Accueil » A la une » « Wyoming State Honor Farm » Mustang Programme

« Wyoming State Honor Farm » Mustang Programme

Suite à une émission télévisée, j’ai fait des recherches sur l’utilisation des chevaux sauvages pour faciliter la réintégration des prisonniers à la vie quotidienne après leur séjour dans des établissements de correction.

Wyoming State Honor Farm

Sous la direction de l’état du Wyoming (USA), la « Ferme d’Honneur » établie en 1931 se trouve à Riverton, Wyoming, et utilise des chevaux sauvages pour la réhabilitation des internés.
Son programme, commencé en 1988, est le premier et le plus vieux programme qui se sert du cheval pour la rééducation des prisonniers dans le système correctionnel américain.

La Ferme d’Honneur est une prison pour hommes de basse sécurité de 176 lits pour les contrevenants du crime. C’est le Département de Corrections du Wyoming qui est responsable pour faire marcher la facilité.
Les programmes de travail comme leur programme d’Entraînement de Cheval Sauvage aident les internés à apprendre des nouvelles méthodes de travail et améliorent leurs habitudes de vie sociales et quotidiennes. Vous vous demandez peut-être, “Comment les chevaux sauvages peuvent-ils aider ces internés à devenir de meilleurs citoyens? Quand vous placez des chevaux sauvages attrapés en plein nature avec les internés qui n’ont jamais travaillé avec un cheval et ne connaissent rien de sa manipulation, qu’est-ce qui arrive ?”

La raison est relativement simple, un cheval sauvage, impressionnant déjà par sa taille et sa force, ne tolérera pas d’être maltraité, il demande le respect. Le Mustang ne se laissera pas manœuvrer avec tricherie, la seule chose qu’il comprend c’est l’honnêteté. Venant des grands espaces, les chevaux sauvages étaient totalement libres, sans restrictions sauf … de survivre.
Leur vie est très comparables aux prisonniers, qui eux vivaient sans restrictions (si on veut) en liberté, car ils n’ont pas suivi les lois. Pour en faire ou refaire des bons citoyens, qui respectent les lois, le programme des chevaux sauvages joue un grand rôle dans la réhabilitation. Les internés apprennent via le travail intensif avec les chevaux l’honnêteté, le respect, la confiance, la patience et le travail d’équipe, les bases pour réussir des réponses positives même d’un animal sauvage.
Les statistiques prouvent qu’après leur libération, les prisonniers qui ont participé au programme ont un plus haut pourcentage de succès dans le monde extérieur.

 mustangs wyoming

 Les chevaux

C’est en 1971 que l’acte sur les Mustangs (free roaming horse and burro), le mandat de surveiller, entretenir, protéger et contrôler les chevaux sauvages et ânes a été donné au Bureau d’Administration du Terrain et au Département de l’Agriculture et de la Forêt des Etats-Unis, sur le terrain national pour assurer leur bonne santé, mais aussi pour garder la bonne santé des terrains ainsi utilisés. L’agence réunit des chevaux des régions où le nombre de chevaux sauvages est trop élevé pour garantir le nombre optimal que le terrain, la nourriture et l’eau peuvent maintenir.
Un partie de ces chevaux arrivent ainsi dans la Wyoming Honor Farm.
Un accord entre le BLM et le département des Corrections concernant les chevaux sauvages et le travail à investir est établi. Le BLM apporte et transporte les chevaux sauvages à la ferme d’honneur. Les chevaux sont souvent des hongres entre 2 et 3 ans qui viennent surtout des états situés à l’ouest des USA notamment le Wyoming et le Nevada.
Les internés travaillent avec les chevaux en douceur, pour les préparer à la vente et/ou les adoptions.
C’est une pratique « gagnant – gagnant » pour les deux parties, sans oublier les chevaux.

Les prisonniers qui travaillent sur et avec les chevaux le font de leur propre volonté, les places sont rares.

