Accueil » Hommes et Chevaux » l'Art » Sculpture » Les White Horses of England

Les White Horses of England

Dans le sud de l’Angleterre, et principalement dans la vallée appelée Vale of White Horses, au fin fond de la campagne anglaise, les sols sont ornés de magnifiques et imposants chevaux blancs. Ces chevaux sont appelés des géoglyphes (figures tracées sur le sol), on en dénombre au minimum 24, disparus ou encore existants.

Contrairement aux idées reçues, ces chevaux blancs ne sont pas d’origine préhistorique (à l’exception de celui d’Uffington peut être). Certains remontent tout au plus à quelques siècles, ceux là auraient selon toute vraisemblance servi de signes sacrés à certains peuples primitifs, mais la plupart sont récents et ont été réalisés pour des raisons commémoratives, ils remontent presque tous aux 3 derniers siècles. Certains ont même été réalisés par d’obscurs inconnus, comme le Broad Town White Horse, fait par un fermier local en 1863. Le tout dernier en date a été créé en 2000.

Non loin du site mondialement réputé de Stonehenge, dans le Wiltshire, le sol n’est pas fait de terre mais de craie blanche, les géoglyphes de chevaux sont formés dans cette craie des collines. Selon la technique la plus ancienne, une tranchée était creusée pour être remplie de pierre crayeuse et calcaire qui tranchait sur le vert des prairies et ainsi, était visible de loin.

Le meilleur endroit pour observer ces immenses représentations de chevaux est bien évidemment le ciel, mais on peut également en apercevoir certains assez bien depuis le plancher des vaches, plus accessible et moins onéreux pour le grand public… De nombreuses randonnées sont d’ailleurs organisées (souvent sur plusieurs dizaines de kilomètres) afin d’observer ces œuvres d’art en partie naturelles.

white1

The Uffington White Horse

Le Uffington White Horse est très certainement le plus vieux de tous. Et pourtant ! Son design fait de lignes courbes très stylisées semble avoir été fait par les dessinateurs les plus modernes !

Sur 114 mètres de long, 3 mètres de large et presque 1 mètre de profondeur, une immense tranchée est creusée dans le calcaire, mais on ne le voit dans son intégralité que depuis le ciel. C’est grâce à des fêtes villageoises régulières que ce cheval fût entretenu et réussit à survivre au travers des siècles. Désormais, il est entre les mains d’une association britannique très sérieuse qui s’occupe d’entretenir ou de restaurer les anciens monuments (l’English Heritage), sa préservation est donc assurée. Par un jour de beau temps, on peut voir ce cheval à une trentaine de kilomètres.

Jusqu’à très récemment, on pensait que ce cheval datait de l’âge du fer à cause de certaines similitudes avec les pièces de monnaie de l’époque, on a même pensé que le dessin originel représentait un dragon plutôt qu’un cheval. Certains pensent aussi qu’il peut s’agir d’un symbole Celte de la déesse Epona, supposée veiller sur les chevaux. Or en 1995, une nouvelle technique permettant de déterminer combien de temps le sol a été caché de la lumière du jour certifie que le cheval daterait plutôt de l’âge de bronze, et plus précisément de l’époque allant de 1200 ans à 800 ans avant J.C. Quoi qu’il en soit, il reste aux yeux du monde le cheval le plus singulier et le plus représentatif de la Vale Of White Horses. Il a été photographié par Yann Arthus-Bertrand, auteur de La Terre Vue Du Ciel.

The Westbury White Horse

Créé en 1778, le Westbury White Horse, certainement l’un des plus connus, mesure 55 mètres de long pour 33 mètres de haut. Il fût créé par dessus un autre cheval beaucoup plus vieux, datant certainement de la préhistoire, mais dont il ne restait pas grand chose. En 1873, il fût une fois de plus modifié pour ne presque plus ressembler du tout au cheval d’origine.

The Cherhill White Horse

Le deuxième plus vieux cheval blanc. Il fût réalisé en 1780, juste deux ans après la restauration de celui de Westbury. On raconte que l’homme qui décida de sa réalisation s’était posté au loin avec un mégaphone pour donner les instructions. Le design lui fût inspiré par le travail d’un de ses amis peintres, George Stubbs ). Au départ, l’œil du cheval avait été fait en morceaux de verre, malheureusement, les touristes ont cru bon d’en ramener quelques morceaux chez eux en souvenir, et l’œil du cheval de Cherhill ne brille plus depuis bien longtemps… il a depuis été remplacé par de la pierre, moins facile à subtiliser… En 2002, 160 tonnes de craie furent versées sur le cheval afin de lui redonner sa forme d’origine

The Marlborough White Horse

Réalisé par de jeunes écoliers en 1804, le Marlborough White Horse, cheval de 18 mètres de long fût vite laissé à l’abandon et aux orties après la fermeture de l’école d’où provenait cette jolie idée… Mais presque 70 ans plus tard, en 1873, l’un de ces artistes en herbe devenu vieil homme décida de payer pour le faire restaurer. Récemment, il a été décidé que le sol serait peint en blanc plutôt que regarni en calcaire, apparemment pour des raisons financières.

The Kilburn White Horse

C’est le plus grand en surface. Il a été réalisé par un groupe de volontaires du conté en 1857. En 1939, au début de la 2ème guerre mondiale, il fût recouvert afin d’empêcher qu’il puisse servir de point de repère aux ennemis, puis il fût découvert à nouveau et blanchi en 1946, peu après la fin de la guerre. Depuis, il a essuyé de multiples tempêtes, mais l’association des Chevaux Blancs d’Angleterre garanti de nouveau le bon état du site pour de nombreuses années.

Malheureusement, de nombreux chevaux blancs ont disparu après des décennies de manque d’entretien et d’abandon, les ronces et la végétation ayant repris le dessus et effacé des heures de travail laborieux, parfois même, ils furent recouverts délibérément. Mais ceux qui subsistent malgré tout valent le coup d’œil, et quelle surprise, au détour d’un chemin, de tomber nez à nez avec ces magnifiques équidés géants, sortis du sol comme pour nous montrer, une fois de plus, leur grandeur, leur beauté et leur présence constante sur le chemin de l’humanité.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*