Accueil » Equitation et travail » Education du cheval » L’attente – la clef de l’entraînement

L’attente – la clef de l’entraînement

”… attends!”

Oui, attendre n’est vraiment pas populaire aujourd’hui, à l’époque de « l’instantané » qui se trouve partout. Encore plus dur si vous voulez entrainer un cheval, peu importe son âge.

Pour les propriétaires qui préparent des expositions ou des cavaliers qui préparent la participation d’un concours, le temps s’écroule et ça va vite surtout quand le tout fait plaisir.

Ce n’est pas pour cela qu’il faut dire “attends”, parce que en principe il n’est jamais trop tôt pour commencer l’entrainement, mais …. “attends !”

Pour un bon entraînement vous avez besoin de:

– établir une bonne communication

– engager des actions

– l’acceptation et l’installation des aides

– spontanéité

– souplesse

– collection

Un facteur très important la dedans, qui va avec chaque point et aide en plus à l’améliorer c’est …

attendre!

Vous pouvez lire tous les bouquins et parler a beaucoup d’entraineurs, chaque chose vous aidera à avancer, un petit tuyau par ci, un secret par là, mais personne ne vous dira … “attends!” Probablement parce-qu’ils ne le savent pas.

Quelques uns disent « just what it takes », mais ce n’est pas pareil.

Pendant mes séjours aux Etats Unis, j’ai eu l’occasion de voir un des meilleurs entraineurs de la région de Dallas, il n’a jamais parlé d’attendre, par contre il l’a carrément pratiqué. Après une petite séance d’un exercice, il a demandé l’arrêt et, pendant que le cheval était à l’arrêt, il a fumé sa cigarette. Pas besoin de parler d’ « attendre », il l’a fait.

L’entrainement d’un cheval pour la course à plat est bien sur différent de celui d’un cheval de loisir, dressage ou pleasure. Pour le cheval de course, le mental est programmé « vite , vite » le « attends » n’est pas toujours demandé, malgré cet objectif, il y a une expression courante:

« si vous attendez pas le cheval, le cheval va vous faire attendre ».

Cette expression veut dire qu’un cheval qui n’a pas le temps d’apprendre comme il le faut, va se heurter, il aura mal quelque part ou deviendra instable mentalement et le temps d’attendre vient sans le vouloir.

C’est pour des raisons comme ça que l’entrainement du cheval devrait se passer doucement et facilement, pour garder la bonne mentalité et le corps en bonne santé.

Une amie m’a conseillé, “pour que ton cheval apprenne bien, ne le chauffe pas, ni mentalement, ni physiquement”. Elle n’a pas dit d’attendre, mais en gros c’était son message.

Mais comment pratiquer ce fameux “…attends” ?

*marche doucement et parle aussi en douceur”

les chevaux ont des excellentes capacités d’entendre, pas la peine d’élever la voix, c’est là que commence le processus d’ « attendre »

laissez profiter votre cheval d’un bon pansage, n’employez pas le « vite fait ». Les chevaux adorent les moments de massage et caresses.

*mettez les cuirs tranquillement, ne soyez pas pressé, une séance d’entrainement doit faire plaisir à tous les deux. Si vous allez doucement, votre cheval n’a pas de raison de devenir nerveux.

*permettez à votre cheval de trouver son rythme, ne demandez pas toujours le speed .

*commencez l’entrainement mais ….. attendez! Demandez des petits pas et n’oubliez pas de réconforter et féliciter et ….. attendre!

Votre cheval veut probablement se déplacer vers l’avant, c’est dans sa nature, attendez, mettez lui en arrêt encore plus long. Maintenant laissez le avancer, demandez un exercice qu’il connait bien, arrêtez et ……. attendez!

Gardez un entrainement simple. Les bonnes réponses doivent être confortables et facilement accessibles pour le cheval, par contre les réponses incorrectes demandent plus de travail et amènent un inconfort, suivi par une période d’ … attente.

Essayez le « …. attends! ».

Il va s’écouler un temps « d’attente » avant de voir des super résultats, mais ça vaut le coup d’essayer, ne perdez pas patience, il faut « attendre « pour voir .

Un commentaire

  1. Superbe article qui correspond à mon ressenti. Tant pis si je passe pour un “ovni” auprès de mon entourage mais je prends “le temps” avec mon jeune cheval, qui vient d’avoir 4 ans ce printemps,et que je commence seulement à monter. J’ai pris le temps d’instaurer le respect et la confiance, de travailler et sortir beaucoup à pied, de lui faire découvrir tout ce qu’il peut survenir à l’extérieur. Il est fougueux, plein d’énergie mais mes mots clefs pour le faire patienter c’est : attends, doucement.

    Votre article me rassure, je suis sur la bonne voie.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*