Les prisonniers

Être accepté pour le travail avec les Mustangs est un privilège. Un système de points pour la bonne conduite dans d’autres maisons de réclusion est la base du transfert vers la Honor Farm, et seulement possible à la fin de leur sentences.
Sous la guidance de Mike Buchanan, superviseur du programme, un nombre de 25 internés s’occupent de 200 chevaux sauvages. Mike Buchanan fait son choix entre les prisonniers avec l’aide précise d’un Mustang, pour ainsi choisir « son » équipe. Une fois admis à participer au programme, l’interné commence son travail dans la distribution de la nourriture. Cela dans le but de lui laisser le temps d’observer ses collègues et les animaux pour apprendre déjà certaines techniques et devenir familier avec ce grand animal appelé cheval.
De l’autre côté, ça donne aussi la possibilité à M. Buchanan d’observer et voir les progrès de chacun, tout en sachant que beaucoup d’entre eux n’ont jamais travaillé avec des chevaux, un fait qui n’est pas sans avantages parce qu’il n’existe pas de mauvaises habitudes dans la manipulation des animaux et c’est plus facile de travailler correctement dès le début.
Les prisonniers touchent un salaire de 35 à 95 $ par mois, une somme qui aide un peu pour la vie quotidienne. La durée de la formation est entre 11 mois et deux ans.

Mike Buchanan, le »patron surveillant » du programme

Mike Buchanan, le »patron surveillant » du programme

Mike Buchanan ressemble à un vrai cowboy du Wyoming – grand, calme, avec une voix douce. Il a l’air d’être un homme qui sait contrôler ses environs, un must pour manipuler des hommes durs et des chevaux durs.
Il a grandi dans la région de Steamboat, CO (USA), travaillé dans les ranches, guidé les chasseurs avant de monter vers le nord-ouest à Baggs, WY (USA) où il a rencontré sa femme Karen en 1969.
Après avoir travaillé comme cowboy, il travaille un peu dans le pétrole, et dans les années 1980 il rentre dans le système correctionnel dans la prison de Rawlins comme agent surveillant.
Il a commencé à étudier des internés et le langage du corps qu’ils utilisent dans leurs actions réciproques avec d’autres contrevenants. Il a commencé à voir qu’il y avait une structure sociale avec une hiérarchie parmi les internés qui était semblable aux troupeaux de chevaux sauvages qui courent libres dans le Désert Rouge du Wyoming.
En 1994 Mike changera vers la Honor Farm de Riverton pour surveiller le programme « chevaux sauvages » à partir de 1995.
Il a apporté à cet emploi 7 ans de son expérience d’observation des internés à l’intérieur du mur de Rawlins et un mode de vie de cowboy travaillant avec les chevaux et le bétail. Il a aussi la capacité « de lire » les gens et les chevaux.
Mike avait trouvé sa vocation parmi le programme internés et chevaux sauvages.

Mike a dit “Quand j’ai repris le programme en 1995 il y avait 10 hommes et 75 chevaux dans mon programme, maintenant nous avons 25 hommes et 200 chevaux. Quand les nouveaux chevaux sauvages arrivent d’abord ils sont très curieux de chaque chose, mais ils ne se fient à personne. Si vous gagnez leur confiance, vous pouvez faire un certain nombre de choses avec eux. J’ai très vite appris que vous devez être complètement honnêtes avec un cheval sauvage. Les internés sont très semblables aux chevaux dans la façon dont ils voient leurs nouveaux environs et les gens et ils ne se fient à personne. Vous devez vous occuper des internés comme vous le faites avec des chevaux sauvages.”

enclos de travail

Mike a commencé à assembler quelques nouvelles idées. D’abord, il a constaté que l’esprit criminel doit changer et travailler avec les chevaux sauvages pourrait aider à le faire. Mais il a aussi constaté que vous ne pouviez pas mettre un prisonnier dans un round pen, avec une corde et un cheval sauvage.
« Ces internés sont trop agressifs. Ils n’ont en tête que de courir avec la corde après le cheval pour prendre le dessus. Ils ressemblent à un chien dingo poursuivant des chevaux, ils n’entendent plus rien. C’est pour cela que nous avons dû trouver une autre voie que le travail dans le round pen pour faire des chevaux sauvages, des chevaux doux et attentifs” .
Une autre grande inquiétude de Mike Buchanan était “Nous devions trouver un système pour empêcher ces internés de se faire mal mais en même temps protéger les chevaux sauvages.”

