Accueil » Hommes et Chevaux » les Peuples Cavaliers

les Peuples Cavaliers

les Massagètes

Les Massagètes (ou Massagetae) étaient un peuple iranien nomade entre la mer d’Aral et la mer Caspienne, en grande partie sur le territoire de la Sogdiane, pendant l’Antiquité. Ils sont principalement connus par les écrits d’Hérodote (Historien Grec, 484-v.425). Leur nom est probablement semblable à ceux des Gètes et Thyssagètes (ou Thyssagetae). Ils devaient être apparentés aux Scythes, puisque les Anciens les ont parfois confondus. Les Massagètes sont monothéistes et pratiquent des sacrifices de chevaux; ils seraient monogames mais les hommes n’hésiteraient pas à prendre la femme d’autrui pour maîtresse et s’adonneraient à une forme de nécrophagie rituelle. (Dans les ...

Lire la suite...

Les Gauchos Argentins

Pendant des siècles, les gauchos étaient le symbole de la liberté. Habitant dans un espace de quelque 800 000 km2, vêtus de pantalons bouffants, d’un chapeau ou d’un béret, un foulard autour du cou, éperons, coutelas à la ceinture et toujours accompagnés de leur fidèle compagnon, le cheval, vous reconnaîtrez sans peine les mythiques gauchos. Les gauchos n’eurent pas toujours une très bonne réputation. Au 17° siècle, ils furent plutôt considérés comme des voleurs de chevaux ou des vagabonds. L’Argentine d’avant 1856 était un ensemble de provinces où les gauchos vivaient librement, faisant principalement de l’élevage de bétail dans les ...

Lire la suite...

les Alains

 Ce peuple barbare d’origine iranienne nomadisait dans le Nord du Caucase au début de notre ère. Les Alains étaient connus des Romains comme les plus fidèles et les plus courageux cavaliers de l’Orient. Apparus pour la première fois dans l’histoire au Nord de la mer Caspienne au cours des IIe, IIIe et VIe siècles, ils migrèrent en direction de l’Ouest vers les provinces orientales de l’Empire romain. Poussés par les Huns vers l’Occident, ils se séparèrent ensuite en deux groupes. Le premier continua sa migration vers l’ouest avec les peuplades germaniques, apparaissant en Gaule (une centaine de noms de lieux ...

Lire la suite...

les Touaregs

Les Touaregs, peuple pasteur, habitants du Sahara depuis des millénaires, occupent une vaste région qui étend ses limites à la fois sur le Sahara et sur le Sahel. Ils se répartissent entre les pays dont les frontières ont été dessinées, en 1960, par la décolonisation : Ouest du Mali, Niger, Sud de l’Algérie, Libye et Burkina Faso. Depuis 1973, les sécheresses successives et le bouleversement climatique ont un effet dévastateur sur leur mode de vie; la mort des troupeaux, la faim, la misère ont engendré une migration, une sédentarisation forcée et des mouvements de révolte. Être Touareg, c’est avant tout ...

Lire la suite...

les Travellers Irlandais

Leurs origines remonteraient à plus de huit siècles lorsque des communautés ont commencé à se détacher du groupe pour vivre en nomades. Les paysans chassés de leurs terres par les troupes de Cromwell au 17ème siècle puis les survivants de la Grande Famine de 1845 auraient ensuite rejoint ces groupes de populations itinérantes. Les Travellers ont, au cours des siècles, développé une culture avec ses rites, ses activités et sa langue propres. Ils ne parlent pas anglais entre eux. Ni gaélique. Ils parlent le sherta (ou gammon ou cant), une langue qui n’est évidemment pas reconnue par le gouvernement irlandais. ...

Lire la suite...

les Scythes

Les Scythes (en grec ancien Σκὐθαι, Skúthai) sont un ensemble de peuples nomades, d’origine iranienne, ayant vécu entre le VIIe siècle et le IIIe siècle av. J.-C. dans les steppes eurasiennes. C’est une très vaste zone allant de l’Ukraine à l’Altaï, en passant par le Kazakhstan. Les Perses désignaient ces mêmes peuples par le nom de Saka, francisé en Saces. Les sources assyriennes mentionnent les Saces dès 640 avant l’ère chrétienne.  Les ancêtres des Scythes étaient de pacifiques agriculteurs jusqu’à ce que la domestication du cheval leur donne un autre point de vue. La supériorité du regard sur l’homme de ...

Lire la suite...

Buttero – le (dernier ?) cow-boy d’Italie

La Toscane en Italie est très réputée pour sa richesse culturelle mais aussi pour sa flore et sa faune. Les chevaux Maremmanos, issus de la région de Maremme, sont réputés bien en dehors du pays. Il existe aussi une race de bovins, nommée Maremmano. Les deux races, chevaux et bovins, sont gardées ensembles dans un vaste terrain de 4000 ha par des hommes en selle : les Butteri. La selle qu’ils utilisent est la « bardella » et, comme en Camargue, ils portent un bâton : le « mazzarella ». Aujourd’hui leur nombre est faible. C’est grâce au programme de conservation des Maremmanos que ...

Lire la suite...

Cirit , une tradition équestre turque

Souvent on oublie que le peuple « turc » était un peuple de cavaliers nomades, qui vivait dans la région de la Chine d’aujourd’hui. Cela ne fait que 1000 ans que les nomades ont pris le chemin vers l’ouest. Pendant le voyage, certains groupes sont restés sur place ce qui mit fin à leur vie de nomades. Ces minorités existent toujours et après la séparation de l’Union soviétique ils ont créé leur propres états comme par exemple l’Azerbaidjan ou le Turkménistan. Les Turcs croyaient aux forces de la nature. Leur plus grand dieu était le dieu du ciel. Très frugaux, ...

Lire la suite...

Les Amish et les chevaux

Qui n’a pas encore entendu les histoires sur la vie des « Amish » ou « Mennonits », aussi appelés les gens de la plaine. Ces gens sont peut-être les derniers qui « exploitent » les chevaux comme il était de coutume chez les paysans depuis des siècles. Sur les fermes et les champs, tous les travaux sont faits avec l’aide précieuse des chevaux. Mais comme une amie m’a écrit, leur approche est vraiment différente. Très rarement on peut voir un cheval monté, parce que pour les Amish un cheval sans charrue ou carriole derrière est un signe de paresse. ...

Lire la suite...

Les Yakoutes

Les Yakoutes (qui se nomment eux-mêmes Sakhas), poussés vers le nord par les tribus mongoles bouriates, migrèrent vers 1450 en se mélangeant aux aborigènes toungouses, les poussant à leur tour vers la périphérie de l’actuelle Yakoutie, avant l’arrivée des Russes. Ils sont la plus septentrionale des populations de langue turque émigrée dans la région la plus froide de la Sibérie où ils maintiennent les traditions des steppes, en particulier la domestication du cheval. Avant l’invasion cosaque, les Sakhas avaient l’alphabet runique, « l’Orkhon », qui remonte au VIII ème siècle. Leur religion était le « Tengrisme », le culte au ...

Lire la suite...