Troupe de voltigeurs « les Fous du Roi » à Equita Lyon 2004

Voltige en ligne

Buts et motivation

La voltige permet une approche originale du cheval ou du poney car elle est ouverte à tous, que ce soit pour découvrir le cheval et l’équitation ou pour faire de la compétition. C’est aussi un sport complet, qui rappelle la danse, la gymnastique par les positions et les enchaînements demandés. Le tout en prenant toujours garde à ne pas gêner le cheval dans sa locomotion ou à ne pas lui faire mal au dos.

A petit niveau, la voltige est un excellent outil qui permet aux débutants de découvrir les sensations à cheval sans risques et dans le calme et la bonne humeur. Une fois que le voltigeur peut bouger sur son cheval aux trois allures, il ne craindra plus ses débuts en équitation puisqu’il saura qu’il peut tenir à cheval en toute circonstance.

En voltige en cercle, un ou plusieurs voltigeurs évoluent sur un cheval au galop tenu en longe. La selle et les rênes sont remplacées par un surfaix et un tapis épais. Le voltigeur n’ayant pas besoin de se préoccuper de la vitesse ou de la direction, il peut éprouver de nouvelles sensations en toute liberté. Le cheval est néanmoins très important, c’est un véritable partenaire.

En voltige en ligne, le cheval évolue au galop en ligne droite à un rythme soutenu pendant que son cavalier exécute des figures impressionnantes. C’est alors un véritable couple « cheval-cavalier » qui se crée, avec des chevaux plus nerveux que ceux de voltige en cercle.

La voltige en ligne (aussi appellée voltige cosaque)

Il n’y a plus de longueur en voltige en ligne. Le cavalier élance son cheval dans un couloir au galop puis exécute une série de figures avant la fin du couloir. La selle est spécialement étudiée pour être stable avec des points d’appui. En club, il n’est possible de faire de la voltige en ligne qu’après avoir passé son galop 3 de voltige en cercle.

Voici quelques figures de voltige en ligne : le dissimulé, la traînade, le passage sous le ventre, la planche, le debout, la croix de la mort, face à l’arrière…

Jean-Marc Imbert et son cheval, prêt à la voltige cosaque (Equita Lyon 2003)

Sur cette photo on voit bien la selle, qui possède une corne, et deux sangles pour plus de maintien

A l’envers (ici en liberté)

A pied à cheval (en liberté encore)

 

Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *