vairons pourquoi pas… Donc pour chaque gène, il y a toujours soit dominance, soit co-dominance.

Donc ce qu’on voit (on appelle ça le « phénotype »), c’est le ou les gènes qui ont gagné (les dominants) mais vous pouvez transmettre à vos enfants les deux gènes (ce qu’on appelle le « génotype »). Ainsi deux personnes qui ont les yeux marrons peuvent avoir des enfants aux yeux bleus. Voyons ça plus en détail.

Pour plus de facilité, on donne un nom au gène, qui correspond en général au nom de la version dominante. Pour les yeux, on peut appeler ça le gène « Marron » (noté M). Le caractère dominant (actif) est noté par une majuscule M (yeux marrons) et le caractère récessif par une minuscule (yeux bleus : m).

Ainsi, une personne MM a deux gènes qui disent yeux marrons et aura les yeux marrons. Une personne mm aura deux fois le gène « yeux bleus » et aura les yeux bleus. Une personne Mm aura un gène de chaque, et par les règles de dominance aura les yeux marrons. Maintenant imaginons que deux personnes Mm aient des enfants. Les enfants peuvent hériter du M ou du m de leur mère, et du M ou du m de leur père, ce qui donne les 4 cas suivants :

* MM : yeux marrons (25%)

* Mm : idem

* mM : idem

* mm : yeux bleus (25%)

Donc deux personnes Mm (aux yeux marrons, mais portant le gène du bleu) peuvent avoir un enfant aux yeux bleus (même si c’est 25% contre 75% de marron).

Et les robes des chevaux ?

C’est exactement pareil que pour les yeux, il faut regarder les différentes versions de certains gènes. La difficulté principale est que plein de gènes entrent en jeu et pas seulement un seul… Mais bon, y’a plus de robes que de couleurs de yeux

Les robes de base

Heureusement tout de même, il n’y a que deux gènes principaux ! Le gène Extension (E) qui dit si le cheval produit du pigment noir, et le gène Agouti (A) qui dit comment poser le noir sur le cheval marron (si le cheval produit du noir).

La version E indique que le cheval produit des poils noirs et est dominant, la version e indique que le cheval ne sait pas produire du noir. Vous pouvez donc déjà en déduire qu’un alezan est forcément ee (deux fois « je ne fais pas de noir ») alors que les autres robes de base (bai, bai brun et noir) seront E?, c’est à dire EE (deux fois « je fais du noir ») ou Ee (E étant dominant).

Vous pouvez noter au passage que lorsqu’on ne peut pas définir une des versions, on met un ? qui veut dire une forme ou l’autre.

Le gène Agouti A/a indique où on va mettre ce noir (s’il y en a bien sûr). En fait c’est le gène d’origine des chevaux, sous sa forme A, et qui veut dire que le noir n’est qu’aux extrémités (c’est à dire crins, queue, bas des pattes, bout du nez). La forme ‘a’ dit qu’il faut mettre le noir partout sur le corps. Les deux formes sont codominantes (c’est-à-dire qu’elles agissent toutes les deux, mais si vous avez bien tout suivi, vous le savez déjà). On obtient alors :

* AA : deux fois « aux extrémités » = noir qu’aux extrémités (bai)

* Aa : partout (a) + une dose supplémentaire aux extrémités (A) = bai brun

* aa : partout partout = noir

Donc vous avez les gènes des robes de base :

* alezan : ee ?? (on ne peut pas savoir pour A/a vu qu’il n’y a pas de noir)

* bai : E? AA

* bai brun : E? Aa

* noir : E? aa

Et vous pouvez donc voir qu’un alezan ne peut donner que la version ‘e’ à ses enfants, ce qui fait que deux alezans ne peuvent faire que des ee, soit des alezans aussi. Aucun autre croisement ne permet de savoir à coup sûr et donc avec les autres croisements on peut au moins avoir deux robes différentes chez les poulains.

Chaque cheval a forcément ces deux gènes de base, qui vont donc lui donner ce qu’on appelle sa robe de base, au choix parmi alezan, bai (et bai brun) ou noir.

Et les autres robes ?

Toutes les autres robes sont déterminées par des gènes supplémentaires qui se RAJOUTENT aux robes de base en ayant un effet particulier sur les pigments. Certains les empêchent de se déplacer, d’autres les suppriment (on dit qu’il les « diluent »). De plus certains agissent sur tous les pigments, d’autres que sur le pigment noir ou marron. Enfin, certains gènes agissent principalement dans les crins et d’autres sur tout le corps.

Chaque gène supplémentaire est donc défini par 3 choses :

* sur quel pigment il agit

* à quel endroit

* quel effet il a

Pour chacun de ses gènes, la forme active (celle qui fait quelque chose) est représentée par la lettre majuscule (par exemple Z) alors que la forme « normale » (celle qui ne fait rien) sera représentée par une minuscule, par exemple z. Pour la grande majorité de ces gènes, ils sont dominants (la seule exception est le gène crème qui est co-dominant et dont on parlera plus tard).

Voici donc les principaux gènes avec :

– leur nom

– leur symbole MAJ/min

– le pigment visé

– l’endroit

– l’effet

– et donc les robes que l’on peut obtenir

A ce tableau se rajoutent les robes pies, qui sont toutes dominantes, et qui empêche la migration des cellules produisant les pigments chez l’embryon. Des zones n’auront donc aucun pigment (blanche) alors que d’autres seront colorées normalement. Les différents gènes agissent simplement dans des formes différentes (Overo : plutôt horizontal, Tobiano : plutôt vertical, Sabino : moucheté, Balzan : sur le bas du corps).

Il existe un seul gène co-dominant dans ces gènes particulier : crème. Il attaque le marron et les crins en priorité, mais en double exemplaire il peut attaquer aussi le noir. On a alors :

1 gène

– alezan + 1 gène crème : palomino (ça a « mangé » la couleur des crins marrons + un peu du marron du corps)

– bai ou bai brun + 1 gène crème : isabelle (ça a mangé le marron de la robe, mais pas le noir des extrémités)

– noir + 1 gène crème : réglisse (le cheval est noir, mais il porte le gène)

2 gènes

– alezan + 2 gènes crèmes : cremello (tout est « mangé »)

– bai, bai brun ou noir + 2 gènes crèmes : perlino (tout est dilué aussi, mais comme le noir est plus dur sous la dent, le perlino reste un peu plus foncé que le cremello).

Marions nos chevaux !

Pour déterminer les robes de futurs poulains, il faut donc connaître, pour chacun des parents :

– leur robe de base

– les différents gènes qu’ils ont en plus

– et essayer d’éliminer le maximum d’inconnues grâce aux croisements déjà effectués.

Ensuite il ne reste plus qu’à faire des petits tableaux pour chaque gène, puis à déterminer la robe de base des poulains, et d’y ajouter les gènes supplémentaires.

Avec un peu d’habitude, ça devient très facile. A condition de bien penser en terme de « gènes » et pas en terme de « robe », sinon cela vous paraîtra complètement bizarre. Suivez la logique des gènes et tout s’éclairera

Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *