Accueil » Soins et santé » les Maladies » Les Parasites Externes

Les Parasites Externes

La teigne

Cette maladie de la peau se remarque grâce à l’apparition de petites zones circulaires qui s’agrandissent et même qui fusionnent. Elle ne provoque généralement pas de démangeaisons et n’est pas transmissible à l’homme.

Par contre, elle est très contagieuse de cheval à cheval, soit par contact direct mais aussi par l’intermédaire du matériel de pansage et même l’action du vent. Chez certains chevaux, le début de la teigne peut être remarqué par une petite « boule » dans la peau du cheval.

Le temps d’incubation est de 1 à 4 semaines et cette mycose se rencontre essentiellement par temps humide (automne et hiver). Les chevaux atteints guérissent très souvent d’eux-mêmes en l’espace d’un à 3 mois. Toutefois, on peut hâter cette guérison en appelant le vétérinaire.

La dermatophiliose

C’est une infection cutanée qui est favorisée par l’humidité. Les chevaux atteints vivent très souvent au pré, par temps pluvieux. Les lésions sont caractéristiques et généralement localisées au niveau des dorso-lombaires. Les poils ont l’air d”être collés ensemble et se détachent par touffes.

Les lésions peuvent être légèrement voire très douloureuses, et ça peut être localisé au niveau de la couronne (« gale de boue »)

Elle ne provoque pas de démangeaisons mais nécessite l’administration d’antibiotiques, donc une visite vétérinaire!

La phtiriase

Cette lésion s’accompagne de démangeaisons qui peuvent devenir insupportables. Elle est provoquée par des poux. Surtout en hiver et au printemps, surtout sur des animaux vivant dehors avec un poil fort épais.

Les poux sont très tenaces au niveau de la crinière mais peuvent se trouver sur tout le corps car très petits (de 1 à 3 mm).

Pour prévenir, un pansage très régulier des chevaux et poneys est obligatoire. La désinfection des boxes est aussi souhaitable.

La gale

Les agents de la gale sont des animaux microscopiques de la famille des acariens. Cette maladie est très courante chez les chiens et les chats, et très rare chez les chevaux .

La gale la plus rencontrée est celle des pâturons que l’on trouve chez les chevaux de trait. Les parasites se développent et prospèrent sous les longs poils qui couvrent le bas des membres. Très contagieuse et provoquant une vive démangeaison. Le traitement fait appel à un acaricide et donc une visite du vétérinaire.

Il existe la gale de boue qui n’a de gale que le nom.

Gale de boue

peut être dû à plusieurs choses :

– la gale simplement (surtout sur les chevaux de trait)

– une mauvaise hygiène des sabots qui forme des irritations, voire des croûtes, au niveau des glômes du cheval.

– infection bactérienne de la peau,

– la dermatophilose peut aussi être localisée au niveau de la couronne,

– réaction de la peau (hyperkératose) contre des conditions nuisibles (boue entre autre), ou

– plusieurs de ces choses à la fois…

C’est pour cela que dans les « pommades gale de boue », les vétos mettent un peu de tout, entre autres des antibiotiques et des cicatrisants. Un environnement plus sain (et moins boueux) ainsi que la crème suffit en général à régler le problème.

La piroplasmose

C’est une maladie parasitaire du sang qui est transmise par ce qu’on appelle un vecteur : les tiques. Les globules rouges sont envahis par des animaux microscopiques qui pénètrent chacun dans un globule rouge et s’y multiplient jusqu’à les faire éclater.

Elle provoque un abattement extrême du cheval ( dû à l’anémie ) et la température monte jusqu’à 40 ou 40.5° C ainsi qu’une perte d’appétit . Les muqueuses sont jaune orangé .

la Dermatite Estivale

C’est la suite d’une réaction allergique envers des petits moucherons, appelés « culicoïdes ». La réaction allergique provoque de fortes démangeaisons, surtout au niveau de la crinière et de la queue, mais aussi au niveau du ventre, des oreilles et des jambes. Vu que c’est une réaction allergique, elle peut empirer d’année en année, et certains chevaux se grattent jusqu’à saigner.

En hiver, on reconnaît ces chevaux à une crinière « rasée » et la peau épaissie.

Vu que les cullicoïdes sont présents au printemps et en été, au moment du lever et du coucher du soleil, on peut limiter les symptômes en mettant les chevaux au box à ces moments-là. Il existe aussi des couvertures anti-moucherons et divers produits pour tenir les moucherons à distance. Vu que cette maladie est une réaction allergique, elle n’est pas contagieuse entre chevaux, mais il existe un certain degré d’hérédité.

 

Attention : la teigne comme la gale doivent être déclarés en DSV.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*