Après deux ou trois années d’essai et d’erreurs, Mike a trouvé un programme qui était favorable tant à l’interné qu’au cheval sauvage. Ce programme a été conçu pour travailler le cheval et le prisonnier par quatre niveaux progressifs d’entraînement. Mike a pris quelques techniques d’entraînement qui sont utilisées par Ray Hunt et John Lyons dans leurs stages/cliniques. En plus, il a ajouté ses propres idées et a trouvé ce qu’il appelle “le Système des Niveaux.” (Level System)

Le programme est comparable au jugement dans un rodéo. L’homme et le cheval sont jugés séparément. Dans le « Système des Niveaux » vous devez être en mesure « de lire » l’interné et le cheval sauvage séparément. Ce programme est conçu pour aider l’interné par ses actions réciproques avec le cheval sauvage. Le programme entier est fondé sur la confiance et l’honnêteté entre l’interné et le cheval sauvage. Nous sommes prudents de ne pas demander trop du cavalier ni du cheval pour éviter que l’interné n’échoue, ou vice versa. ”

Le Système des Niveaux

Niveau I :

C’est le stade où commence l’entraînement tant pour le nouveau cheval sauvage que pour le nouvel interné. Le surveillant des chevaux sauvages enseigne à l’interné comment être en sécurité autour des chevaux et le cheval commence à apprendre que les humains ne sont pas un danger pour eux. La confiance commence à s’installer tant pour l’interné que pour le cheval.

– Niveau Ia:

Un cheval sauvage est libéré dans rond de longe avec tous les nouveaux internés qui forment un cercle, tout en restant debout, dos contre le mur . Cela a pour but de donner la possibilité aux prisonniers et au cheval de se rencontrer d’une façon non-résistante. Le Mustang fera le tour, il regarde et sent. Ce cheval cherche comment manipuler la situation et pour cela il identifie l’individu-interné qui pour lui semble le moins agressif dans le groupe. Ray Hunt dirait, « le cheval essaie de trouver le meilleur chemin possible pour s’en sortir dans ces circonstances”.

Quand le cheval a accompli le cercle, il retournera à la personne qui est la moins agressive et baissera sa tête parterre devant lui. Ensuite le cheval fera le tour du rond et s’arrêtera devant l’interné qui est le plus agressif. Il stoppera devant lui, les oreilles dressés et le cheval grognera à cet interné. Ce grognement signifie que le cheval sent bien le danger qui vient de la part du prisonnier. Après son apparition, le cheval retrouvera ses copains dans leur paddock… Pendant cette rencontre, Mike peut lire, et savoir plus sur le cheval et les internés.

travail d'un mustang

– Niveau Ib:

Un deuxième cheval sauvage est placé dans un boxe, plutôt une cage et est abordé par chaque prisonnier du niveau 1. Les hommes doivent maintenant toucher le cheval à travers les barreaux. C’est la première expérience du cheval, il doit sentir le contact humain. C’est aussi la première fois pour la plupart des internés qu’ils touchent un cheval. De nouveau, il est important que la confiance entre le cheval et l’interné s’installe. Après cette expérience de toucher, le cheval est relâché avec ses copains dans le troupeau. Ce niveau peut être répété plusieurs fois jusqu’à ce que le cheval devient de moins en moins résistant au contact humain.

prisonnier cowboy

– Niveau Ic:

Après que le cheval est devenu moins résistant au contact humain, un licol est placé sur le cheval pendant qu’il se trouve dans la cage. Une fois le licol sur le cheval, le cheval sera attaché à l’intérieur de cette cage avec une corde élastique. Le but de cette manipulation pour le cheval est de comprendre le prendre et rendre (tension et relâche), c’est ce qui apprend aussi au prisonnier qu’il vaut mieux relâcher la pression que reprendre la tension coûte que coûte.

