Accueil » Portfolio Itempage 3

Archives du site

Westphalien

Le Westphalien moderne est un autre exemple de la grande qualité des chevaux allemands. À partir de l’ancien type, la race fut affinée et engendra un superbe cheval de selle et de compétition, bien adapté aux exigences du marché équestre actuel. L’association pour l’élevage du Westphalien se constitua en 1826, en Allemagne, et donna à la race son nom officiel. Le cheptel qui servit de fondation à l’origine reposait sur des chevaux indigènes croisés principalement avec le Pursang. L’élevage démarra véritablement à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le choix du Pur-sang et de l’Arabe pour la vitesse, le ...

Lire la suite...

Wielkopolski (Wielkopolska)

Le Wielkopolski est avec le pur sang arabe polonais la race la plus importante en Pologne. Pour leur création les polonais n’étaient pas trop inspirés et la sélection se fit pratiquement toute seule, parce qu’à la base, ce sont des chevaux, laissés par les allemands après la deuxième guerre mondiale. Les races locales comme le Mazurien ou Poznan furent croisé avec les « trouvailles » et plus tard l’influence du cheval arabe et des Hanoveriens aidèrent pour produire ce cheval sportif d’aujourd’hui. Le Wielkopolski est polyvalent, utilisé en attelage, mais aussi très connu dans le monde du CSO, grâce à ...

Lire la suite...

Wurtemberg

Une de multiple races classiques en Allemagne , le Wurtemberg, est le produit d’un élevage dans le haras le plus ancien, à Marbach. Créé en 1573, il gérait au début du XIXe siècle plus de 81 000 chevaux. Les origines se trouvent dans le croisement des juments locales avec des arabes, par la suite des juments barbes et andalouses ont été acquises. Faust, un anglo-normand de type cob, en est à l’origine. Une amélioration marquante provient des trakheners et de Julmond (mort à Marbach en 1965), qui a été le plus remarquable de tous. Le Wurtemberg est parmi les chevaux ...

Lire la suite...

Xilingol

La race Xilingole est une race jeune qui se trouve en Mongolie. Créée dans les années 1960 à partir des Sanhe’s, Akhal-Teke’s et des chevaux mongoliens locaux, le Xilingole est un cheval qui est utilisé en selle, mais aussi pour des travaux léger d’attelage. Les races russes Kabardin et Don ont ajouté leur grain de sel. La région Xilinguole (Xilin Gol), qui s’étend sur 180 000 km carré est probablement à l’origine du nom.

Lire la suite...

Yabou, Yaboo

Le Yabou est utilisé comme cheval de bât, et est considéré de moindre qualité. Quelque part ce n’est pas facile à comprendre, parce que le cheval est parmi les autres chevaux Turkoman vraiment sous-estimés. Parfois, les « Yabous », chargés à bloc, suivent des chevaux plus nobles sur n’importe quel chemin et à la même vitesse que ces chevaux de « sang ». La mentalité des éleveurs fait sa part aussi. Il est « normal » qu’un propriétaire d’un cheval Turkoman possède plusieurs « Yabous ». Comme en Arabie le « kadisch » signifie un cheval d’origine inconnu, les Turkménes ...

Lire la suite...

Yakut, Yakoute

Les ancêtres du Yakoute étaient probablement des chevaux de la toundra. Vivant dans le Sibirie du Nord, les poneys possèdent une chevelure très épaisse, une protection efficace pour les temperatures glaciales de leur environnement. Son utilisation est plus que polyvalent, en selle, attelé ou pour donner du lait , il fait part de la vie quotidienne de la population. (La race n’a rien a faire avec le « Yakut » dans la série Xena. lol) Le Yakoute existe en trois types, celui du nord ou plutôt l’original, le typ de Kolyma ou Verkhoyansk, et le type du Sud qui montre ...

Lire la suite...

Yamoud, Yamoudi (Turanian Horse, Turkoman)

Élevés par la tribu qui lui donne le nom entre la mer Caspienne et la mer Aral, le Yamoud d’aujourd’hui est souvent à trouver dans le nord de l’Iran. La raison de ce changement est la désertification de la région, qui change tout un pays en désert salé. On parle de deux types de Yamoud, le« Yemreli » et le « Getman ». Un peu plus costaud que les Akhalt-Tekes, l’arrière main des Yamoud est bien développé et son extérieur est très harmonieux. Pour les éleveurs « non » turkoman , la différence entre les deux types n’est pas vraiment ...

Lire la suite...

Yemen Arabian

Isolé du reste du monde , le cheval arabe du Yémen a su garder toutes ses qualités et surtout son attachement aux humains. Cet amour, qui existe depuis des siècles, et le peuple du Yémen ne sont pas séparables. Élever un cheval, le garder dans sa tente et vaincre toutes les situations difficiles avec lui, créa une relation entre l’homme et l’animal qui cherche ses égaux. En gros, c’est la vie en Yémen. Inchangé depuis des siècles, le cheval arabe est bien un symbole de toute une nation. Même dans le Yémen d’aujourd’hui les histoires sur des relations entre humains ...

Lire la suite...

Yili, Wusun (Yili Kazhak)

Comme beaucoup de ses cousins en Chine, le Yili est issue d’un croisement des chevaux typés mongolien avec des chevaux russes, notamment venant du Kazakhstan. Il est utilisé en selle et attelage léger et vit dans l’immense région « Yili », sur des pâturages fertiles. La race est aussi utilisé pour le lait , mais malheureusement aussi pour la viande. Son endurance est un signe indéniable de sa parenté avec des chevaux Kazakh, mais il est aussi un cheval très rapide. Il court les 1000 mètres en 75 secondes. Taille au garrot 143 cm.

Lire la suite...