Lieu et matériel

Article du dossier Le travail au sol

Le travail à pied ne demande pas beaucoup de matériel ou un lieu spécifique. Cependant il est bon de suivre quelques conseils.

Le lieu

L’idéal est d’avoir un endroit clos, avec un bon terrain, comme un rond de longe ou un petit manège. Mais si vous ne possédez pas d’installation de ce type, pas de soucis. Un coin dont le sol n’est pas trop mauvais et à peu près plat fera l’affaire, par exemple un coin de pré, un chemin large en forêt ou une clairière, une cour…

Licol ou filet ?

Là, c’est à vous de voir. La priorité est votre sécurité. Si vous savez que vous pouvez contrôler votre cheval avec un licol d’attache en nylon, et ben, pourquoi mettre autre chose ? Mais n’oubliez pas qu’un cheval reste un cheval, et si vous avez le moindre doute, prenez un matériel adapté. Voilà quelques possibilités, de la plus « gentille » à la plus « dure » (mais bien utilisé aucun outil n’est dur en lui même) :

  • le licol nylon d’attache
  • un licol en corde. Attention la corde doit être souple, ne pas s’étirer, et de diamètre 6 ou 8mm. Au-delà votre licol en corde devient un licol d’attache, et en-deçà votre licol devient trop sévère.
  • un filet avec mors à aiguilles. Le mors à aiguilles a l’avantage de ne pas rentrer dans la bouche, il est donc plus stable, de plus il agit de la même façon qu’une muserolle de licol, en poussant sur tout le côté de la tête.

Ensuite, si vous voulez débourrer un cheval et le monter ensuite avec un mors, il est alors conseillé de commencer les exercices sans mors (licol corde par exemple) puis une fois acquis de les refaire avec le mors voulu, de manière à habituer le cheval au contact du mors et à son action.

Personnellement, je préfère travailler en licol corde, même sur ma jument très calme et gentille, car c’est un outil plus précis que le licol nylon.

Licol corde.

 

 

La longe

Je dirais que c’est l’élément primordial. En effet, une grande part de la communication va passer par elle. Elle doit donc être souple, avec une bonne prise en main, ne doit pas brûler en cas de frottements, ne doit pas s’étirer, et avoir un poids moyen. Trop lourde elle maintiendrait en permanence une pression sur le licol et trop légère vos actions seraient bien moins précises. L’idéal est donc une drisse de diamètre 14 ou 16mm, mais une corde en diamètre 12mm fait très bien l’affaire.

Attention aux longes plates qui, selon qu’elles sont à plat ou non dans votre main, peuvent filer très vite ou vous brûler les mains. De plus elles sont souvent trop légères (pour les simples) ou trop lourdes (pour les doublées).

Au niveau de la longueur, tout dépendra des exercices que vous voulez faire. La distance idéale se trouve vers 4m pour un cheval, 3m50 pour un grand poney, ce qui vous permet de vous déplacer un peu partout autour du cheval sans pour autant vous emmêler les pieds dans la longe lorsque vous êtes à côté de lui. La plupart des méthodes anglophones conseillent une corde de 3.70m, mais ce nombre n’a rien de magique, c’est juste que cela tombe « pile » dans leurs unités de mesure (3.70m = 4 yards ou 12 pieds). Ne soyez donc pas bloqué sur ce chiffre.

Le stick

Il n’y a pas de mystère : si vous regardez votre cheval, vous voyez de suite que vous ne pouvez pas toucher en même temps sa tête et ses hanches, et que votre corps est plus petit que celui de votre compagnon. Le stick n’a donc pour seul but que de prolonger votre bas, et vous ferez avec lui les mêmes choses que ce que vous feriez avec votre main : pressions, tapotements, grands mouvements, caresses. Ce n’est donc qu’une aide de plus, pas un instrument de punition.

Ensuite choisissez une longueur adaptée à vous et à votre cheval. Sur un cheval de taille moyenne, un stick d’1m20 est largement suffisant.

Pour la matière, l’expérience m’a montré que ça n’avait pas trop d’importance, tant que vous maîtrisez vos gestes. Les sticks de dressage sont plus souples, évitez donc d’appuyer trop fort dessus, mais ils ont pour la plupart des exercices exactement le même effet que les sticks “d’éthologie”. Quant à la couleur, cela n’a aucune importance, que ce soit pour vous ou votre cheval.

Enfin, pour certains exercices à distance, il peut être utile de compléter le stick par une cordelette de 2m. Celle-ci doit être souple et assez lourde pour pouvoir être facilement gérée. Là encore les anglophones conseillent 1m80 parce que cela correspond à 6 pieds ou 2 yards, donc ne bloquez pas sur la distance exacte.

Le reste

Pour certains exercices, vous allez désensibiliser votre cheval ou tester son courage. Dans ce cas, absolument TOUT peut être utile : le matériel d’équitation (selle, matériel de pansage) mais aussi tout ce que vous pourriez rencontrer (bâche, quilles, barres, chandeliers) et tout ce qui est plus rare mais effrayant (parapluie, bidons, fontaine, ruisseau, draps qui sèchent, bouteille, spray…). Bref, tant que vous avez une maîtrise correcte de votre cheval et de l’objet choisi, tout peut être utilisé, donc gardez l’esprit ouvert !

Parcourir le dossier<< Le travail à pied, pourquoi, pour qui ?Les principaux concepts >>

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*