Accueil » Matériel » Matériel d’écurie » Transporter un cheval » Voyager avec son cheval

Voyager avec son cheval

Il est important de bien préparer son cheval à voyager, car tout propriétaire peut être amené un jour ou l’autre à transporter son cheval : concours, déménagement, transport vers un lieu de soin, les raisons sont multiples.

Même pour une courte distance, un voyage ne s’improvise pas, pour le confort du cheval bien sûr, mais également pour nous, qui sommes souvent les plus stressés !

Tout d’abord, le cheval doit être habitué à monter en van ou en camion. Il ne doit pas découvrir l’engin le matin du départ. Il faut éviter que le cheval soit chargé dans le stress, car celui-ci ne disparaîtra pas lors du voyage et fatiguera beaucoup le cheval.

Il faut donc régulièrement faire monter son cheval dans le van, même sans se déplacer, pour l’habituer. On peut par exemple donner à manger dans le van ou du foin pour l’associer à quelque chose d’agréable.

Ensuite, une fois que le cheval monte bien, avant d’entreprendre un grand voyage, le cheval doit connaître les sensations de la remorque en mouvement. Un petit tour peut être envisagé, pour que le cheval connaisse la sensation d’un virage, d’un freinage, s’arrêter, repartir, les bruits et odeurs d’un voyage.

Cette balade doit être assez courte pour ne pas stresser le cheval, et peut être reconduite plusieurs fois.

Vérifier l’état du van :

feux, freins, pneus, plancher, etc.

Protéger son cheval :

Lors du transport les membres du cheval doivent être protégés. D’une part pour soutenir les tendons car le cheval va rester plusieurs heures debout et immobile, et d’autre part pour protéger les membres d’une blessure éventuelle due à un mouvement intempestif du cheval.

Il existe des protections spéciales transports, mais on peut aussi mettre des bandes de polo (qui descendront bien sous le boulet, comme des bandes de repos) ou des protections fermées type américaines. Si l’on met des bandes à son cheval, il faut bien les fixer car une bande qui se détache peut avoir des conséquences catastrophiques si le cheval s’entrave dedans. A vous de choisir le meilleur selon votre cheval, ses habitudes, etc.

Lorsque l’on fait voyager un poulain, certains préconisent de ne pas mettre de protections, car le poulain pourrait paniquer. En revanche si vous avez procédé à une désensibilisation de votre poulain et que celui-ci est habitué aux protections, c’est bien de lui en mettre.

Je déconseille cependant les bandes pour les poulains.

Si l’on voyage l’hiver et que le cheval est tondu, il faudra le couvrir, mais avec une couverture légère. En effet, il fait vite très chaud dans un van.

Un cheval non tondu restera sans couverture. En revanche il faudra en prévoir une pour l’arrivée au cas où le cheval ait transpiré.

Attacher son cheval :

Le cheval doit être attaché durant le trajet. La longe doit être assez courte pour éviter que le cheval ne puisse se cabrer et se cogner au plafond. Il ne doit pas non plus être bloqué, car il pourrait paniquer. Pour un exemple, disons que le cheval doit pouvoir lever un peu la tête pour regarder par le hublot du van ou tourner un peu la tête sur le côté.

Concernant les poulains, personnellement je ne les attache pas, de peur qu’ils paniquent. De plus s’ils ont la place, ils se coucheront volontiers durant le voyage.

Nourrir son cheval :

Pour occuper le voyage, installer un filet à foin pour les chevaux, cela leur fera penser à autre chose.

On peut également donner quelques granulés lors d’une pause pour récompenser les chevaux.

Cependant, il est apparemment déconseillé de donner des granulés qui contiennent de l’amidon ou des hydrates de carbone, ceux-ci entraîneraient la sécrétion d’insuline et seraient source de coliques de transport.

Le cheval peut être stressé à cause du voyage ; pour le préparer au mieux et éviter une grosse fatigue après le transport, vous pouvez donner de la vitamine C 3 jours avant et 3 jours après le voyage, qui va aider votre cheval à maintenir en forme son système immunitaire.

La pause :

Il est important de s’arrêter environ toutes les deux heures pour une pause. On pourra ainsi donner à boire à son cheval. Il y a toujours des tuyaux sur les aires d’autoroutes pour remplir un seau, sinon penser à prévoir un gros bidon. Le cheval aura soif, surtout s’il consomme beaucoup de foin. Si votre cheval a du mal à boire l’eau qui ne vient pas de son écurie, habituez-le à boire de l’eau aromatisée (jus de pomme par exemple), les chevaux adorent !!

Le cheval va profiter de cette pause pour uriner.

NE JAMAIS SORTIR son cheval du van lors de la pause. D’une part, s’il refuse de remonter, vous serez bien embêtés, mais surtout s’il échappe cela peut être catastrophique, imaginez votre cheval en liberté sur une aire d’autoroute…

Le cheval supportera de rester dans son van, et vous éviterez de grosses situations de stress en l’y laissant.

La conduite :

Lorsque l’on tracte un van il faut adopter une vitesse réduite, une conduite souple. Votre cheval ressent beaucoup les à-coups qui le déstabilisent et sont cause de stress et de panique. Prenez votre temps, vous en gagnerez à l’arrivée, et lors du prochain voyage !

Astuce : si votre voiture dispose d’un régulateur de vitesse, utilisez-le pour ralentir à l’approche d’un péage par exemple, décélérez en baissant la vitesse en cliquant, vous gagnerez en souplesse comparé à l’utilisation du frein.

Si vous transportez un seul cheval dans un van ou un camion 2 places, placez votre cheval du côté gauche.

Bon voyage ! Et détendez-vous, cela aidera votre cheval à passer un bon voyage !

3 plusieurs commentaires

  1. Peux t on mettre un cheval dans une remorque ???

  2. tout dépend de la taille de la remorque.

  3. Bonjour
    Je voudrais savoir quand ya deux chevaux un cheval et un double poney comment les place ton dans un camion .. Le plus lourd à gauche ou à droite
    Merci pour la reponse

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*