– Niveau Id:

Une fois que les séances d’attache sont finies et que le cheval accepte le licol et la corde élastique, la corde élastique sera remplacée par une corde en coton de 10 mètres. Le cheval reste toujours dans sa « cage ».
Ce qui se passe maintenant est impressionnant. Le Mustang qui lui est toujours pas trop habitué aux hommes et leur présence sera libéré de la cage. Trois ou quatre hommes tiennent la corde. Pour rappel, les prisonniers n’ont pas l’habitude de manipuler les chevaux. Mike Buchanan utilise la force du cheval pour montrer aux hommes que le cheval réagit beaucoup mieux sur une corde non tendue. Au lieu de tirer sur la corde, il est mieux de ne garder que la tension pour donner la possibilité au cheval de bouger et le moment venu lâcher la corde et ainsi montrer au cheval qu’il n’a pas de raison de se battre contre la corde et celui qui tient le bout. C’est une expérience pour les prisonniers qu’il faut rendre pour établir l’harmonie mutuelle.

– Niveau Ie:

L’exercice de la corde est aussi l’apprentissage pour le cheval à suivre la longe et se faire guider par l’homme. Le Mustang apprend par la suite aussi à rester attaché sans paniquer. Il sera attaché avec une chambre à air pour éviter qu’il se fasse mal au cas où il commence à tirer au renard. Attacher un cheval lui apprend le respect et la patience, deux points importants aussi pour les internés.

Niveau II

C’est un programme d’entraînement plus avancé, sur terrain libre où le cheval apprend à être manipulé sans être enfermé dans une cage. Le cheval à ce niveau apprend à se laisser laver, brosser et donner ses pieds par des internés.

Niveau III

Les progrès que font les internés en manipulant les chevaux sont la base du passage au niveau suivant comme c’est le cas pour les chevaux.
Au niveau III, les prisonniers commencent à habituer les chevaux au tapis de selle, et à la selle sur le dos. Un mors simple est placé dans la bouche pour la première fois. On demande au cheval de faire des flexions à droite et à gauche, un exercice qui lui apprend à suivre la direction donnée et demandée. Le prisonnier apprend à « demander » au cheval au lieu d’ « ordonner ».

mustang sellé

Niveau IV

C’est le dernier pas dans le système des niveaux tant pour le cheval que pour l’interné. On apprend au cheval à accepter un homme sur son dos pour la première fois. On apprend au cheval à marcher, trotter et galoper. Pour réussir, l’interné doit s’engager à rester en contrôle de lui-même et en même temps maintenir le contrôle du cheval sans agression.
Dans un résumé du système des niveaux, Mike Buchanan dit: «  Nous ne sommes pas assez bons pour aller plus loin que ça avec les chevaux. Notre but principal est de former un cheval calme et doux, qui accepte la selle, donc vous pouvez monter et aller vous balader avec.
Pour aller plus loin, nos prisonniers n’ont pas l’expérience nécessaire, ni les connaissances pour apprendre au cheval des choses comme le sidepass, les changements de pieds, spins ou rollbacks, etc.
Pourtant il serait peut-être possible d’augmenter les connaissances de horsemanship dans l’avenir.
A présent, quand quelqu’un adopte ces chevaux il peut facilement passer au niveau suivant, s’il le veut .”
La plupart des chevaux qui sont offert pour l’adoption et la vente ont environ 90 jours d’entraînement par les internés.

mustang monté par un prisonnier

Rien de mieux que de finir ce petit reportage sur les mots d’un prisonnier:

« Je ne peux pas penser à un autre endroit dans notre pays où vous pouvez apprendre autant sur les chevaux qu’ici sur la Honor Farm, appelée par nous le « Horse Hill de Mike Buchanan », il est malheureux qu’il faille commettre un crime pour participer à ce programme formidable.

Article de Mike Laughlin avec l’aimable permission de Lee Raine de www.cowboyshowcase.com

Cliquez sur le service voulu pour commenter (en direct/Facebook/Google+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *