Historique de la plante

Symbole d’immortalité, de beauté et de santé, son usage est universel et elle fut même considéré comme un dieu ou comme une « plante miracle » ; on lui prête beaucoup d’effets thérapeutiques.

Les écrits concernant l’utilisation de l’Aloe Vera, dans différentes cultures ou pharmacopées traditionnelles remonteraient à la civilisation sumérienne, il y a plus de 5.000 ans, et son véritable usage thérapeutique depuis le 3e millénaire avant J.C. De l’antique Mésopotamie (1750 avant notre ère) à la Grèce des débuts de l’ère chrétienne, en passant par l’Égypte des pharaons, on connaissait les vertus de l’Aloe Vera pour traiter les infections de la peau, de même que les propriétés laxatives de son latex.

Hippocrate, Aristode, Celsus et d’autres fondateurs de l’actuelle médecine moderne comme Dioscoride, Pline l’Ancien, Galien, etc… faisaient déjà référence à l’aloès comme laxatif, comme coagulant du sang, pour soigner les contusions, les blessures oculaires, pour soulager les ulcères génitaux, pour arrêter la chute des cheveux, pour embellir la peau.

Cléopâtre était une fervente utilisatrice du gel de l’aloe vera et devait beaucoup de son charme et de sa beauté à cette plante.

En Asie, dans les traditions indienne et tibétaine, c’est un arbre sacré, doué de propriétés occultes : son odeur (encens) aurait le pouvoir de chasser les mauvais esprits (souvent vecteurs des maladies dites psychosomatiques). En médecine tibétaine, l’aloès (nommé A-ga-ru) est utilisé pour traiter les maladies mentales. En médecine ayurvédique, l’aloe vera est utilisé avec du curcuma pour réguler les trois Doshas (Kapha, Pitta et Vata) ou « Humeurs » (principes énergétiques). Il nettoie le foie et le sang de leurs impuretés. Il agit contre la mauvaise circulation, les troubles hépatiques, les règles douloureuses et peu abondantes. Il aide à guérir blessures et ulcères.

L’Aloe Vera a longtemps fait partie de la pharmacopée chinoise réservée à l’empereur. Répertorié dans le Ben Cao impérial (1505), véritable « codex » de la médecine chinoise où était mentionné l’ensemble des connaissances de l’époque (herbes médicinales, remèdes, poésie, mythes, histoire, littérature…). L’aloès a également été cité en 1062 dans d’autres ouvrages médicaux chinois comme le Liu Yu Xi (VIII° siècle de notre ère), où est rapporté cette anecdote : « Un homme encore jeune souffrait d’une maladie de la peau. Au début, il s’agissait d’une petite tuméfaction sur la nuque. Exactement là où commencent à pousser les cheveux. Puis, elle s’étendit jusqu’à l’oreille gauche… et devint comme une sorte d’eczéma aigu. Bien que l’homme eut essayé maints remèdes, le mal ne cessait d’empirer. Se trouvant par hasard dans la région de Chu Zhou, il eut la chance de rencontrer un marchand d’herbes qui lui expliqua comment faire une préparation à base de résine d’aloès et de réglisse, pilés ensemble jusqu’à les réduire en poudre avant de la sécher et de la répandre sur la partie malade. À peine le jeune homme eut-il mis la poudre, qu’il guérit miraculeusement. »

Dans les thérapies orientales, l’aloès est réputé pour soigner la migraine, les vertiges, la constipation, les convulsions infantiles, les effets de la sous-alimentation et la coqueluche. Il est contre-indiqué en cas de grossesse et de fragilité intestinale.

L’aloès est également conseillé par les médecins chinois pour être utilisé comme dentifrice pour éliminer les « vers qui mangent les dents » (les caries).

Ce sont les Espagnols qui auraient apporté les premiers plans d’aloès en Amérique. En 1820, la pharmacopée officielle des États-Unis mentionne les propriétés laxatives de la plante, qui fait partie de diverses préparations pharmaceutiques décrites dans le détail. En 1935, lorsqu’un groupe de médecins s’en sert pour traiter des brûlures causées par les rayons X, on assiste à un regain d’intérêt pour l’emploi topique du gel, qui fait alors une entrée remarquée dans le monde des produits cosmétiques et dermatologiques.

Ses différents noms à travers le monde

L’aloe vera est appelée le « Guérisseur Silencieux » par les Hindous, « Remède Harmonieux » par les antiques médecins chinois, « Élixir de Longévité » par les anciens Égyptiens…. Mais aussi : Le médecin du ciel – La plante médecin – La plante qui guérit – La plante miracle – La plante des premiers soins – La plante des brûlures – Le docteur végétal – Le docteur vert – Le docteur Aloès – Le docteur en pot – Le guérisseur silencieux – La fontaine de jouvence.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*